• Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
J'me détruis et ça m'rend joyeux, m'voyez ?
#1
Je tiens à faire tout de suite le dinstingo d'avec le psychonautisme, si je le reproche aux autres c'est parce que je l'ai vu sur moi en premier.

Je suis un sale drogué. Toxicomane. Dans la toute putride acceptation du terme. Quelqu'un qui s'intoxique, qui se détruit, qui brise sans arrêt son cinquième voeux de refuge, mais, mais, mais... Est-il trop tard pour arrêter et surtout, en prenant cette blague au premier degré :

Blague a écrit :- Bonjour docteur, je suis inquiet, j'ai subitement très peur de la mort. Croyez-vous que si j'arrête de boire, de fumer, de me droguer, de baiser comme un chaudard, de m'empiffrer de gras et que je menais une vie saine, je vivrais beaucoup plus vieux ?

- Beaucoup plus vieux, ça je ne sais pas, mais la vie vous paraîtrait BEAUCOUP plus longue !

Appetite for destruction, m'voyez ?

Le plaisir de s'infliger des poisons, m'voyez ? S'intoxiquer. Estre un toxicomane, oui mônsieur.

Mais ça tient à quoi ? J'ai peur qu'on le découvre quand il est trop tard, c'est ça le "catch", comme on dit maintenant, mais sans doute pas pour très longtemps, ça change tout le temps.

Du plaisir dans l'auto-destruction, ben voui ! Qu'est-ce que vous croyez, qu'on est maso ? Ah oui en fait... Non en fait c'est la balance. C'est quand on est né hormonalement déséquilibré, putain c'est dur. Moi je produis de l'adrénaline en permanence, j'ai les surrénales dans les airs, j'ai compris le jour où je me les suis niqué, lors d'une plongée en apnée libre dans un lac de mnontagne, sans combinaison, si je ne suis pas un peu mort ce jour là, si jeune enfant... J'ai les reins niqués de toute façon, ouais, la greffe, TA GUEULE, j'ai un autre point de vue. J'aime pas la vie. C'est pénible. Ca tourne en rond, des tas de cercles entrelacées, ça ne revient jamais exactement à la même position, ça fluctue, ça varie, ça fait des gammes, mais finalement l'Univers ne connaît que quatre lois fondamentales. Ou plutôt 3 dans une dimension en πD, ce qui a pour conséquence de créer l'illusion d'une quatrième force. Essayez de contempler dans votre esprit qui le peut une figure en πD, ça passe pas, c'est fluctuant, instable, comme la nature des particules, toujours en train de sauter d'un état à un autre, ça vibre, c'est tout le temps en mouvement, ça ondule.

Et donc, j'ai aussi la thyroïde déconnante depuis toujours et je suis un porteur fort du virus de la Varicelle, ce qui me donne régulièrement des affections cutanées bondissantes et douloureuses, plus là, ce que j'ai en ce moment dans un endroit du dos, pas bon. Bon, ben je vais crever, et alors ? C'était pas un concours de longévité de toute façon. Tant que je peux rire... Parce que... c'est un peu le problème. Avez-vous déjà entendu parler de l'enfant qui ne riait jamais et qui n'a ri qu'une seule fois de toute sa vie d'adulte ? Dans ma tête je ris, et va te faire foutre le corps. Erreur, bien sûr. Mais. Dans ma tête je ris, je continue d'être productif physiquement, enfin, je con-ti-nu-ais-d'êêêtree-prooduucctif-eeeuuuhhhh, voilà, j'ai atteint cette limite. Un peu comme en apnée, après c'est dangereux de continuer mais puisque c'est déjà trop tard ? Mais mon ! mon gars ! C'est jamais trop tard pour arrêter cette putain de dr0000000gue ! Ben si, t'as fais le con, tu t'es auto-baisé, ha ! ha !

[Image: 320?cb=20130330121110]
[Image: 640?cb=20130623173422]

Sauf que je ne vais pas me suicider, cela fait tout de même partie des bonnes nouvelles à noter. Alors que j'y ai pensé un million de fois et tenté deux fois, dont une sévère. Je m'emmerde tellement, tellement. Je me fais chier ! Cette lassitude permanente et précoce est difficile à transmettre, à force de me cotoyer on a à son tour uniquement l'idée de se suicider et on comprends ce que j'endure, ou plutôt ce que j'endurais, car ça aussi a pris fin. Fini, plus envie du tout de me suicider. Non, je vais attendre sagement que mon corps vienne à bout de moi-même, voilà ! Dégouté, je vais louper l'émergence de l'IA et WIII. Bah...

La chose indicible, c'est que c'est dicible et que ça ne suffit pas. Comment expliquer. C'est comme glisser sur une pente qui devient de plus en plus pentue, ça accélère, on le sent bien, on prend des coups, des pierres, des racines, on dégringole, on se casse la binette, on crève. Le verbaliser n'est pas suffisant alors que faut-il ? Peut-être ne faut-il rien et que c'est comme ça, une trajectoire de vie comme une autre, anonyme au regard des éons qui nous contemplent. C'est important, maintenant, parce que la vie c'est un peu tout ce qu'on a, elle n'était pas si importante ma petite vie du temps de la faune d'Ediacara ou temps des dinosaures, alors en l'an 3000 ou dans 500 millions (5x10²x10⁶; ne l'oublions jamais) quand le Soleil absorbera la Terre, ma petite vie à la con, hein ! J'te jure !
Je cherchais mon plus lourd fardeau, c'est moi que j'ai trouvé.

[post=931190][Image: 18588d1467153020-sigpic-signature-picture-error-gif.png][/post]
  Répondre
#2
Si ça peut te réconforter je t'aime bien l'ancien et t'as mon soutien Smile Pour te remonter le moral :
[Image: maxresdefault.jpg]
Zut je croyais que c'était un tamagochi waterproof.
N.B. ne plus embarquer mon chat à la pêche dynamitée dans les failles sous-marines.
  Répondre
#3
Super cool
«Reste idiot, sinon tu pars trop loin
  Répondre
#4
J'ai du respect pour l'ancien, et je suis content de pouvoir te lire.
  Répondre
#5
Pardon l'ancien mas je l'ai fait qu'un lescture diagonale.
Je suis assé par là.

Moi j'étais au stade où je prenais plus de plaisir, n'était même plus prdoctifs avec des stims, seuls les dissos qui me fnt péter me compteur méchemment donnaient quelques satisfactions.

Je sais bien, ça n'a rien à faire là, mais si moi, qui ai eu de leles périodes recemment et je vend pas la peau de l'ours : Je suis clean de RC depuis plus d'un mois;
Je n'ai aucunes envie d'y retourner. Je sais que je vais me decevoir, culpabiliser, je suis tellementmieuxsans, et comme pleind 'autres trucs je suis un porc, je saispas déguster je m'empifre..
Solution : Tout au chiottes sur us coup de tête ou je me suis vu escalader dans un période ou j'aménégeais de le conso regressive : Le déclic : Tout aux chiottes.
X00euros de stock : Ca fait mal croyez moi quand on jettes jamais rien à la poubelle...

Je re aprends à vivre, légers soucis de mémoire à court termes mais ça reviens, physique mois douloureux, les 3 remières semaines de légères pensées fugaces vraimen tpas génénates de vraving...Je cartnnais au 2mmC de façon jouralière à outrance , quelques gros abus de RTT machin mes couilles là, le truc qui te fait raser les murs de bon matins, et j'en passe.
Puis disso de tempsà autre.

Ce témoignge me coute.
Je l fa it pour ceux qui se croientp aumés et souhaitent stopper la destruction.

Là je m'attaque au sbu, ça se passe bien. Calmants divisés par deux, Je prends plus que le strict mécéssaire, mon thymo.

Dans tous ça, j'ai subi un enterrement, des misères, et mon ulcer prend le as car je refuse de déprimer...

Au final, la dynamique/mécanisme était déjà vouluent amont...
J'aAprès avoir foutu des X00 d'euros aux chiottes, (hors de question pour moi de vendre ou donner ça à quui que ce soit...question d'ethique...).

J'ai retrouévé mon" 6eme sen"s, et flairer es" bonne ame"s sur le net m'a toujours réussi, je suis donc en bonne compagnie...

Depuis minimum Debut 2016, j'ai cartonné au rc , commencant par la MXE all day, puis 3 meopcp, puis ci puis ça, au final, cathiones, et autres...
Ai fini accroc royal.
Ai fini en mode ras le bol royal.

Mentalement jusqu'aici tout va bien, je suis pas à l'abri qu'une rechute...Ni d'une dépression, je reste et sera toujours u bipbip, et là je ne tiens pas à develloper sur le sujet ici.
Je crosi que 60% des bipbip termienent en auto médication, et abus de toxiques...


Conclusionsi un gars come moi, qui à du baguage, à réussi à faire ça...Bon Le love aide énormément jele cache pas : Mais je réppète, j'avai de toutes façns prpéré le terrain, bein avant de la recontrer...
Si un bipbip, aux émotion démesurées et plutot instable depuis X annes peut faire ça : Au grand minmum s'offrir une pause nette et franche d'un bon mois, précissement 1 mois et 8 jours :
VOUS le pouvez : Question de vlonté.
Après, j'ai 40 berges, plus 20...Je teuf plus, à 20 an,s j'étais non désireux de cesser...

Voilà voilou, c'était mon Coucou, courage à vous tous

Plus que le sbu a baissser gentiement.

Je précise," j'offre là", je cherche pas à déattre ni a donner plus d'inos perso sur moi même..
  Répondre
#6
Bien vu Sibuna.

Il eut été plus correct que je précise que je suis bipolaire. J'en ai déjà parlé sur ce forum. Ce n'est pas "un problème dans la tête". Un diabétique doit avoir une rigueur alimentaire, un bipolaire doit avoir une rigueur de vie.

Pour la volonté je le vois à l'inverse.

Par exemple j'avais la volnté de boire jusqu'à me détruire. Aujourd'hui je n'ai plus la force de boire, Je commence un verre et je sens que je n'ai plus l'envie de dépasser les bornes.

Il y a un désir morbide d'auto-destruction qui s'épuise, qui se fatigue de lui-même, je ne fournis aucun effort pour arrêter.

C'est par une absence de volonté, à cause d'une lassitude dont je ne suis pas l'instigateur que j'ai tout cessé à l'exception de ce cannabis.

Malheureusement, cette atténuation de la pulsion de mort ne s'accompagne pas d'un réveil de la pulsion de vie.

Si je n'ai plus envie de mourir je n'ai toujours pas envie de vivre.

Se dégrader intellectuellement et physiquement avait un sens dans cet objectif auto-destructeur, atteindre le stade d'épave joyeuse et crever un sourire au lèvre. Sans cette ligne de conduite, qui a tant occupé mon existence qui n'aurait pu être que psychologique, je ne retourne pas à un état naturel biologique d'amour de la vie, car je suis bipolaire. L'existence est fade sans excès car je suis biologiquement excessif. Tout doit être démultiplié pour que je le ressente. C'est mon problème avec le lithium. Pour supporter la fadeur de l'existence il faut un fort entourage familial et affectif, des objectifs mondains à atteindre chaque jour, l'envie naturelle de protéger un patrimoine, il ne faut pas être un révolutionnaire anarchiste survivaliste. Il faut être dans ce système, voir des docteurs, passer des évaluations, se soumettre au règles. En tant qu'anarchiste j'adore les règles. Un anarchiste adore l'ordre quand il est naturel et qu'il sert l'intérêt commun. Or ce système, cette société, cette civilisation est fondée sur un déséquilibre naturel, une fois nos actes accomplis nous ne pouvons les accomplir à nouveau car nous avons détruit et pris des choses sans reconstruire et remplacer. Je ne peux pas accepter de faire partie d'un grand tout qui n'en est pas un. M'associer aux autres humains seraient m'associer à leurs crimes. Paradoxalement, me détruire est ce que je peux offrir de mieux à cette planète.
Je cherchais mon plus lourd fardeau, c'est moi que j'ai trouvé.

[post=931190][Image: 18588d1467153020-sigpic-signature-picture-error-gif.png][/post]
  Répondre
#7
Difficile de répondre.
En tout cas, je pense pouvoir te comprendre un peu ayant ce même 'dits' trouble.
Je fait parti es chanceux, je n'ai pas cet effet fadas...Après des dépressons désères et longues je m'en suis coltinées.
Mais il faut se le répetter, après le pluie le beau temps, et rien ne dure.

Tu sembles être dans une démarche positive, je pense que forcément, douceùent mais surement, ça payera.
Pour ce qu iest de la société, là, je préfère pas m'étendre, car j'ai une rage pas permise : Il n'y a pas de place pousr nous, ou encore si : Handicapés/Weirdos, et toutes les belles étiquettes bien noires.
Certains vivent bien, moi je vis de mieux en mieux.
Et toi, je pense que tu as du faire du chemin comme moi, à te connaitre, t'observer, comprendre des choses, refaire sans cesses les mêmes buocles, tant que tu as la volonté de rester parmis nous, de bien faire, je pense que tu ne peux qu'y arriver.

Je me suis dis les mês chosesque toi tu sais, que parfois, peut être que mon plus fort atout était de tout niquer : Moi, les autres, le reste : C'est des foutaises : Tout le monde peux et dais faire ça.
On vaux mieux que ça.

Je pense que tous les borderlines and co ont ce trait en commun : L'impatience...

Voir les choses de façon noires et blanches c'est pas bon, il faut pas s'associer selon moi, ni s'isoler, le juste milieu c'est sans doute notre point faible, nous sommes trop intenses...

Après, j'ai tenté de me fussiller comme tu dis le sourire aux lèvres, ça fonctionne pas chez moi J'aime la vie...
Je survi toujours. Je ramasse des putains de gamelles , je souffre dérrière, mais je m'en remet toujours : Quelque part, c'est logique, nous avons comme une faiblesse , hyperemotivité, hyper ceci, hyper cela : Au final : Il nous faut être nettement plus blindé que les autres pour survivre à ces émotions fortes...

En d'autres termes : We are Super Heroes Smile
Not weirdos.
La différence fait la beauté de ce monde, et nous sommes différents et en minorité, voilà tout.
Bien souvent, c'est triste à dire, faut ruser, et en général nous avons de bons talents d'acteur, de felligs de sutiatiations, on se démerdent bien...

Je llop : Après le pluie le beau temps, d'ailleurs c'est la saison : Alors please, et là je me parle à moi même :Faut pas se laisser aller sur les prods...Tenir bon, et on s'en félicitera plus tard.

Bon courage l'ami Bipbip.
  Répondre
#8
Hello,

Personnellement je e suis pas à ce stade mais depuis 2-3 ans (depuis que je consomme de l'herbe de façon journalière) que je me lasse de la vie, je me demande pourquoi faire tout ça : bosser comme un chienchien toute la journée et rapporter 100 fois ton salaire à ton boss à la fin du mois ? Je ne travaillerais jamais pour personne, je cherche à fuir toute forme d'autorité et de limites.
On est d'accord que le bonheur n'existe pas, on a des micro phases où on est bien, où on est "heureux" comme ils disent. Mais comme l'a dit Sibuna, rien n'est éternel, que ce soit le dégoût de la vie ou le bonheur.
Le truc c'est qu'on ne peut pas vivre hors système dans le monde d'aujourd'hui, on est obligés d'être un minimum (énormément) inséré physiquement dans la société, rien que par le travail qui est alimentaire pour la plupart.

Je déteste et je plains 99.9% des gens, ceux qui sont à fond dans cette lancée capitalistes et qui se disent que c'est comme ça. En même temps je ne devrait pas leur en vouloir, comment faire autrement que de suivre les règles ? Je ne sais pas mais je n'ait pas l'intention de me laisser prendre au jeu...

Enfin bref je m'égare... Je ne sais pas depuis quand tu fume mais ça influe à long terme sur le moral, la sociabilité et tout le tralala qu'on connait quoi.
Je te conseille ce livre : Cannabis - Quels effets sur le comportement et la santé (Institut national e la santé et de la recherche médicale).

On a beau dire que les études qui montrent des effets néfastes du cannabis sont exagérées, quand tu lis objectivement ce livre tu te rends compte petit à petit que tu as un peu tous les symptômes psychologiques et comportementaux décrits (enfin pour ma part)...

Porte toi bien Wink
  Répondre
#9
l'ancien a écrit :Je tiens à faire tout de suite le dinstingo d'avec le psychonautisme, si je le reproche aux autres c'est parce que je l'ai vu sur moi en premier.

Je suis un sale drogué. Toxicomane. Dans la toute putride acceptation du terme. Quelqu'un qui s'intoxique, qui se détruit, qui brise sans arrêt son cinquième voeux de refuge, mais, mais, mais... Est-il trop tard pour arrêter et surtout, en prenant cette blague au premier degré :



Appetite for destruction, m'voyez ?

Le plaisir de s'infliger des poisons, m'voyez ? S'intoxiquer. Estre un toxicomane, oui mônsieur.

Mais ça tient à quoi ? J'ai peur qu'on le découvre quand il est trop tard, c'est ça le "catch", comme on dit maintenant, mais sans doute pas pour très longtemps, ça change tout le temps.

Du plaisir dans l'auto-destruction, ben voui ! Qu'est-ce que vous croyez, qu'on est maso ? Ah oui en fait... Non en fait c'est la balance. C'est quand on est né hormonalement déséquilibré, putain c'est dur. Moi je produis de l'adrénaline en permanence, j'ai les surrénales dans les airs, j'ai compris le jour où je me les suis niqué, lors d'une plongée en apnée libre dans un lac de mnontagne, sans combinaison, si je ne suis pas un peu mort ce jour là, si jeune enfant... J'ai les reins niqués de toute façon, ouais, la greffe, TA GUEULE, j'ai un autre point de vue. J'aime pas la vie. C'est pénible. Ca tourne en rond, des tas de cercles entrelacées, ça ne revient jamais exactement à la même position, ça fluctue, ça varie, ça fait des gammes, mais finalement l'Univers ne connaît que quatre lois fondamentales. Ou plutôt 3 dans une dimension en πD, ce qui a pour conséquence de créer l'illusion d'une quatrième force. Essayez de contempler dans votre esprit qui le peut une figure en πD, ça passe pas, c'est fluctuant, instable, comme la nature des particules, toujours en train de sauter d'un état à un autre, ça vibre, c'est tout le temps en mouvement, ça ondule.

Et donc, j'ai aussi la thyroïde déconnante depuis toujours et je suis un porteur fort du virus de la Varicelle, ce qui me donne régulièrement des affections cutanées bondissantes et douloureuses, plus là, ce que j'ai en ce moment dans un endroit du dos, pas bon. Bon, ben je vais crever, et alors ? C'était pas un concours de longévité de toute façon. Tant que je peux rire... Parce que... c'est un peu le problème. Avez-vous déjà entendu parler de l'enfant qui ne riait jamais et qui n'a ri qu'une seule fois de toute sa vie d'adulte ? Dans ma tête je ris, et va te faire foutre le corps. Erreur, bien sûr. Mais. Dans ma tête je ris, je continue d'être productif physiquement, enfin, je con-ti-nu-ais-d'êêêtree-prooduucctif-eeeuuuhhhh, voilà, j'ai atteint cette limite. Un peu comme en apnée, après c'est dangereux de continuer mais puisque c'est déjà trop tard ? Mais mon ! mon gars ! C'est jamais trop tard pour arrêter cette putain de dr0000000gue ! Ben si, t'as fais le con, tu t'es auto-baisé, ha ! ha !

[Image: 320?cb=20130330121110]
[Image: 640?cb=20130623173422]

Sauf que je ne vais pas me suicider, cela fait tout de même partie des bonnes nouvelles à noter. Alors que j'y ai pensé un million de fois et tenté deux fois, dont une sévère. Je m'emmerde tellement, tellement. Je me fais chier ! Cette lassitude permanente et précoce est difficile à transmettre, à force de me cotoyer on a à son tour uniquement l'idée de se suicider et on comprends ce que j'endure, ou plutôt ce que j'endurais, car ça aussi a pris fin. Fini, plus envie du tout de me suicider. Non, je vais attendre sagement que mon corps vienne à bout de moi-même, voilà ! Dégouté, je vais louper l'émergence de l'IA et WIII. Bah...

La chose indicible, c'est que c'est dicible et que ça ne suffit pas. Comment expliquer. C'est comme glisser sur une pente qui devient de plus en plus pentue, ça accélère, on le sent bien, on prend des coups, des pierres, des racines, on dégringole, on se casse la binette, on crève. Le verbaliser n'est pas suffisant alors que faut-il ? Peut-être ne faut-il rien et que c'est comme ça, une trajectoire de vie comme une autre, anonyme au regard des éons qui nous contemplent. C'est important, maintenant, parce que la vie c'est un peu tout ce qu'on a, elle n'était pas si importante ma petite vie du temps de la faune d'Ediacara ou temps des dinosaures, alors en l'an 3000 ou dans 500 millions (5x10²x10⁶; ne l'oublions jamais) quand le Soleil absorbera la Terre, ma petite vie à la con, hein ! J'te jure !

LeChancelier a écrit :Hello,

Personnellement je e suis pas à ce stade mais depuis 2-3 ans (depuis que je consomme de l'herbe de façon journalière) que je me lasse de la vie, je me demande pourquoi faire tout ça : bosser comme un chienchien toute la journée et rapporter 100 fois ton salaire à ton boss à la fin du mois ? Je ne travaillerais jamais pour personne, je cherche à fuir toute forme d'autorité et de limites.
On est d'accord que le bonheur n'existe pas, on a des micro phases où on est bien, où on est "heureux" comme ils disent. Mais comme l'a dit Sibuna, rien n'est éternel, que ce soit le dégoût de la vie ou le bonheur.
Le truc c'est qu'on ne peut pas vivre hors système dans le monde d'aujourd'hui, on est obligés d'être un minimum (énormément) inséré physiquement dans la société, rien que par le travail qui est alimentaire pour la plupart.

Je déteste et je plains 99.9% des gens, ceux qui sont à fond dans cette lancée capitalistes et qui se disent que c'est comme ça. En même temps je ne devrait pas leur en vouloir, comment faire autrement que de suivre les règles ? Je ne sais pas mais je n'ait pas l'intention de me laisser prendre au jeu...

Enfin bref je m'égare... Je ne sais pas depuis quand tu fume mais ça influe à long terme sur le moral, la sociabilité et tout le tralala qu'on connait quoi.
Je te conseille ce livre : Cannabis - Quels effets sur le comportement et la santé (Institut national e la santé et de la recherche médicale).

On a beau dire que les études qui montrent des effets néfastes du cannabis sont exagérées, quand tu lis objectivement ce livre tu te rends compte petit à petit que tu as un peu tous les symptômes psychologiques et comportementaux décrits (enfin pour ma part)...

Porte toi bien Wink

Alors je m'incruste malgré mon absence de "troubles" diagnostiqués parce que ce que vous dites la me parle vraiment, ça décrit très justement mon état, (en moins intense cependant)...

Mais je me reconnait très largement dans ce dégout de la société ...
J'ai cherché à l'éviter le plus longtemps possible avant de me rendre compte que c'était bien ça la réalité, mon futur et que cette vie ne me faisait pas envie...
Ce qui a sûrement précipité la dépression qui me guettaient déjà ...
Et le désir d'autodestruction a suivit, j'essaye même pas de lutter contre j'ai l'impression, je vais être sous tso à 19 ans ... Me suis déjà sûrement niqué les poumons en fumant des saloperies de batch caustiques de U47700 alors que j'avais jamais touché de clope ou de canna avant !

(et je n'y touche toujours pas vu que j'ai une espèce de certitude morbide que mon père fumeur depuis 20 ans mourra d'un cancer, ma sœur aussi et pour la perte de neurones qu'engendre le cannabis quoi qu'on en dise, c'est normalement réversible mais bon
... Comment comparer le cerveau d'un type avec celui d'un autre qui fume depuis 20 ans du shit ? Trop de différences selon les individus, et on peut pas suivre un mec pendant 20 ans, et dire avec précision si après l'arrêt ( suffisamment longtemps ) son cerveau sera "entier" de nouveau)

Sinon pour le trouble borderline quelle est la fréquence "des explosions" (de colère par exemple) en moyennes ? Si c'est vraiment à chaque contrariétés ou plus une explosion après avoir emmagasiné suffisamment ?

Je sais qu'on ne peut sûrement pas faire de généralité mais je suis tomber sur une liste de symptômes sensés servir au psy pour diagnostiquer les borderline et pas mal de truc me correspondaient donc je me demandais ...
  Répondre
#10
Il y a du romantisme dans l'auto-destruction. La notion de "ma sensibilité est atteinte, j'ai besoin de pommades et breuvages pour atténuer la douleur que vous m'infligez avec votre insensibilité et votre absurde irrespect de ce qui vous entoure. Ces calmants sont aussi des poisons, mais s'il faut en passer par là et me détruire pour supporter votre barbarie, ainsi soit-il."
On se sent à la fois merdique, et supérieur en même temps.

Ça peut également constituer une partie de l'identité qu'on se fait de soi-même. Une fois que c'est profondément intégré, il est difficile de se passer de cette facette qui nous différencie grandement de "la majorité".
Tout est vrai.
« Il arrive que la folie soit partagée par tous, on l'appelle alors la normalité. »
[SIZE=1]Artisan de Liberté

« La discipline est la différence entre ce que tu veux maintenant et ce que tu veux le plus. »

Anna

[/SIZE]
Le partage crée l'abondance.

  Répondre
#11
He bah, pas très gai tout sa... Je pense que quand on veut se (droguer) faut le faire avec intérêt, par exemple, se découvrir intérieurement ou tripé de façon positives, pas se détruire la santé en prenant n'importe quelle saloperies chimiques tels qu'elles soient, vaut mieux resté au naturel, bien sur l'effets n'est pas autant dévastateur (puisque c'est naturel) mais faut pas forcé sur la dose quoi...
  Répondre
#12
Huachama a écrit :He bah, pas très gai tout sa... Je pense que quand on veut se (droguer) faut le faire avec intérêt, par exemple, se découvrir intérieurement ou tripé de façon positives, pas se détruire la santé en prenant n'importe quelle saloperies chimiques tels qu'elles soient, vaut mieux resté au naturel, bien sur l'effets n'est pas autant dévastateur (puisque c'est naturel) mais faut pas forcé sur la dose quoi...

Alors sans vouloir encore une fois réenclencher le débat stérile chimique/naturel mais mis à part ( l’énantiomérie qui restera toujours "L" dans la nature il me semble) toute les molécules d'un même nom sont strictement identique qu'elles soient naturelles ou synthétiques ...

D'ailleurs Les plantes (photosynthétiques) transforment justement l’Énergie solaire naturel pour la stocker sous forme d’énergie chimique

Ceci étant dit il n'y a donc aucune raison pour laquelle une molécule naturelle serait moins néfaste qu'une molécule synthétiques, c'est même souvent l'inverse puisque la nature synthétise souvent des produits dans un but de défense (donc dangereux ! )
Y'a qu'a essayer la datura pour se dire que la nature est pas cool du tout des fois (EN VRAI NE LE FAITES PAS BANDES DE JEUNES CONS), autre exemple, en bio on avait un documentaire sur des acacia qui avaient évolués pour communiquer entre eux et tuer les espèces de chevreuils qui venaient bouffer leurs feuilles en multipliant par 20 la concentration en tanins de ses feuilles. Les tanins c'est amer et de manière générale dans la nature, les truc amères sont toxiques donc les pauvres bestioles se rendant comptent trop tard qu'elles s'était attaquées au mauvais arbre :finger:

Voila voila pour la petite anecdote,
sinon, je suis comme un bipolaire artificiel qui est ici dans sa période maniaque (ou plutôt sa période high:weedSmile donc je vais être relativement actif je pense à l'avenir, je retrouve le goût à pas mal de trucs y compris parler aux gens Big Grin

spéciale dédicace à toi @Lotre qui devrait songer à écrire des recueils de textes quelconque parce qu'a chaque fois tes mots sont très justes je trouve

Lotre a écrit :Ça peut également constituer une partie de l'identité qu'on se fait de soi-même. Une fois que c'est profondément intégré, il est difficile de se passer de cette facette qui nous différencie grandement de "la majorité".

Pour le moment je n'arrive pas à voir assez clair dans ma vie pour dire si ta raison pour le début de la phrase mais en tout cas ce qui est clair c'est que maintenant plus que jamais je ne veux pas m'inclure dans la majorité !
  Répondre
#13
C'est vrai qu'il y a du danger des deux côtés.
Mais 99.9% des hallucinogènes "connus" naturels qu'on prend, on sait qu'on en crèvera pas.
Alors qu'on peut crever avec une grande partie des drogues de synthèse que l'on connaît.
Près on parle bien sure de mort par OD, si tu trip et que tu te fous par la fenêtre c'est ton soucis.

Faut juste pas se balader en Amazonie et se dire tiens c'est quoi cette plante chelou, je vais la bouffer pour voir.
Tout est dans la prévention, la prudence et la manière de consommer je pense....
  Répondre
#14
LeChancelier a écrit :C'est vrai qu'il y a du danger des deux côtés.
Mais 99.9% des hallucinogènes "connus" naturels qu'on prend, on sait qu'on en crèvera pas.
Alors qu'on peut crever avec une grande partie des drogues de synthèse que l'on connaît.
Près on parle bien sure de mort par OD, si tu trip et que tu te fous par la fenêtre c'est ton soucis.

Faut juste pas se balader en Amazonie et se dire tiens c'est quoi cette plante chelou, je vais la bouffer pour voir.
Tout est dans la prévention, la prudence et la manière de consommer je pense....


Bof moi de toute façon je suis puni de visuels ... Sad
Edit : à part dans le cadre de ce que j’appellerai un mini-delirium tremens liés à un gros abus de benzos ces derniers jours pendant mon sevrage fu-F
  Répondre
#15
C'est à dire ? (si ce n'est pas trop perso)
Tu n'arrives pas à les atteindre ou tu as une pathologie qui les empêche (:?)?
  Répondre
#16
j'ai des moyens symptômes d'HPPD (au cas où la flemme de wiki : Hallucinogen Persistant Perception Disorders), je sais pas si tu connais ...

En gros c'est ce que les gens appellent souvent rester percher, mais ça arrivent aussi à des gens qu ont jamais rien consommées...

Y'a vraiment peu d'infos donc c'est difficile de savoir si mes symptômes sont normaux pour un hppd ou si j'ai autre chose ...

Normalement les gens ont des visuels même sobres, plus ou moins intense en fonction de la sévérité et de plein de facteurs, moi ce qui ma convaincu vraiment d’arrêter les psychés ça pas des visuels constants mais une douleur qui semblait être toutes les sensation a la fois (chatouille, douleurs brute, froid, chaud).
cette douleurs arrivait toujours au plateau d'un trip ou jusqu’à quelques heure après, ça a commencé dans l’œil gauche , et au fur et a mesure des trip ça s'est répandu dans mes orteils gauches : j'avais constamment une impression de pression dessus,

puis sur une dizaine de trip c'est devenu l'enfer, j'ai chopé de la neige visuelle, la douleur se répandait dans me os et restait a chaque fois un peu plus longtemps ...

Quand j'ai commencé à mettre deux jours après le trip avant de pouvoir redormir et 2 semaines pour ne plus rien sentir je me suis dit qu'il valais mieux arrêter les dégâts..

Voila voila mais mon cas n'est pas représentatif puisque je n'est pas beaucoup de visuels yeux ouverts
  Répondre
#17
Depuis combien de temps ?
End
  Répondre
#18
chais pas, presque dès le début de ma conso les premiers symptômes sont apparus, ont évolué lentement au début puis exponentiellement.
Disons 4-5 mois depuis que je me suis vraiment rendu compte qu'un truc clochait.
J'ai plus pris aucun psyché depuis genre 2 mois et me symptômes ont bien diminués, la neige visuelle a presque disparue, par contre j'ai toujours des putains d'hallus yeux fermés notamment en allant me coucher ...
  Répondre
#19
Ok, ça devrait disparaître totalement bientôt.

Ne passe pas ton temps à te concentrer sur les symptômes et ça devrait se calmer tout seul.
End
  Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)