• Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
[APPEL A PARTICIPATION - THÈSE DE PSYCHOLOGIE]
#1
[APPEL A PARTICIPATION - THÈSE DE PSYCHOLOGIE]

Bonjour à tous/toutes, je suis étudiante en Master de Psychologie à l’Université Paris Descartes. Dans le cadre de ma formation, je réalise un mémoire en participant à une recherche de doctorat pour laquelle nous vous sollicitons aujourd’hui.  
Cette recherche porte sur les processus de pensées et leurs influences sur le développement et le maintien d’une addiction au cannabis. Toute personne, consommateur ou NON CONSOMMATEUR de cannabis peut y participer, il suffit d’être âgé de 18 à 45 ans.

La tâche consiste à répondre à un questionnaire en ligne, cela vous demandera une vingtaine de minutes,
Voici le lien : http://shiva.univ-paris5.fr/index.php?sid=26294&lang=fr

Nous avons besoin d’un grand nombre de participants, nous appelons donc à votre générosité afin de participer et de partager cette publication pour la diffuser au plus grand nombre ! Nous vous remercions par avance, et n’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions.
The following 1 user Likes LénaM's post:
  • ZENDO
  Répondre
#2
Salut, ton sujet est pas au bon endroit, je l'ai déplacé Wink
  Répondre
#3
Salut à toi,

Pourquoi uniquement sur le cannabis ?
Vous souhaitez démontrer qu'il est possible d'être dépendant au cannabis contrairement à la pensée populaire qui laisse sous entendre le contraire ?

EDIT : J'ai répondu au questionnaire, franchement très bon travail. Un bon moyen de faire le point sur soi même.
Cependant, c'est vrai que c'est très orienté Cannabis, je ne m'y suis pas reconnu (sur la drogue en tant que tel) sur ce point n'étant plus consommateur de cette drogue depuis des années mais en consommant d'autres. En revanche, j'ai adoré la partie sur les questions sur soi. Bravo !
Si possible, lorsque tout sera terminé j'aimerai bien lire le résultat de tout cela Smile

Bon courage !
Cordialement,
MushRocks
« Une vision sans action n'est qu'une hallucination. »
  Répondre
#4
Hello, j'ai également répondu au questionnaire, mais contrairement à MushRocks je ne trouve pas qu'il soit vraiment bien fait.


Tout d'abord, il serait bien de préciser que ce questionnaire concerne l'addiction au JOINT (mélange tabac + cannabis) et non au cannabis ; en effet, sauf erreur de ma part vous n'abordez aucunement la question des autres modes de consommation (ingestion et vaporisation).

Je trouve également certaines questions extrêmement redondantes, on a l'impression que vous ne saviez plus trop quoi demander (exemple : ''Des pensées s’immiscent dans mon esprit.'' puis quelques lignes plus loin : ''Des pensées surgissent dans mon esprit.'' ; je voudrais bien comprendre la différence).

Sans parler de questions soit disant ouvertes qui ne laissent en fait quasiment aucun choix (dans les questions sur les émotions, on passe de ''Je ne suis pas triste'' à ''Je me sens très souvent triste'', seriously ?). Et dans les questions du genre ''Perte d'intérêt'', pourquoi on a le choix entre une réponse neutre (''Je n'ai pas perdu d'intérêt pour les gens et les activités'') et des réponses négatives (allant de ''Je m'intéresse moins qu'avant aux gens et aux choses'' à ''J'ai du mal à m'intéresser à quoi que ce soit'') ? Et si la réponse était positive, on fait comment ? Je ne sais pas si vous vous rendez compte à quel point votre questionnaire est biaisé de base !

Beaucoup de questions vaseuses également ('Je me sens plus agité(e) ou plus tendu(e) que d’habitude'', ça signifie quoi d'habitude ?? L'humeur globale sur le dernier mois, la dernière année, les cinq dernières années ???)

Bref je ne suis pas allé au bout du questionnaire j'ai arrêté aux environ de 80%, ça commençait à m'irriter un peu, l'impression de pas pouvoir faire autre chose que de correspondre à un stéréotype, mais c'est peut-être ce que vous cherchez après tout.
The following 3 users Like Éléphant's post:
  • Ihkar, Laura Zerty, snap2
  Répondre
#5
J'avais un sentiment globalement similaire au tiens @Éléphant , l'impression qu'une consommation raisonnable et non problématique n'avait pas sa place dans le questionnaire. Et la sensation que mon état émotionnel ne pouvait pas être retranscrit par ces questions. Je leur ai laissé un message a ce sujet d'ailleurs a la fin du questionnaire
  Répondre
#6
+1, j'ai arrêté à la moitié, les questions n'avaient rien de pertinentes.

Au début je me suis dis allez motive toi, c'est pour la science (lol), et puis au fur et à mesure j'ai vu le portrait cliché du bédaveur dépendant se dresser, comme si le but du questionnaire était de prouver que le cannabis est addictif...enfin si c'est pour montrer ça, pas besoin de questionnaire, la dépendance psychologique du cannabis est on ne peut plus reconnue.

C'était intéressant de se dire que le questionnaire s'intéresse aux cognitions et à l'addiction, ainsi qu'à l'environnement du consommateur (vu qu'on a répondu à quelques questions allant dans ce sens là), mais c'est difficile de croire que plusieurs types de consommateurs précis peuvent sortir du questionnaire, vu la teneur générale et bateau des questions.

Je veux bien croire que l'étude est plus portée sur l'aspect psychologique que sociologique de l'addiction, mais c'est dommage d'en rester à des questions vagues, sans rentrer dans les détails des consommations, et de ce qu'il se passe dans la tête d'un usager. En fait ce qui m'a déçu c'est d'avoir l'impression de remplir un questionnaire pour ado "débile" de 15 ans, comme si on demandait de choisir entre bien, moyen bien, moyen mal, mal...

Peu-être que le mieux serait que les universitaires fument quelques bédos quelques temps, et rencontrent en vrai quelques bédaveurs de différents âges et milieux, consommant de différentes manières, afin de revoir leurs tests.

Des pistes :

On fume avec ou sans tabac comme cela a été mentionné plus haut, de l'herbe ou de la résine, du matos plus ou moins concentré, en groupe ou en solitaire, dans la rue ou en chambre/soirée, en joint, en vaporisateur, en pipe ou en bang, le space cake n'étant pas des plus répandus. Ne serait-ce qu'avec ses infos y a de quoi dresser un grand nombre de portrait, en questionnant ensuite chacun sur sa vision du produit (c'est à dire rentrer dans les morales propres à chaque physiologies (qu'est ce que veut le corps lorsqu'il incite l'esprit à consommer de telle façon, en telle quantité, à telle régularité), les culpabilités propres à chaque milieux (pourquoi certains s'enfument vénère, alors que d'autres sont plus modérés), bref les manières de consommer propre à chaque éducation...)
Le Plus Appelle Le Plus
The following 3 users Like Laura Zerty's post:
  • Cookies, Indica, snap2
  Répondre
#7
Pour le coup je suis assez d'accord avec Laura dans la partie où vous demandez pourquoi on fume du cannabis la grande majorité de réponses était la même : pour échapper à mes problèmes .

Dommage, je me reconnais pas du tout là-dedans et je ne pense pas être le seul. Quand on fume, on peut le faire pour rendre une activité agréable encore meilleure (écouter de la musique, participer à une soirée ou un concert, dessiner, faire du sport, du yoga ...) ou pour planer tout simplement ou pour s'intégrer socialement . il serait aussi intéressant de questionner les formes de consommation car elles sont très diverses et n'engendre pas le mêmes répercussions : on ne prend pas de Space Cake comme on coule des douilles .

De la même façon, le cannabis est-il consommé seul ou en groupe, en intérieur ou dans la nature, en faible ou en grande quantité ? Cela apporterait un éclairage réel sur le cannabis et ses effets sur la santé publique .
The following 2 users Like Indica's post:
  • amicale_du_pc, snap2
  Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  LSD : APPEL À PARTICIPATION Dope Zine 11 99 25/05/2018 18:17
Dernier message: silanun

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)