• Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Les psychédéliques entravent la quête de l'éveil ?
#1
Salut,

Il m'est parvenu un ressenti durant certaines prises de psyché, après avoir atteint un certain stade avancé dans la défonce, d'être pris au piège d'une grande boucle. Celle-ci serait le cycle permanent de reprendre des psychédéliques afin de se replonger dans cet état de semi-illumination, dans lequel nous sommes libéré de nos souffrances car desidentifié de notre ego. Cependant n'est-ce pas les souffrances et les désirs engendré par notre ego qui nous ont poussés à prendre une substance psychédélique? Durant certaines expériences psychédéliques nous prenons conscience que l'ego est néant. Alors pourquoi continuer à consommer des psychédéliques sachant que cet envie, ce désir, provient de cet ego qui nous fait souffrir, qui est une faille de notre mental? Pourquoi les expériences d'illuminations sous psychédéliques, aussi puissantes et pure soit-elles ne perdurent jamais plus que le temps de l'effet de la drogue? Certes on en revient souvent avec de nouveaux acquis, mais ils sont au final plus d'ordre intellectuel que spirituel. Ces expériences nous permettent des-fois de comprendre des tas de choses, et d'élaborer des théories super intéressantes, mais qu'en advient-il de ce que nous vivons maintenant ? Sommes nous pour autant plus proche de la véritable nature de l'être ? Ou avons-nous simplement acquis des vérités que nous utilisons comme credo de vie? Mais qui restent à l'état de savoir intellectuel et non d'expérience vécue dans le présent, à moins d'être défoncé.

En d'autres termes les psychédéliques ne ferait-il pas simplement gonfler notre ego, tout en donnant l'impression de le réduire.
L'expérience d'illumination sous influence de psychédélique (je ne dis pas que ça arrive à chaque fois que l'on prend un psyché, c'est même plutôt rare) fait de l'accès à l'éveil une quête, un désir, une envie de se libérer de notre ego auquel nous nous identifions mais qui n'est que la somme d'événements du passé et de projection du future. Mais cet sensation de désir de libération est elle-même manifesté par notre ego. Ainsi se crée la grande boucle.
Tant que nous nous identifions à notre ego nous restons prisonniers, mais comment se libérer de ce qui nous nous donne envie de nous libérer. Nous devenons prisonniers de l'envie de nous libérer. Donc pour ne plus être prisonniers nous devons... Rester prisonnier.

Alors ou se trouve la véritable issue ? Les psychédéliques nous apportent-ils plus de sagesse ? C'est à vous que je pose la question.
J'ai personnellement vécu certaines expériences psychédéliques comme un piège se refermant sur moi à tout jamais. Je ne pense pas que cela soit irrémédiable, ni même que ça soit un véritable problème, mais j'ai de plus en plus l'impression quoi que je fasse de me mordre la queue.

Bisous, bisous!
  Répondre
#2
Délimuscle a écrit :Salut,
Salut Smile

Délimuscle a écrit :…Certes on en revient souvent avec de nouveaux acquis, mais ils sont au final plus d'ordre intellectuel que spirituel. Ces expériences nous permettent des-fois de comprendre des tas de choses, et d'élaborer des théories super intéressantes, mais qu'en advient-il de ce que nous vivons maintenant ? Sommes nous pour autant plus proche de la véritable nature de l'être ? Ou avons-nous simplement acquis des vérités que nous utilisons comme credo de vie? Mais qui restent à l'état de savoir intellectuel et non d'expérience vécue dans le présent, à moins d'être défoncé.
Ça je dirais que ça ne dépend que de toi ! Pour moi il est tout-à-fait possible de se contenter d'une expérience psychédélique pour enrichir sa vie spirituelle sur le long terme, et faire durer la joie dont le trip n'aura été qu'un révélateur à un moment donné.

Ou bien tu peux te perdre dans la recherche d'un état atteint par le passé, en reprenant plus de drogue, et vivre exactement ce que tu décris… De toute façon je pense qu'attribuer son bien-être, ou une quelconque paix de l'âme, à la prise de psychotropes, ne peut que se révéler malsain puisqu'on est tout ce dont on a besoin pour être heureux ; et la drogue est quand même connue pour causer pas mal de problèmes (c'est-à-dire que même si ça se passe bien, au final à chaque prise tu lui donnes une nouvelle chance de te nuire, alors que tu as en toi la capacité d'illuminer ta vie entière avec une prise unique).

De la même manière, pour n'importe quelle prise de psychotrope, il ne tient qu'à toi de voir ça comme une expérience enrichissante, et de continuer ta vie avec l'amélioration apportée par cette expérience, ou bien de rester bloqué sur le plaisir ressenti durant l'effet et de ressentir en contrepartie une frustration à chaque fois que tu seras sobre en repensant à ce mieux qui n'est plus…

Mon point de vue personnel, qui vaut ce qu'il vaut étant donnée mon expérience modeste — et qui vaut surtout pour ma propre consommation — c'est que la meilleure utilisation des psychédéliques est juste très ponctuelle Smile


Délimuscle a écrit :Bisous, bisous!
Bisous !

[Image: 624858Phoenix.jpg]
[Image: buster.gif][Image: flcl.gif]
  Répondre
#3
Déli, je me reconnais entièrement dans ton questionnement, puisqu'à un moment je me suis rendu compte de ça : sous drogue je n'ai même pas envie de lâcher prise, de vivre pleinement l'expérience. J'ai bien compris tout le délire chamanique du lâcher-prise, de l'effacement de l'égo, mais au fond de moi, je n'en veux pas.

Pourquoi je refuse le truc ? D'une, bien sûr, parce que j'ai un ego trop solide qui ne veut pas se diluer. Mais aussi, parce que ça me dérange que le chemin d'effacement du soi se fasse par la drogue. J'ai la conviction profonde qu'il y a des chemins qui me conviennent mieux.

Alors, plutôt que de boucler sur "je refuse de vivre le truc parce que c'est de la drogue", je suis passé à "je ne prends pas de drogue et j'essaie de vivre quelque chose de semblable sans".

Ça fait un peu plus de huit mois que je n'ai pas pris de psyché, aujourd'hui, et je dois dire que j'en chie, parce que la transition n'est pas évidente. Dans ma relation d'amour/haine avec eux, l'aspect amour me manque. Les psychés, même s'ils me montrent des visages de moi qui ne me plaisent pas, ils me rassurent tout de même considérablement.

Personnellement, je vis ça comme un détachement difficile, mais j'ai des trucs qui compensent, et qui sont arrivés dans ma vie justement à cette époque où j'ai arrêté les psychés : une copine géniale, une psychothérapie (introspection ++), des contacts enrichissant avec des croyants dans un contexte religieux (je suis en train de me préparer à la confirmation, et bah ça aide).

C'est un choix de vie que je regrette parfois un peu, mais je sais que je suis sur le bon chemin, parce que les expériences de déconstruction de l'égo sont au rendez-vous. C'est assez cool de vivre des choses semblables aux perches d'acide quand on n'a rien pris mais qu'on s'est mis en condition.

Et on tombe sans drogue sur les mêmes conclusions qu'avec : quand on est dans un état de conscience abouti, tout est déjà là, il n'y a rien à faire - on ne vit pas au quotidien dans cet état, et pour s'en rapprocher, tout est à faire.
Pas con l'idée de Sludge. Voilà un lien vers la rétrospective de mes TRs : http://www.psychonaut.com/trip-reports-f...post805747

Paix et amour et ainsi de suite.
  Répondre
#4
Délimuscle a écrit :En d'autres termes les psychédéliques ne ferait-il pas simplement gonfler notre ego, tout en donnant l'impression de le réduire.
L'expérience d'illumination sous influence de psychédélique (je ne dis pas que ça arrive à chaque fois que l'on prend un psyché, c'est même plutôt rare) fait de l'accès à l'éveil une quête, un désir, une envie de se libérer de notre ego auquel nous nous identifions mais qui n'est que la somme d'événements du passé et de projection du future. Mais cet sensation de désir de libération est elle-même manifesté par notre ego. Ainsi se crée la grande boucle.
Tant que nous nous identifions à notre ego nous restons prisonniers, mais comment se libérer de ce qui nous nous donne envie de nous libérer. Nous devenons prisonniers de l'envie de nous libérer. Donc pour ne plus être prisonniers nous devons... Rester prisonnier.

Les psychédéliques nous apportent-ils plus de sagesse ? C'est à vous que je pose la question.

Ce topic devrait t'intéresser, il traite justement de ce genre de questions !
http://www.psychonaut.com/art-philosophi...field.html

Voici quelques extraits choisis:

Jack Kornfield a écrit :L'éblouissement que nous causent lumières et visions, la libération intense d'extase et d'énergie nous annoncent une heureuse nouvelle: les vieilles structures de notre être, de notre corps et de notre mental ont étés démantelées.
Toutefois, en tant que tels, ils n'engendrent pas la sagesse.

Faire l'expérience de ces états peut nous apporter un guérison et une transformation profondes, mais leurs dangers et le risque d'en faire mauvais usage sont tout aussi grands.

Nous pouvons nous sentir exeptionnels parce que nous avons connu ce genre d'expérience; parfois nous nous y attacherons et nous ne pourrons plus nous en passer; enfin, le côté spectaculaire, les sensations phyiques, l'exaltation et les visions peuvent créer une dépendance et ,en fin de compte, accentuer le sentiment de manque et la souffrance qui colore notre vécu.

Le risque le plus répandu est du au mythe selon lequel ces expériences vont nous transformer totalement, qu'à partir d'un moment "d'éveil" ou de transcendance, notre vie va changer du tout au tout, et pour le mieux.C'est rarement le cas, et l'attachement à ses expériences peut aisement engendrer la suffisance, l'orgeuil et l'aveuglement.


Perso, je pense qu'ils peuvent parfois apporter plus d'humilité surtout...la sagesse, j'en doute !
  Répondre
#5
Citation :l'attachement à ses expériences peut aisement engendrer la suffisance, l'orgeuil et l'aveuglement.

Tellement bien dis, il est cool ton article, pis il colle bien avec le sujet, propre Wink

Citation :tout est déjà là

C'est ça.
A mon avis, ton histoire de grande boucle est à creuser (le principe d'une boucle est à creuser, un cercle, c'est pas pour rien que ça fait bader depuis des lustres).
En fait, les psyche t'offre la possibilité de voir que le monde est bien plus vaste qu'il n'y paraît. Ils n'apportent aucune réponse, mais soulèvent de nouvelles questions.
En bon psychonaute, ce sont ces questions qui sont interessantes.
Gonfler ton égo? Hum ... Personnellement j'ai rarement ressenti autre chose qu'un profond respect et une putin d'humilité en sortie de trip. Et même quotidiennement (la réflexion, pas la perche ^^), ça t'apprend que t'es tellement loin d'être parfait, que tu as constamment un travail à faire sur toi.

Alors les psyche pour devenir sage? Non. La vie pour devenir sage : OUI.
Les psyche c'est un bout du chemin, un véhicule ponctuel, un conseil ... Mais pas la recette du bonheur.

C'est pas une obligation, c'est pas une anomalie, une connerie ... C'est à prendre avec des pincettes, et chacun s'en fait son expérience.

"En chaque instant de leur vie leur sera donné la possibilité de comprendre."

A mes yeux, tout est deja là. L'idée maîtresse de la vie est sous notre pif, constament, d'une simplicité absolue qui fait que nous ne la voyons pas spontanément.
Le psyche oriente l'esprit dans une certaine direction. Mais c'est l'esprit qui choisit où il va. Tu peux avoir une démarche de psychonaute avant même de savoir ce qu'est la Drogueuuh. Mais il pourrait aussi en aider certains (tout particulièrement mister X, trader à plein temps, qui brasse du vent et qui a l'impression de se réaliser en tant qu'homme en achetant une BMW...).
Et tu peux poursuivre dans cette démarche sans prendre de psyche (Stylo, à vous les studio).

L'issue ne se trouve pas dans les psyche, ils sont aussi dangereux que n'importe quoi. En fait c'est le fait d'en oublier le reste pour ne se focaliser que sur une chose qui coince.
La diversité, les experiences variées, ... tout ça nous donne du recul. Le psyche, personnellement, m'aide à prendre du recul sur moi même, sur mon fonctionnement, mes sentiments, mes structures de pensées, mes archétypes, ...
Mais je peux prendre ce recul sans psyche, c'est juste pas le même recul.

La grande boucle, c'est la vie. Tout ce qui se passe actuellement est totalement normal. La société, la mondialisation, l'égoisme de l'homme, l'instinct de conservation, la violence, l'amour, la folie, la drogue, le bonheur, le malheur ... Il n'y a pas de "c'est pas normal", puisque les choses se déroulent ainsi. Et ça, c'est impossible à avaler.
Pourquoi? Je dirais ...
Prenons un exemple à la con pour comparer.

Mathématiquement, si je suis dans un espace 2D, les éléments de l'espace 1D me semblent tous liés, mais je suis indépendant des autres éléments de l'espace 2D.
Si je m'envole pour l'espace 3D, je découvre alors que tous les éléments de l'espace 2D sont liés, corrélés. Mais je suis toujours indépendant des autres éléments de l'espace 3D...
Et ainsi de suite, je sais pas si sa parle à grand monde ...

Mais c'est un peu ça, on est dans le manège, peu importe le recul qu'on prend, on est dedans. Alors on comprend pas la logique, et on ne le peut pas.

Personnellement, cette grande boucle me retourne moi aussi, je l'interprète à ma manière, mais c'est rassurant de voir qu'on n'est pas seul à cogiter à propos de ça!
  Répondre
#6
psychotrique a écrit :En fait, les psyche t'offre la possibilité de voir que le monde est bien plus vaste qu'il n'y paraît. Ils n'apportent aucune réponse, mais soulèvent de nouvelles questions.
En bon psychonaute, ce sont ces questions qui sont interessantes.

J'approuve cela Wink
  Répondre
#7
Hellou,

Version courte :
Délimuscle a écrit :Alors ou se trouve la véritable issue ?
Où se trouve la véritable prison ? Le véritable prisonnier ?

Délimuscle a écrit :Les psychédéliques nous apportent-ils plus de sagesse ?
Ce sont des moyens puissants, sans nul doutes mais la réponse est non.
Les psychédéliques PEUVENT nous apporter plus de sagesse, comme tous les éléments de la vie.
Les expériences puissantes peuvent être très libératrices, ou au contraire devant une telle puissance on peut se refermer fortement (par peur, désir,..)



En développant un peu plus mes ressentis perso :
- N'importe quelle boucle mentale peut se focaliser en l'esprit, ce n'est pas négatif en soi. Toutes les boucles naissent et s'évanouissent en l'esprit car il est ouvert et sans contraintes.
Je n'ai pas de réponse intellectuelle à tes questionnements, ils sont très bon à mon avis. Ne les suis ni ne les fuit, laisse-les naturellement libres.
- Tu sens ce qui ouvre et ce qui ferme. Aussi longtemps qu'on croit trouver du réconfort dans la fermeture on y retourne, par des voies d'illusions infinies.
C'est un fonctionnement habituel mais dénué de fondement : il n'y a pas une tare fondamentale à résoudre, l'illusion est le mode d’apparition des phénomènes.
Cela dit au niveau relatif toutes sortes de moyens existent : approches et pratiques chamaniques, religieuses, philosophiques, psychologiques, artistiques, sportives,...
Et tant qu'on se sent perdu et démuni on a besoin d'outils et d'exemples, bonne nouvelle : ce n'est pas ce qui manque !

Délimuscle a écrit :j'ai de plus en plus l'impression quoi que je fasse de me mordre la queue
Qui se mord la queue ? Qui est "coincé" au centre de l'Ouroboros ?


La Liberté n'attend pas.



La Bise Smile
  Répondre
#8
Citation :Ne les suis ni ne les fuit, laisse-les naturellement libres.

Cette phrase illumine ma journée, merci CMOS Heart
  Répondre
#9
J'etait retombe sur ce sujet en farfouillant un peu, psychonaut est un vrai temple, tres special, plein de merveilles qui peuvent vous faire perdre la raison.

http://www.psychonaut.com/art-philosophi...aroff.html

J'ai ressentie qu'il ne fallait pas que j'abuse trop des psychés. Ils m'on montre le chemin (en grand) et je les respectes, je me respecte et donc tout va bien.

J'en ai marre de me prendre la tete et trippé j'ai plein d'idees, de raisonnement qui s'emboitent tres facilement (ca me le fait aussi normal, j'appelle ca la pensee instinctive), la derniere fois que j'ai trippe je me suis demande pourquoi je ne pouvais pas kiffe le moment (par exemple je ne pense pas que j'aurais reussi a mediter).
Les psychedeliques ca duper un peu et quand tu reviens t'est moins duper, apres faut savoir oriente la chose, la spiritualite n'est qu'une folie controlé

@Castles: j'aime bien comment t'ecris, petites phrase et retour a a ligne, ca m'etait apparus evident de faire ainsi lors d'un trip (identification oriental) et c'est plus clair.
contradiction du rien en tout :paranoid:
  Répondre
#10
Citation :la spiritualite n'est qu'une folie contrôle

Ah ah, ça va faire plaisir au loup de tels mots ^^. Mais faut bien dire que c'est pas tout à fait faux, sans être tout à fait vrai, 'fin, je trouve 'avis perso comme d'hab ^^ (interprétation personnelle, réalité individuelle toussa toussa, tant qu'on est bien adapté à soi, aux autres Êtres [avec une majuscule, parce qu'il y'a les nazi de la sémantique qui rodent et j'ai envie que le mot sois juste plus percutant, t'en fais l’interprétation personnelle que tu veux après Larry, jsuis conscient que ça pique aux yeux de certains ^^] et à son environnement immédiat ma foi ...).

C'est pas obligatoire d'etre qqun de bien, être soi dans le respect des autres et de son environnement immédiat c'est deja pas mal, , c'est un bon début du moins... tu peux tres bien être un connard fini (* à la pisse des bois qui aime regarder le catch en faisant l'horreur d'acheter un mac do de temps en temps), j'en suis la preuve Tongue. Chacun sa route et c'est tres bien comme ça.
  Répondre
#11
Salut Délimuscle !
J'ai eu ce genre de réflexions à une époque aussi. Une époque où je trippais toujours en appart, avec des potes. Et à la fin de chaque trips je trouvais qu'il manquait un truc, même si j'avais grave kiffé la soirée. Et finalement c'est en changeant les conditions de l'expérience que tout est devenu clair, 20 min seul en pleine nature sous un Soleil couchant avec 400µg d'acide dans la tête ont suffit à balayer 1ans et demi de réflexions dans ton style. J'avais trouvé mes conditions parfaite pour avoir enfin ce que je cherchais, peut être n'as tu tout simplement pas encore trouvé les tiennes.

Et le plus important c'est le travail après le trip. C'est sur que prendre des psychés deux foi par mois comme un dingue pour trouver l'illumination ne mènera à RIEN ! La réflexion d'après le trip est limite plus importante que le trip lui même, et ça prend du temps. Personnellement j'ai bien mis 4 ou 5 mois à démêler mon dernier trip. Et si j'avais refait une expérience psychédélique entre temps ça aurait tout niké...
Le plus important c'est de prendre son temps ! Enfin je pense, tout ça est complètement subjectif hein, mais on est là pour donner son avis :roll:.

La phrase de CMOS qui parle de laisser les raisonnement libres est vachement profonde aussi Heart, faut pas s’engouffrer dans une spirale de pensées qui bouclent, ça sert à rien de repenser volontairement à tout ça dans tous les sens. Laisse venir à toi.

Du coup je pense qu'en effet trop de psychédéliques peuvent entraver la quête de l’éveil, mais quand je dis trop c'est vraiment différent de la RDR de base. Perso je pense que dans cette optique un trip tous les deux mois c'est déjà trop. Si tu veux vraiment poursuivre dans cette voie là il faut vraiment espacer les prises à mort, et compléter évidemment par un travail personnel, laisse toi le temps de digérer tes expériences, c'est que comme ça que tu pourras savourer tout ce qu'elles t'ont peut être apporté sans que tu t'en rende compte.
Et essaie de changer le setting aussi peut être, moi ça a beaucoup joué.

Bisous aussi Heart !
  Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  psychédéliques et multiples réalités Le voyageur 3 59 12/10/2018 16:52
Dernier message: Budshrooms
  Prises de psychédéliques: impact à courts, moyens, longs termes R2d2 9 112 10/08/2018 18:40
Dernier message: Indica
  Les conséquences globales des psychédéliques sur votre vie Meirrion 192 16,452 01/05/2017 23:20
Dernier message: Trickster
  Comprendre les psychédéliques dutchturkey 41 1,469 27/02/2017 15:51
Dernier message: Stylo 2.0
  D'où vient votre intérêt pour les psychédéliques ? Zornx 41 2,661 27/09/2015 18:27
Dernier message: Hellfire
  Utiliser les psychédéliques avec sagesse (Stolaroff trad) GuyGeorge 35 5,503 06/09/2015 22:20
Dernier message: Virgule
  Pourquoi les psychédéliques nous apprennent qui nous sommes Sludge 24 3,120 24/03/2014 22:48
Dernier message: tartopom
  Des psychédéliques pour changer le monde ? Axïōm 49 3,367 31/12/2013 07:11
Dernier message: Raøul
  Vacuité & psychédéliques sval 2 2,518 16/06/2009 13:38
Dernier message: sval

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)