• Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Comprendre les psychédéliques
#31
dutchturkey a écrit :Stylo, tu as compris parfaitement là où je voulais en venir. La solitude dans la démarche me fait douter quant au sens de la prise de psychédéliques. C'est quelque chose qui m'effraie et me force à rester muet à propos de cela car j'ai peur d'être cible de mépris vis à vis de mes amis. Je ne sais pas si je devrais leur en parler, j'ai l'habitude de parler sans langue de bois, je suis quelqu'un de franc et presque brusque alors je me retrouve un peu démuni à ne pas savoir si le dialogue est nécessaire ou non.

Le dialogue est nécessaire, parce que ne pas s'exprimer c'est terrible quand tu as besoin d'extérioriser et partager tes découvertes et autres passions.

Le truc c'est que si tu es tout seul dans ton délire, c'est clair que tu vas avoir du mal à trouver un interlocuteur qui premièrement t'écoute, et ensuite arrive à te comprendre. Pour ma part j'ai arrêté de tripper en groupe pour ne consommer de prods qu'en solo, et j'évite de me comparer à mon entourage trippant différemment, parce que ça m'amène à soit les critiquer, soit me rendre compte de ma solitude. Donc j'accepte de faire mes trucs de mon côté, et je vois ce que je peux partager avec mes amis d'un autre côté. Et dans le cas où je serais à-même d'en parler et eux de m'écouter, alors j'en profite pour leur dire ce que je kiffe avec les trips, le fait de relier l'aspect scientifique à l'aspect philosophique, expérimenter l'introspection et apprendre à me maitriser sans chercher à me contrôler, pour kiffer les trips, au lieu de les subir.


dutchturkey a écrit :Droopy, lors de mon premier trip j'ai bien compris que de par l'influence du monde artistique d'hier et d'aujourd'hui, j'allais avoir une expérience plein de "déjà vu". Je ne cherche pas à avoir une expérience unique mais enrichissante. En effet, rien que pour parler des hallucinations, tout est très cliché et on a tous déjà vu la décomposition d'un mouvement quelque part. Mais il est autrement plus intéressant de le vivre et de le ressentir alors que notre cerveau est altéré par un psychédélique que de le voir banalement à la télé ou au cinéma. Je pense pas pouvoir faire la morale à un vétéran des psychés comme toi mais je pense que les mentalités ont changé (tant que les gens ne sont pas des abrutis finis qui trip juste pour "prendre trop cher"). Je cherche pas à explorer les psychés comme les anciens ont pu le faire, je cherche à explorer ce que je suis. Je suis à la recherche de réponses et de choses don't je n'avais même pas conscience avant que les psychés ne me les montre. Ca paraît très cliché ça aussi mais tout ça est nouveau pour moi, j'ai encore le temps de me faire bien des désillusions. Pour l'instant c'est comme ça.

T'as bien raison, au delà du savoir que l'on trouve dans les livres ou les films faut bien tester les choses par soi-même pour s'en faire une idée propre, quitte à se baser initialement sur ce qui s'en dit dans la culture populaire.

Et si depuis les 60's on a bien comprit quels étaient les effets positifs et négatifs des trips en général, et que chacun vivra à peu près les mêmes choses selon qu'il trippe plus ou moins, aujourd'hui avec la diversité des technologies et les médias qui servent de support de trip par exemple, chacun peut de plus en plus tripper à sa manière, et avoir une vision des plus subjectives des trips. J'ai fais des expériences que certains ne vivront jamais comme d'autres trippent d'une manière que je n'ai jamais expérimenté, et ça se voit dans les retours de trips, selon les différences de ressentis et d'utilisation du produit.

Après est-ce que ma manière vaut plus ou moins qu'une autre ? là c'est tout de suite plus compliqué, en tout cas à ta place je ne me comparerai pas à autrui, mais plutôt d'analyser ce que ta démarche t'apporte en bien et en mal, et de peser les pour et les contre vis à vis de ton développement personnel. Comme sous trip, du doute tu peux en tirer des principes qui vont te permettre de t'estimer en bien en les appliquant, et ainsi t'assurer un respect inconditionnel en ne dépendant pas d'avis extérieur (ce qui amène à douter de soi).


Droopy a écrit :Il y a des études sociologiques sérieuses sur les consommateurs de psychés des décennies précédentes ? J'aimerais bien savoir ce qu'ils sont devenus et surtout comment à évolué leur rapport au psychés à travers les années.

Parce qu'en l'état, si on se fie aux mythes et légendes, on a l'impression que la moitié des trippeurs des années 60/70 a stoppé nette toute consommation de psychés suite au brain crash et à la défenestration de l'autre moitié

Tu as ta réponse je crois...y a un moment où faut savoir arrêter les trips, sinon tu pars en vrille total, enfin je trouve ça logique que la majorité des trippeurs arrêtent après avoir bien abusé ou après avoir eu leur quota de sensations fortes. En tout cas pour ma part je ne peux plus gober des psychés comme lorsque je les ai découvert, si ça m'a aidé à me déconstruire pour me reconstruire au début, aujourd'hui ça ne fait que me déconstruire voire me démolir, donc j'évite à moins d'avoir besoin de soulever des choses qui font mieux de rester enfouies pour assurer mon équilibre psychique.
Le Plus Appelle Le Plus
  Répondre
#32
Droopy a écrit :Il y a des études sociologiques sérieuses sur les consommateurs de psychés des décennies précédentes ? J'aimerais bien savoir ce qu'ils sont devenus et surtout comment à évolué leur rapport au psychés à travers les années.

c'est comme si un mec d'un pays de l'ex pacte de Varsovie demandait si il y a une étude sérieuse sur le régime communiste. Il n'y aura jamais d'étude et encore moins sérieuse sur les psychés des années antécédentes quand celles-ci font encore l'objet de la passion humaine dans les mémoires. On veut effacer ces années là. On les nie présentement.


<edit>
il n'y a pas d'étude sérieuse ni sur le phénomène psychédélique ni sur le communisme du bloc de l'Est d'ailleurs... Il y a des théories, des manifestes idéologiques, des textes qui retracent des évènements de la Révolution, des archives d'anciennes actualités... Ce n'est qu'une vitrine pour signifier qu'il y a eu klke chose. Les gens ne retrouvent pas ce qu'ils vivaient au quotidien dans tous ces textes. D'ailleurs la société communiste était assez secrète, avec des indiks, des surveillants qui conditionnaient la liberté des touristes, etc... Une étude sérieuse relaterait le contexte des Trabans (on a des témoignages qui pourraient servir à une étude "sérieuse"), les Ladas et leur approvisionnement en essence, le thé bouillant servi dans des verres même à l'hôtel (d'état), le couvre-feu, l'achalandage des magasins... et aussi une solidarité monolithique imposée de gré ou de force pour une cohésion totale de la société (dictature populaire)... cela fait l'authenticité mais on ne détaille cela dans aucune étude sérieuse pck ce n'est pas sérieux en soi lorsque les gens se détournent de ce qu'ils ont vécu.

Il n'y aura pas d'étude sérieuse sur le psychédélisme des 60 /70 de si tôt quand c'est encore un sujet sensible
[Image: vvert.PNG]            l'historia en alternatif et en continu  >>> la Lyre Romantique Fanatique Extrémiste
  Répondre
#33
Droopy a écrit :Il ne faut pas oublier un truc, qui est que notre société est sous influence psychédélique depuis les années 60, si bien que du cinéma à la publicité, des clips à la musique elle-même, en passant par les jeux vidéos ou l'interface de nos smartphone, notre quotidien est saturée d’imagerie psychédélique.

Les psychés ne sont plus ce terrain d'exploration vierge et inconnu qu'ils étaient encore il y 50 ans. On est plu dans les années 60, et si on connait aujourd'hui les propriétés positives des psychés, on connait aussi plus ou moins leurs limites. Ce n'est plus cet horizon de possibilités infinies, cette clef vers d'autres mondes et d'autres niveaux de conscience, que ça pouvait représenter légitimement aux yeux de tous nous aînés qui en faisaient la découverte il y 50 ans ou plus
Bien vu !

Droopy a écrit :Il y a des études sociologiques sérieuses sur les consommateurs de psychés des décennies précédentes ? J'aimerais bien savoir ce qu'ils sont devenus et surtout comment à évolué leur rapport au psychés à travers les années.

Parce qu'en l'état, si on se fie aux mythes et légendes, on a l'impression que la moitié des trippeurs des années 60/70 a stoppé nette toute consommation de psychés suite au brain crash et à la défenestration de l'autre moitié
A certains moments et certains endroits tu en rencontreras qui sont dans cette ambiance-là depuis plus de 40 ans et d'autres qui y reviennent de temps en temps, certains qui sont partis par la fenêtre reviennent même par la porte.
  Répondre
#34
Laura Zerty a écrit :Tu as ta réponse je crois...y a un moment où faut savoir arrêter les trips, sinon tu pars en vrille total, enfin je trouve ça logique que la majorité des trippeurs arrêtent après avoir bien abusé ou après avoir eu leur quota de sensations fortes. En tout cas pour ma part je ne peux plus gober des psychés comme lorsque je les ai découvert, si ça m'a aidé à me déconstruire pour me reconstruire au début, aujourd'hui ça ne fait que me déconstruire voire me démolir, donc j'évite à moins d'avoir besoin de soulever des choses qui font mieux de rester enfouies pour assurer mon équilibre psychique.
J'étais ironique, je ne crois absolument pas à toutes ces histoires. Je pense qu'une fois que les psychés t'ont apporté ce qu'il ont à t'apporter, tu peux passer à autre chose, ce que font la plupart des gens. Ce qui n'est pas mon cas. Mais si je continue à en prendre c'est plus par nostalgie qu'autre chose
  Répondre
#35
Ah, ça y est, je crois voir ce que tu veux dire.
Ça me rappelle ce qui m'est arrivé à l'époque : j'ai parlé de mon projet d'essayer le LSD à mon meilleur pote de lycée dont j'étais éloigné mais avec qui j'avais gardé contact. Il a été en net désaccord sur le plan métaphysique : "Non, le LSD ne peut pas te faire accéder au Dieu dans lequel moi je crois". Il y avait un certain dogmatisme dans sa position (et dans la mienne aussi, j'imagine).
J'ai essayé de parler de mon projet avec d'autres potes, chaque fois c'était non, chaque fois c'était "Mec, t'as pas besoin de LSD, pars en voyage en Asie, fais de l'humanitaire, aime une femme... il y a plein de façons de profiter de la vie" Sous-entendu : tu t'intéresses à la drogue parce que t'aimes pas la réalité et la drogue va t'emprisonner. Mouais, ils avaient pas trop tort sur le premier point.

Si je comprends bien, ce qui t'arrive est différent : t'as déjà des potes qui ont pris des psychés, avec toi d'ailleurs, mais ils ne rentrent pas dans le délire, ils partent en bad ou ils se désintéressent.
Mmh... laisse tomber, je dirais. Tu peux leur expliquer ta démarche, ce qui t'intéresse, mais c'est pas ça qui va changer leur rapport aux psychés, sois-en sûr. Par contre, ça peut leur permettre de mieux se placer par rapport à toi, quitte à modifier la manière que vous avez de proder ensemble... ou pas.

Par contre, je pense que, si ta démarche est honnête, tu trouveras quelqu'un avec qui la partager. Regarde autour de toi. Parle aux gens dans les soirées. Discute avec les jongleurs du marché, avec les étudiants en philo de la fac, avec les gens croyants de ton entourage. Trouve des artistes, de préférence un peu plus vieux que toi, parle-leur de ta recherche.
Annecdote personnelle. Jj'avais cette pote qui avait été ma voisine de pallier pendant trois mois, étudiante en théologie protestante, vocation pasteur, hyper croyante et prude, pas-de-sexe-avant-le-marriage, tout ça. Et bah j'ai skypé avec elle pendant mon tout premier trip d'essai au DXM, et c'est doute dans ce genre de conversation où j'ai eu le plus le sentiment d'être compris dans ma démarche. Elle ne validait pas du tout le fait que je prenne des produits, elle a même essayé de me convaincre de pas en prendre (essayé), mais parler de Jésus avec elle... boah. Ça montait et ça descendait en même temps, ça traversait la réalité de part en part. Je me suis senti compris dans ma démarche, et elle s'est sentie prise au sérieux dans sa foi.

Après avoir relu tes posts, j'en arrive à une conclusion, qui est la mienne, mais bon. Je pense, vu tes valeurs, qu'une conversation entière avec tes potes porterait du fruit.

Maintenant, je vais m'avancer beaucoup et jouer ce jeu dangereux qu'on joue entre étudiants en psycho, et formuler des hypothèses. À prendre avec du recul.
Tu as peut-être jugés trop vite tes potes en considérant qu'ils ne sont pas compatibles avec les psychés... et si, en fait, tu avais jugé que tes potes n'étaient pas assez bons... pour toi ? Si tu t'es senti plus sage, plus réfléchi, plus avancé, c'est peut-être parce que ça t'arrangeait ? Et à ce moment, par effet de vases communiquants, cette personnalité plus assurée, plus sage, devant les autres, aurait pompé ta confiance intérieure en toi-même ? Ce qui aurait amené tes questions sur le sens de la prise des psychés. En reformulant : "Je suis content de ne pas être comme eux, moi je suis bien au courant du sens des psychés, je ne pars pas en bad si facilement ! Mais... je suis seul, dans l'affaire. Seul avec mes psychés. À quoi me sert ma science ?"
Pas con l'idée de Sludge. Voilà un lien vers la rétrospective de mes TRs : http://www.psychonaut.com/trip-reports-f...post805747

Paix et amour et ainsi de suite.
  Répondre
#36
Droopy a écrit :Mais si je continue à en prendre c'est plus par nostalgie qu'autre chose

je ne sais pas si tu vas me répondre

mais quand on te lit on est curieux de savoir si tu as encore des hallus... quelle défonce tu peux bien avoir encore si tu prends des trips par automatisme de nostalgie.
[Image: vvert.PNG]            l'historia en alternatif et en continu  >>> la Lyre Romantique Fanatique Extrémiste
  Répondre
#37
Stylo 2.0 a écrit :Ah, ça y est, je crois voir ce que tu veux dire.
Maintenant, je vais m'avancer beaucoup et jouer ce jeu dangereux qu'on joue entre étudiants en psycho, et formuler des hypothèses. À prendre avec du recul.
Tu as peut-être jugés trop vite tes potes en considérant qu'ils ne sont pas compatibles avec les psychés... et si, en fait, tu avais jugé que tes potes n'étaient pas assez bons... pour toi ? Si tu t'es senti plus sage, plus réfléchi, plus avancé, c'est peut-être parce que ça t'arrangeait ? Et à ce moment, par effet de vases communiquants, cette personnalité plus assurée, plus sage, devant les autres, aurait pompé ta confiance intérieure en toi-même ? Ce qui aurait amené tes questions sur le sens de la prise des psychés. En reformulant : "Je suis content de ne pas être comme eux, moi je suis bien au courant du sens des psychés, je ne pars pas en bad si facilement ! Mais... je suis seul, dans l'affaire. Seul avec mes psychés. À quoi me sert ma science ?"

Je me demande comment tu peux faire pour analyser si bien le problème..
Tout ce que tu dis est vrai et ça pose un véritable problème quant à ma consommation de psychés. Mes amis sont très importants pour moi et les psychés ont aussi leur importance (même si elle est moindre), alors pourquoi la combinaison ne marche-t-elle pas ?

Est-ce que tu maintiens que la conversation serait un bon moyen de débloquer tout ça ?
La pierre philosophale des alchimistes, c'était le LSD !
  Répondre
#38
dutchturkey a écrit :Est-ce que tu maintiens que la conversation serait un bon moyen de débloquer tout ça ?

Ca peux être un véritable déclics si tes potes t'écoutent, qu'il essaie de voir comment toi tu vois les choses oui !

J'ai eu une approche différente de la chose, j'ai accompagné les premiers trip d'un pote qui avais des délire prano/malsain, il begueyait à pas réussir à sortir une phrase construite et malgré l'amitié que j'ai envers le bonhomme ça entachait mon trip...je ne comprenais pas pourquoi il ne sortais pas de sa boucle et ça me dérangeais. Lorsque ça m'a vraiment saoulé je me suis déter et j'ai essayer de vraiment comprendre. Je lui ai parlé tout simplement, je l'ai pris dans mes bras, il m'a dis ce qu'il voyait et à ce moment c'est comme si nous étions en symbiose, je voyais la même chose que lui, pouvant l'aider à mettre des mots sur ces hallus la boucle s'est bouclé depuis c'est un parfais co-tripper Big Grin

Il faut toujours dire les choses quand ça tourne pas rond ! Ça fait sortir de ses cheminements de pensée et au pire des cas tu trouves des points de vue différents et ça peut donner quelques clés parfois ! Smile
  Répondre
#39
dutchturkey a écrit :Je me demande comment tu peux faire pour analyser si bien le problème..
Tout ce que tu dis est vrai et ça pose un véritable problème quant à ma consommation de psychés. Mes amis sont très importants pour moi et les psychés ont aussi leur importance (même si elle est moindre), alors pourquoi la combinaison ne marche-t-elle pas ?

Dans ce cas là, peut-être qu'il est préférable d'accepter ses amis tels qu'ils sont plutôt que de vouloir qu'ils nous correspondent pour nous sentir moins seuls ?

Si ils n'ont pas la même façon de tripper que toi, et que pourtant tu exiges ça d'eux pour que ça ne te pose pas de véritable problème quant à ta propre consommation de psychés, alors la combinaison de ton plaisir de tripper avec tes amis dépend de la manière dont ils vont tripper, et comme elle diffère de la tienne, tu n'en seras jamais satisfais.

Et à ce niveau là, tu pourras leur parler autant que tu veux, ça ne changera rien si tu cherches à les modeler selon ton idéal de trip au lieu de juste leur partager ta vision de la chose...c'est le problème classique avec les psychés, un grand nombre d'orgueilleux qui ont maitrisé leur défonce au contraire de leur entourage, ont souvent voulu faire découvrir leur manière de tripper à ceux qui s’embourbaient dans le marasme de leur esprit défoncé, et si l'intention était bonne, au final c'est voué à l'échec parce les gens sont différents d'eux en n'ayant pas les même motivations.

Plus tu attends des autres qu'ils te correspondent, plus tu vas déprimer de te confronter à ta solitude en plus de te poser des questions clivantes, qui vont t'éloigner de tes proches parce que dans ton repli tu ne les accepteras de moins en moins tels qu'ils sont. je me répète, mais c'est classique avec les trips, et la drogue en général quand tu passes de l'illusion festive à la désillusion introspective.
Le Plus Appelle Le Plus
  Répondre
#40
L'expérience psychédélique c'est un partage. Partager son approche, partager ce qu'on en retire. Ca peut inspirer les autres ou pas. Déjà pour la bonne raison que les effets diffèrent selon les gens.
Mes trips reports : The Death of Utopia, The Begining of the Dream

Le lâcher prise, c'est accepter de redevenir un enfant.
----------------------------
Ce qui importe avec l’expérience psychédélique, ou plus généralement spirituelle, ce n’est pas la vérité que l’on croit toucher du doigt, mais bien le chemin qu’elle nous fait parcourir sur notre rapport au soi, aux autres et à la vie.
  Répondre
#41
Hum. Okay.
De même j'ai été choqué par certains usages de ces drogues. Pourquoi ?
Dans la mesure ou ces usages étaient différents au mien.
Je m’explique.
J’étais dans le même cas que toi. J’en prenais surtout pour l’introspection que ces substances permettaient. Et je maintiens même, qu’elles aident à digérer certaines périodes noires de votre vie, quel qu’elles soient, même si l'opinion commune s’accorde à ce que vous soyez "bien" avant la prise ; je pars du principe qu’il faut essayer de détruire de part en part le bon du mal. Pour moi la prise idéal c’est pas d’essayer à tout prit d’éviter le bad trip. C’est de vivre le trip, qu’il soit bad ou pas. Doesn’t matter. J’dis bien idéal, à l’approche du bad j’serai encore le premier à paniquer.

De ce fait, j’ai toujours aimé déjà, premièrement les prises en plein air. Les prises dans les endroits clos c’est pas trop mon truc. Je tourne vite en rond…je m’émerveille moins.
Et ça peut vous paraitre con pour la plupart d’entre vous qui je sais trafiquez les teufs, mais à cette époque je ne comprenais pas comment on pouvait dropper du LSD dans ce genre d’endroit. Pour moi c’était simple tout m’amènerait au bad trip.
Déjà la musique qui n’était pas trop mon truc et deuxio la capacité intellectuelle du teufeur de base dont sa vie est uniquement programmée par rapport à la teuf du WE suivant m’est plus déprimante qu'aguichante.
J’suis plutôt petit coin perdu au milieu de la nature pour boire l’eau à sa source. Mais j’ai expérimenté la prise en milieu festif (festival et teuf) et ce fut aussi fabuleux.
Donc pour se décoincer, ça ne tient qu’à moi, mais diversifier les sets, même si ce n’est pas forcément conseillé, faut risquer les baffes si on veut se connaitre.

Pour les amis. J’avais la même impression que toi. J’avais l’impression d’être le seul à avoir cette approche de profondeur dans mes prises. Les autres étaient plus là par opportunisme. Ces même qui sont toujours là pour tirer une latte sur votre joint mais qui n’en n’ont jamais.
Mais comme ça été dit dans plusieurs posts, oui, chacun à son propre cheminement, et si il est différent c’est tant mieux. Et je fus choqué que certaines de mes connaissances ont pu dropper en milieu fermé, écoutant de la musique genre Vald et ses congénères rappeurs en débattant sur le FN. Cocktail assez spécial.
Doux jésus, comment peuvent ils penser encore à ça sous LSD ? moi qui part dans mes délires métaphysiques et autres. Comment pouvaient ils encore avoir une conscience politique factuelle alors que le monde se présente à vous avec moins de retenu ?
Je repensais à mes discutions sous LSD, complètement décousu. Voguant d’une association d’idée à une autre. Partant dans ces délires que vous connaissez tous bien. Jouant avec un bout de lumière qui chatoie, où tombant dans la contemplation d'un bout d'écorce.
De même, je connaissais certaines personnes qui tappaient de la Salvia pour le fun alors qu'à la suite d'expérience un peu baddante, je tremblais de peur avant chaque prise.
Bref.
J’étais choqué. Par eux. Par d’autres aussi.

Tu sais, le monde est vaste. Il faut accepter la diversité de toutes ces trajectoires. C'est ça la "vraie" ouverture, et pas seulement celle de prendre des psychés.


Et ce qui est marrant, c’est que maintenant, j’ai totalement inversé mes expectatives concernant les psychédéliques. Si avant je cherchais l’introspection dans ma monkey mind, je m’interroge, quant à l’utilisation pour l’expérience directe qu’ils peuvent procurer, soit avant les mots dans votre tête une sensation différente d’être au monde.
Essayer d’extérioriser mes trips au lieu de les intérioriser comme j’avais l’habitude de le faire. Les extérioriser dans une expression de soi propre à soi. Danse, musique, peinture, communication, jeux. Que ça pulse, en dehors.
J’passerai peut être pour un con auprès de ces gens sérieux. Ces gens raisonnables. Ceux là, qui n’disent pas grand-chose, et qui veulent vivre l’expérience. Et ils se diront peut être en me voyant, mais qu’il est con!!! Il est bien trop léger pour prendre des psychés, ça sert à rien, ça n'lui apportera rien.
Peu importe. Faut juste lâcher la grappe et laisser passer le flux.

Et pour terminer je citerai une phrase de Tom Verdier qui m’avait marqué dans son pavé dégueulasse.
« Les psychédéliques ne sont pas le changement. Ils sont la possibilité du changement. »

et en tout les cas, respirer et rester humble.
Le flic c'est toi
  Répondre
#42
En ce qui me concerne, et comme le suggèrent aussi les autres, notemment Budshrooms et Sludge, j'appuie fortement le projet d'un dialogue avec tes potes. C'est pas la peine de trop préparer les choses, d'essayer d'anticiper leurs réactions, de préparer un argumentaire... je dirais : être le plus honnête possible, quitte à ce que ça frotte.
Pas con l'idée de Sludge. Voilà un lien vers la rétrospective de mes TRs : http://www.psychonaut.com/trip-reports-f...post805747

Paix et amour et ainsi de suite.
  Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  psychédéliques et multiples réalités Le voyageur 3 59 12/10/2018 16:52
Dernier message: Budshrooms
  Prises de psychédéliques: impact à courts, moyens, longs termes R2d2 9 112 10/08/2018 18:40
Dernier message: Indica
  Les conséquences globales des psychédéliques sur votre vie Meirrion 192 16,452 01/05/2017 23:20
Dernier message: Trickster
  D'où vient votre intérêt pour les psychédéliques ? Zornx 41 2,661 27/09/2015 18:27
Dernier message: Hellfire
  Utiliser les psychédéliques avec sagesse (Stolaroff trad) GuyGeorge 35 5,503 06/09/2015 22:20
Dernier message: Virgule
  Pourquoi les psychédéliques nous apprennent qui nous sommes Sludge 24 3,120 24/03/2014 22:48
Dernier message: tartopom
  Les psychédéliques entravent la quête de l'éveil ? Delicious 10 1,511 21/03/2014 19:08
Dernier message: Tisalut
  Des psychédéliques pour changer le monde ? Axïōm 49 3,367 31/12/2013 07:11
Dernier message: Raøul
  Vacuité & psychédéliques sval 2 2,518 16/06/2009 13:38
Dernier message: sval

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)