• Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Des psychédéliques pour changer le monde ?
#31
Question de réponses physiologiques.


Certes un dispensateur d'ivresse -comme il dit- qui donne cependant l'illusion d’être bien plus que ça. Les seules révélations qu'on a sous hallu c'est au final d’être raide tel un enfoiré de Teletubbies.
  Répondre
#32
Chai pas, si le présent le futur et le passé sont un seul et même moment, il n'y a pas de moment "après la prise", juste un choix permanent du regard que l'on pose sur le monde.

Je taquine je taquine
Tout est vrai.
« Il arrive que la folie soit partagée par tous, on l'appelle alors la normalité. »
[SIZE=1]Artisan de Liberté

« La discipline est la différence entre ce que tu veux maintenant et ce que tu veux le plus. »

Anna

[/SIZE]
Le partage crée l'abondance.

  Répondre
#33
J'en sais foutre rien au final, mais y'a une métaphore qui me vient. ^^"


Je dirais que l'Etre, c'est un peu comme une guitare.


Quand il né, il arrive au monde avec une armature et des cordes parfaitement accordées qui lui sont propres, qui jouent du fait "sa propre mélodie au son particulier". Après, le rôle de l'être conscient, c'est "d'apprendre à jouer de la guitare". Pour beaucoup de raisons, quand on apprend à jouer, les cordes vont se détendre pour au final ne plus être accordées, c'est "inévitable" en un sens. Et je parle même pas des événements de vie qui peuvent conduire à devoir "reconstruire l'armature de la guitare" parce qu'un mec pas très attentionné à marché dessus ou que sais je.


Le problème c'est pas tant de faire des fausses notes car le processus d'apprentissage est permanent, même après toute une vie à s'évertuer à apprendre à en jouer, on apprend encore et encore à perfectionner sa maîtrise de l'instrument. Le hic c'est quand on ne prend pas le temps d'accorder régulièrement sa guitare, on finit par jouer "faux" alors qu'on est à peine conscient que les cordes ne sont plus parfaitement accordées, par le simple fait de jouer avec jour après jour. Et pour ceux à l'oreille absolue, même s'ils peuvent se montrer compassionnels, notre mélodie ne sera pas du tout agréable à entendre.


Ou alors parfois on ne prend pas soin de l'armature au point de la fragiliser dangereusement, ou pire, qu'on essaie de péter soi même son armature parce qu'on arrive pas à jouer sa mélodie malgré des cordes bien accordées et que ça frustre au point de vouloir éclater la guitare sur le sol dans un moment de perte de contrôle.


Le rôle des psychés ? Peut être être capable de mieux entendre notre propre mélodie et nos cordes désaccordées, pour mieux travailler dessus ensuite. Mais c'est un accordeur à double tranchant si on lit mal la notice. Quant à leur nécessité pour faire ce « taf », euuuh, y'a beaucoup de chemins possibles pour la même destination, et aucune obligation de suivre celui là ou un autre, faut suivre le sien épicétou.




Enfin voilà l'idée qui me venait par la tête à travers cette métaphore, y'a quelques fausses notes et ça demande encore à être accordé, mais jvais éviter de vous pondre un roman trop pompeux ^^ »
  Répondre
#34
Barakat a écrit :Ce que je regrette et constate sur toute une génération de tripés pseudo-mystiques, c'est qu'ils sont aptes à avaler des produits pour voir des plans sur la comète et refaire l'âme, mais ne seraient pas capable de se tenir ne serait ce qu'à deux prières par jour, une méditation quotidienne orientée ( pas une simple méditation qui a pour unique but de se calmer ou reposer son corps, la spiritualité n'est pas l'exclusive traduction de la recherche du bien être )... Tout le monde veut accéder au divin, ou du moins pour les néo-athé-spiritistes à l'esprit supérieur mais le plus vite possible, par le raccourci le plus pratique..

Et oui, encore une attitude très consumériste: atteindre le sacré VITE ! Par le chemin le plus court...
Et c'est pas sans danger (cf: la fameuse image de l'escalier vs l’ascenseur, qui lui peut rester bloquer ou tomber en panne...).
De plus, sans véritable travail derrière, toute ouverture (si belle soit-elle) restera au mieux un beau souvenir ou une expérience à renouveler...

Je me permets de mettre ce passage d'un bouquin de Jack Kornfield:

Jack Kornfield a écrit :Grâce à la méditation ou à la prière régulière, à la pratique approfondie et assidus du yoga et de la concentration, à des exercices spéciaux de respiration- ou parfois à d'autres circonstances extrêmes telles qu'un accident corporel ou l'utilisation de drogues psychédéliques- nous nous sentirons intensément présents, sans être gêné par une quelconque distraction intérieure.Avec la découverte de cette attention intégrale, notre conscience passera réellement à un niveau de perceptions différentes et radicalement nouvelles.

Faire l'expérience de ces états peut nous apporter un guérison et une transformation profondes, mais leurs dangers et le risque d'en faire mauvais usage sont tout aussi grands.

Nous pouvons nous sentir exceptionnels parce que nous avons connu ce genre d'expérience; parfois nous nous y attacherons et nous ne pourrons plus nous en passer; enfin, le côté spectaculaire, les sensations physiques, l'exaltation et les visions peuvent créer une dépendance et ,en fin de compte, accentuer le sentiment de manque et la souffrance qui colore notre vécu.

Le risque le plus répandu est du au mythe selon lequel ces expériences vont nous transformer totalement, qu'à partir d'un moment "d'éveil" ou de transcendance, notre vie va changer du tout au tout, et pour le mieux.C'est rarement le cas, et l'attachement à ses expériences peut aisément engendrer la suffisance, l’orgueil et l'aveuglement.


Tiré de ce chapitre:
http://www.psychonaut.com/art-philosophi...field.html


Mushin a écrit :Faut aussi savoir rester light ... on enfonce pas des vis avec un marteau, surtout si le bois est dur, si c'est pas du beton ^^.

Carrément, douceur avec soi-même...on enlève pas des années de conditionnements avec un coup de baguette magique (ou alors ça fais mal) !

tomestat a écrit :Internet, c'est un outil de révolution des consciences.

Pour le côté "zapper" l'organisation pyramidale de la société, c'est pas mal en effet...
Mais quand tu vois que ça deviens un outil de contrôle:

Surveillance du Net*: tout savoir d'une loi qui vous regarde - Libération
Flicage du Net*: la Cnil craint des «atteintes à la vie*privée» - Libération

Et que même sans ça, beaucoup de personne se retrouvent déconnectés de la réalité, seules derrière leur écran:
Etats-Unis: un hôpital pour les drogués d'Internet | Slate.fr

Je me demande où est passée cette fameuse "révolution"...
  Répondre
#35
Tissu a écrit :Question de réponses physiologiques.


Certes un dispensateur d'ivresse -comme il dit- qui donne cependant l'illusion d’être bien plus que ça. Les seules révélations qu'on a sous hallu c'est au final d’être raide tel un enfoiré de Teletubbies.

On dirait que l'on n'est pas "programmés" pour réagir de la même manière avec les psychédéliques. Il y a peut-être une partie de vérité, dans les théories qui disent que nous sommes plus ou moins bridés pour ne pas dépasser un certain seuil.
Cela me rappelle un topic où des personnes disaient que les psychédéliques provoquent juste une légère déformation de leur réalité ordinaire et qu'en dehors de se défoncer ou se divertir, ça ne peut servir à rien. Il y a pourtant pas mal de littérature à ce sujet, mais peut-être que ça reste de la science-fiction si ce n'est pas validé au moins en partie par l'expérience personnelle.

Il y a des gens qui semblent en prendre pendant un moment sans avoir de prise de conscience ou d'exploration intéressante, en dehors du cadre de leur réalité ordinaire, à moins qu'elle soit effacée de la conscience. Alors que d'autres s'en prennent au moins une qui va leur mettre une claque et changer le cours de leur vie, qu'ils le veuillent ou non.
En continuant les recherches dans ce domaine, la science devrait pouvoir découvrir encore plein de choses passionnantes qui vont peut-être en remettre d'autres en question, ou pas. Quel suspence !

edit : Bon, je ne vais pas encore revenir ce soir sur le fait que ce bridage peut servir à quelque chose et que le débridage est dangereux et illégal. Je passe mon tour.
  Répondre
#36
Au final c'est peut-être comme les religions :
certains sont totalement "POUR" , d'autres totalement "CONTRE", et la réalité c'est que certains se "font du mal" avec/sont entrés dans une démarche malsaine, mais on ne peux pas nier que d'autres ont aussi "trouvé leur voie"/leur chemin vers leur accomplissement personnel...
certains "contre" diront que c'est un refuge, mais l'important est que la personne soit heureuse au final (après est-ce qu'elle est vraiment heureuse ou se ment-elle à elle-même, c'est encore autre chose...).

Les psychédéliques c'est un peu comme ça, certains n'ont pas été transformés ou que négativement, et se sont rendus compte qu'ils se mentaient à eux-même à "penser en mode psychonautique" et ce qu'ils cherchaient au final était surtout du plaisir...
mais pour autant, ils ne devraient pas faire l'erreur facile d'appliquer ce schéma à tout le monde : et reconnaître que pour certains, ça a été une réelle transformation positive (créativité, compréhension de soi etc.)...
rappelez-vous l'explosion artistique des années 60-70 notamment dans la musique et le cinéma...
Après, j'imagine que ça peut être une réponse inconsciente à une apologie anticipée des psychés : c'est vrai que pour certains, le "bla-bla" psychonautique permets parfois de justifier des comportements excessifs et malsains.
Mais encore une fois, ça ne s'applique pas à tout le monde.

Bref, je dirais attention à ne pas penser trop en ligne droite : les psychés ne sont ni bons pour tout le monde, ni pour personne, mais pour certains et pas pour d'autres...
Jettez un œil ! :cker79: Mon premier album psybient
--------------------------------------------------------------------------------------------
TAÏ
SIFORSAÏBIN'TOKLEU (the contact). | L'amour, l'art, les psychés
  Répondre
#37
Petits passages d'un certain Hunter S. Thompson (tiré de "Parano dans le bunker", chapitre: Le Hashbury capitale des hippies):

' a écrit :"Nous sommes en 1967. Il ne fait aucun doute que Berkeley à été le théâtre d'une révolution, mais le résultat de répond pas exactement aux aspirations des initiateurs du mouvement. Plus d'un militant a plaqué pour de bon la politique et s'est tourné vers la drogue. D'autres ont même plaqué Berkeley...

...Il y a encore deux ans, les plus brillants d'entre eux se sentaient passionnément concernés par les réalités socio-politico-économiques de ce pays. La période a changé. L'engagement militant a vécu. "Transformation", "progrès, "révolution", c'est mots n'ont plus cours. La mode est à l'évasion. On veut s'ancrer à la périphérie d'un univers qui aurait pu exister - qui aurait dû, peut-être - et, chacun de son côté, on fait le pari de survivre.
Les militants eux, s'arrachent les cheveux devant l'extension du mouvement hippie. Une génération de rebelles s'enfonce dans les limbes de la drogue, prête à beaucoup accepter en échange d'un peu d'"extase".

Steve DeCanio a longtemps milité à Berkeley. Aujourd'hui, chercheur au MIT, il représente bien cette multitude de jeunes radicaux qui sont conscients d'avoir perdu leur influence mais ne savent trop comment s'y prendre pour la regagner..."un gouffre sépare le "Flower Power" du vrai combat politique avec ses échéances brutales. Quelque chose doit céder, et la drogue est un trop bel "opium du peuple" pour que ces salauds (les flics) n'en profitent pas."
En attendant, comme tant d'autres militants, il rigole doucement de voir la "culture" hippie déteindre sur l'establishment. La panique qui s'est emparée des bureaucrates de San Francisco à la perspective des 200 0000 hippies qui menacent de fondre sur le Hashbury cet été a encore le pouvoir de faire rire les anciens de Berkeley. En décrivant la crise imminente, DeCanio n'avait pas la prétention de jouer les Cassandre, mais compte-tenu de la situation, il se peut qu'il ait raison lorsqu'il écrit: "j'imagine Shelley, notre maire, debout sur les marches du Civic Center, hurlant dans les micros de la télé: "Le peuple veut du pain ! Du pain vous entendez ! Laissons-les se brancher !".

New York Times Magazine, 14 mai 1967
  Répondre
#38
Voici un extrait d'un livre de Jung qui raconte une partie de son exploration de l'inconscient : http://www.editions-iconoclaste.fr/IMG/pdf/2204_001.pdf
  Répondre
#39
Tissu a écrit :Je comprends pas ton projet Vétéran
yoshinabis a écrit :Il serait plus constructif de tenter de guider ou de partager
Aimerais bien mais c'est ma première réelle tentative de participer à un forum, d'où l'impression de monologue, "aigri et ronchon" est aussi un truc tout fait, peut-être que c'est vrai, est-ce vraiment important ?

Lu ici des lignes qui m'ont troublé au point de me donner envie de pousser le camion jusqu'en Hongrie pour y retrouver des choses et des gens pas vus depuis longtemps avec qui je ne suis pas fâché pour autant, lu aussi des histoires de jeunes qui s'enfoncent des psychotropes dans l'anus pour se caler devant la console, ça n'annonce pas la troisième phase du psychédélisme.


  Répondre
#40
Bijord , Je veux pas te gâcher ces idées optimistes qui me touchent beaucoup mais là tu parle d'une génération qui a vécu ces choses déjà ( 68 ) et que parmi elle , ces gens ont hélas rien changer dans les modes de vies , juste un passage appuyé mais trop court.
je crois sincèrement qu'il faudrait vraiment bousculer les moeurs pour ça et que les drogues (en mode plug allons-y ^^) n'y changeront rien.
300 élites seront toujours à la tête de notre monde , même contre 6 milliards d'adversaires ( passifs ) devant eux...

C'est un peu comme une prison , pourquoi les taulards ne foncent pas vers la grille de sortie , une bien belle masse mais elle reste docile malgré tout ... Bref la meute chez l'homme j'y crois pas car il connait bien trop la peur.
Mettez 300 Mesrine dans la même taule et vous allez voir le résultat ( je souhaite pas ce dénouement ! ).
alors barrière électrique , carabinier en haut de la tour etc etc n'y pourrons absolument rien ;
Certains qu'ils se feront chopés après et comme les 68 chtars ils finiront par revenir dans la raison après des nuits aux mitards.
Tout est temporaire quoi que nous fassions !

C'est une métaphore qui se discute mais bon , il y a en a une autre mais je me souviens plus trop alors j'en invente une comme ça.
Nous autres ici sommes une poignée du reste du monde , il faudra des siècles (voir des millénaires) pour que la vision d'un monde meilleur soit présent .
Je dis pas que le monde est pourri loin de là mais il est loin d'être à l'image des fondements que l'univers tout entier voudrait, pour le moment je joue le jeu de la vie mais je m'en cogne dans la mesure ou je sais et j'ai l'idée d'une manière de penser supérieure lorsque nous ne serons plus de ce monde , bref la vraie vie est peut être là ou nous nous y attendons pas alors à quoi bon se préoccuper?

Bref j'arrête là car c'est une discussion qui risque de virer encore à des débats inéluctablement sans voies de toute manière .

Par contre j'apprécie de savoir qu'il existe dans ce monde des gens bien qui veulent plus que des changements mais une vie semblable pour toutes et tous ( quoi que mathématiquement c'est impossible , je suis avant tout pythagoricien ).
Soyons solidaires mais pas trop quand même ^^
  Répondre
#41
Pas besoin de psyché pour "changer le système", faut commencer par boycotter ^^".




Des psychés pour apprendre à se changer soi même et comprendre comment entrer en Harmonie ... où que les accidents de la vie font qu'il est difficile de se redresser ... ils appellent ça "psychedelic medecine" là bas ... Pire, certains parlent même de médecine naturelle ^^




Pis y'a aussi ces histoires d'épigénétique, de l'influence de la pensée sur les gènes, la méditation qui implique des changements dans la faculté plastique du cerveau, même certains jeux vidéos aident à en croire ces hérétiques de scientifiques ( étoussa hein, la liste est longue ) qui me titillent la reflexion, mais bon ...

C'est un outil à la notice pas facile, puisque pour l'instant inexistante en partie aussi grâce à l'omerta engendrée par les défoncés inconscients de l'époque qui s'amusaient avec un outil qui nous dépasse tous de par sa nature.

Après, se dire que ça va changer un beau matin au réveil sans avoir torché quelques culs de tous bords, y compris le sien (après chaque caca, n'oubliez pas, c'est mieux), en se sentant toujours pret à le faire en cas de "besoin", ça risque d’être encore la merde pour un moment ^^.

jfile me torcher si ça vous ennuie pas ^^"

Edit: jt'ai démoulé quelques perles toutes chaudes pour ton topic cliff t'as vu. Bon allez je trace avant d'en laisser une au fond du slip ^^" ... arf pas par le cul on a dit les traces ...
  Répondre
#42
tinn c'est le syndrome Hatsu de parler de brin ?

"relire ce qui vous emmerde le + pour comprendre ce qui va suivre "

Perso tout à l'heure suis parti chier un coup ( syndrome Bigard tant qu'à faire ), mon portable sonnait et j'attendais un appel important alors du coup je frotte vite fait mais avec quasiment la merde entre les deux extrémités ( d'orient à occident ) de mon anus pour aller voir ou se trouve mon portable ...

La suite ben c'est dans le sujet " ce qui vous emmerde le plus "

Bon t'inquiète E-T je me lave toujours le cul après le WC lol

edit : STP cliff un peu de tenue , je veux pas voir ça dans le mur
  Répondre
#43
Mushin a écrit :Pis y'a aussi ces histoires d'épigénétique, de l'influence de la pensée sur les gènes, la méditation qui implique des changements dans la faculté plastique du cerveau, même certains jeux vidéos aident à en croire ces hérétiques de scientifiques ( étoussa hein, la liste est longue ) qui me titillent la reflexion, mais bon ...

La pensée alterer les genes je sais pas mais l'absence de pensée oui Smile

La méditation agit directement sur l'expression des gènes

Edit: Neurons to Nirvana, magnifique merci
contradiction du rien en tout :paranoid:
  Répondre
#44
Pros-éther du monde entier, dissociez-vous.
  Répondre
#45
Des psychédéliques pour changer le monde ?

Moi, je pense qu'il faut se changer soi-même avant de changer le monde.

Et les psychédéliques pour se changer soi-même, c'est déjà tout un projet. Je crois que c'est ça qu'il veut dire le vétéran.
  Répondre
#46
C'est intéressant ce sujet issu d'une scission.
Ce que je retiens de toutes ces réponses c'est le consensus sur la mauvaise utilisation des psychédéliques.

Actuellement il sont essentiellement connus publiquement et justement car pratiqués dans un cadre " festif " c'est à dire en partie incontrôlé et un peu sauvage.
Alors que pour la plupart l'utilisation, thérapeuthique de ces produits, doit se faire dans un cadre contrôlé dans une certaine maturité, un certain contexte.
D'ailleurs ce n'est qu'enfoncer une porte ouverte, car le deuxième secteur où l'utlisation est reconnue, c'est bien le secteur thérapeuthique, professionnel et institutionnel. Le LSD et les champignons font l'objet d'utilisations contrôlées et de recherches dans le cadre médecinal, notamment en psychologie ou soin palliatif pour contrer l'angoisse de la mort par exemple.


Une personne parlait de la grande évolution positive qu'a apporté internet par rapport à la TV. Je ne suis pas du même enthousiasme. Peut être à une époque, internet était cette petite porte qui permettait de s'échapper d'une emprise de l'Etat et des puissants.
Mais aujourd'hui, tout est contrôlé, même sur l'illusion qu'est le darknet, tout est surveillé.
Internet contre la lobotomisation ? Laissez moi rire, c'est un outil mille fois plus lobotomisant que la TV. Les publicités de partout, sur chaque site, avant chaque vidéo youtube, je suis un vrai mouton consommateur. D'abord rares, puis optionnelles, elles sont maintenant obligatoire, sans aucune possibilité de les passer, même avec certains antipub.
Les pop ups qui s'agitent de partout dès que je clique sur un site. Les pubs sont aussi orientées selon mes données de naviguation et mes recherches.
Twitter et FB, l'outil de la moutonnisation de masse, avant les gens s'agglutinaient dans une tendance à un rythme plus progressif donné par les médias classiques. Aujourd'hui c'est quasi instantané. Le phénomène " BUZZ " l'outil de communication qui se sert du vide et de l'immoral est un produit d'internet. La parole est donnée à chaque idiot, la haine se propage dans un sentiment de protection.
Google, un pillier d'internet récupère toutes nos données de navigation pour l'envoyer aux amis du renseignement, bien plus que ça, c'est google qui hierarchise les résultats de recherche et décide quel site sera en premier page, et quel site sera en seconde page, et donc relégué à l'oubli éternel, car entre nous, qui clique souvent sur la page 2 ? Un véritable outil de conditionnement, ne cliquez que sur ce que je vous ordonne.

Sur tout les points noirs de la TV, l'internet reprend la succession avec des outils plus perfectionnés, plus intrusifs dans notre vie privée, plus participatifs et hypnotisant.

Evidemment des trous existent dans cette gigantesque machine, comme dans chaque domaine, la preuve réside dans cette discussion, mais internet n'est plus l'eldorado de la pensée.
  Répondre
#47
Y'a que la DMT de vrai pour contrer l'angoise de la mort !

Nan sérieux je suis tout à fait d'accord avec toi, sauf sur internet, déjà le deepweb a toujours été surveillé et c'est pas parce qu’il connaît une fulgurante notoriété chez la masse qui le croient absolument anonyme qu'il le deviendra.
Ensuite je n'ai ni twitter, ni fb, j'ai adblock et je suis sur linux, donc oui, je n'ai ni pub, non je ne suis influé dans aucune mouvance sociale hormis de temps en temps des forums comme celui ci en ce moment par exemple, masi étant donné qu'il est publique et non commerciale on reste dans une optique de liberté informative.

Ensuite concernantla collecte des données, je suis bien d'accord que c'est un outrage à la liberté, et que c'est un risque, cependant si Google (et seulement google, les autres le font pour la pub ou pour leur profit) cllecte des données et ce anonyme et automatiquement, c'est pour que tu puisse avoir les résultats que tu veux sur ta première page, et pour pas que t'es à faire 10 page pour trouver ce que tu voulais, car comme tu l'a dit "qui clique souvent sur la page 2", alors t'imagine lorsqu'il doit trier des milliards de résultats sur des millions de pages.

Enfin bref, je ne te vise absolument pas Big Grin maisje trouve ça prématurément irréfléchie les réfléxions toutes faites du styles internet nous flique, oui certains états utilisent des données pour punir les "mauvais", et d'ailleurs la France vient de voter une loi aberrante ce mois-ci. Mais dans les stratégies commerciales de marketing, après le luxe d'Apple, puis le "Tu fait parti de la maison toujours de ce dernier", la "vrai info" commence à faire une véritable percée marketing grâce à qui ? À Google oui, car lui propose un OS libre, des smartphones a prix cohérents, des alternatives gratuites, même si c'est lui qui introduit les pubs, c'étaient pour perfectionner et structuré économiquement le web, depuis les sites sont plus nombreux, les métiers de l'internet éclosent, et ainsi de suite. Donc oui il y a encore du mal, mais au lieu de critiquer et de continuer à suivre la masse comme le font beaucoup d'individu de la masse, peut être devrait il revoir leur manière d'acheter, de quel plan marketing et qualitatif vont il soutenir par l'achat, etc. Et c'est comme ça qu'on fait les révolutions maintenant, le choix par l'achat.

Encore une fois ça ne te concerne pas Barakat mais je rebondis ce que tu dit pour exprimer mes idées par rapport au lien qu'unissent la masse et leur vision d'internet.

La machine et l'anonymat est ce qui légitimera la tournure collective que prend internet, malgré que certaines entreprises tentent d'enfermer le consommateur pour faire toujours plus de profit. La sentence réside donc dans l'achat.
[Image: 37qdi.png]
  Répondre
#48
Je ne prends pas du tout ça comme une critique, nous discutons et opposons des points de vues ce qui est normal.

Pour internet, j'adhère à ta position, mais malheureusement c'est "ta" position. Et tu sembles faire généralité de ton utilisation responsable d'internet, ou alors semble être déconnecté de la réalité de son utilisation massive. Linux est un OS reconnu, mais reste de niche pour la grande majorité des utilisateurs de MacOS ou windows.

En tant que non adepte de réseaux sociaux, tu es marginal, tu as raison, mais tu es marginal. D'ailleurs j'ai lu un récent papier sur un communiqué du FBI qui circulait dans leur réseau internet comme considérant les gens non utilisateurs de Facebook comme potentiellement " dangereux". C'est beau internet.

Sur google, tu as en partie raison, la sélection se fait par rapport aux recherches, mais pas seulement, google lui même classifie l'ordre des résultats, en corrélation bien sûr avec nos habitudes. Mais même dans ce cas, tu te contentes de piocher dans ce que une IA a automatiquement géré pour toi parce que c'est plus simple. N'as tu jamais été emerveillé de tomber sur une trouvaille qui est totalement en dehors de tes goûts et habitudes, en dehors de tout ce que tu avais prévu ou recherché ? N'est ce pas là la richesse de la recherche ? Tout cela est supprimé sur le moteur google. La critique que je faisais de google était en réaction au post de quelqu'un parlant de "lobotomisation " et " conditionnement " on est en plein dedans. L'outil artificiel, paramétré par des stratèges d'internet, oriente notre recherche vers ce que nous voulons, il le fait pour nous, c'est merveilleux, c'est plus simple, il nous évite de perdre du temps ! On en est loin, mais certains scénaristes ne sortent pas leurs idées de nulle part, the Truman show ou Matrix, ça vous parle ?
D'ailleurs il y a beaucoup de chercheurs qui se posent des questions au sujet de cette façon de sélectionner les résultats, je ne suis pas le seul à m'inquiéter, quelques recherches sur google ( ahah ) pourrons vous orienter.

D'ailleurs Google a bien avancé depuis ces débuts en libre, une cellule est spécialement attachée à la recherche sur l'adn, ils ont racheté il y a quelques jours Bostons Dynamics, qui est connu pour son wildcat et équipe principalement l'armée américaine en droïdes d'assistance au combat. Merci google.

Je ne critique pas pour dénigrer, mais bien pour mettre en garde comme bon nombre de personnes, et tenter d'évoluer dans le bon sens, parce qu'évidemment internet a apporter plein de bonnes évolutions. Si les mauvaises habitudes ont pris une plus grande ampleur et sont interconnectées, les bonnes aussi.

Je concluerai avec quelques citations de Eric Schmidt, ancien PDG de Google, et toujours actif dans la boite :

Financial Times 2007 :
[INDENT]« Nous allons devenir de plus en plus forts au niveau de la personnalisation. L’objectif, c’est que les utilisateurs de Google puissent en venir à poser une question comme “ que dois-je faire à présent ?” ou encore “ quel job devrais-je prendre ?” ».
« Implanter des choses dans votre esprit franchit la ligne rouge. Du moins, pour l’instant. »

Wall street journal 2010 :
[INDENT]« Une idée serait que de plus en plus de recherches soient effectuées en votre nom, sans que vous ayez à les taper. Je pense véritablement que la plupart des gens ne souhaitent pas que Google réponde à leurs questions. Ils veulent que Google leur dise quelle est la prochaine action qu’ils devraient faire. »
« La technologie du ciblage individuel sera si performante qu’il sera vraiment dur pour les gens de regarder ou consommer quelque chose qui n’a pas été d’une manière ou d’une autre taillé pour eux. »

« Pas d’anonymat. Et la raison est que dans un monde de menaces asymétriques, le vrai anonymat est trop dangereux. -blababl- Ce n’est pas possible d’avoir tel ou tel terroriste faire telles ou telles terribles choses sous le couvert d’un anonymat absolu. »
« Si vous faites quelque chose que vous souhaitez que personne ne sache, peut-être devriez vous commencer par ne pas le faire. »

Ah tiens l'argument du terrorisme, ça me rappelle l'oncle sam ...

Bref pour revenir au sujet et éviter le HS, nous n'avons pas besoin de psychédéliques pour être renseignés sur le monde et s'alarmer. Ils peuvent aider oui, mais l'effort viens d'ailleurs.



[/INDENT]

[/INDENT]
  Répondre
#49
Sérieux, un communiqué du FBI ???? Ils sont fous ^^ nan sérieux en plus c'est prouvés que ça nuit aux relations extérieures, et puis je me connait est je sais que j'ai un potentiel addictogène avec ces moyens de communication qui pourrait me rendre triste, ensuite je n'ai pas l'habitude de prendre des photos de moi, et pour terminer mon jour d'anniversaire est aussi la journée mondiale sans Facebook, coïncidence ? Je n'croit pas. (Et c'est également la journée mondiale des maladies rares, ce qui expliquerait certaines choses...)

Il est vrai que le côté random de la recherche peut être source de superbe trouvaille, mais la recherche est un acte pénible dans notre société: le but étant d'atteindre ce but, certains site nous relatent différentes choses trouvés au hasards, on a encore un outil directe pour trouver des trucs qu'on trouvent normalement au pifs (exemple koreus). Après que ce soit positif ou négatif, je ne sais pas encore, toujours est il que c'est beaucoup plus simple et rapide ainsi.

Ensuite oui Google a évolué, concernant l'ADN, c'est le co fondateur, le Russe, qui a eu dans sa famille des problèmes de santé d'ordre génétique et qui a décidé d'utiliser Google pour "corriger" les erreurs génétiques (enfin du moins lancé les recherches, c'est pas illégitime concernant la condition humaine, ça l'est si on parle de mère nature, et ça ne le devient plus lorsqu'on considère que beaucoup de mutagène sont synthétiques).

Concernant Boston Dynamics, déjà ils ont encore du chemin à faire, parce que leur wildcat c'est vraiment de la merde (il s'est cassé d'ailleurs), mais j'espère qu'il investiront dans des trucs plus nobles comme les robots pour l'aérospatiale, ou pour l'aide des unités civiles (pompiers...) comme d'autre robots qu'on a vu ces derniers mois. Je pense que c'est plus stratégique que militaire comme rachat.


C'est vrai que ses dires sont honteux, car il est un peu trop terre à terre, concernant les terroristes justement, je ne sais plus qui disait qu'à force de trop légiférer on brisait la liberté de bien pensé. J'ai foi en l'homme et j'espère qu'il évoluera pour ne plus être dangereux pour lui même, mais d'un autre côté, il est normal d'éviter de créer des choses dangereuses.

A par ça, totalement d'accord avec ta conclusion man :weed:
[Image: 37qdi.png]
  Répondre
#50
Stylo 2.0 a écrit :Moi, je pense qu'il faut se changer soi-même avant de changer le monde.

Et les psychédéliques pour se changer soi-même, c'est déjà tout un projet.

Voilà une idée qui a l'air intéressante et probablement utile. De plus, en mettant du cœur à l'ouvrage, il doit y avoir moyen de passer facilement toute une vie à explorer cette voie en arpentant les chemins du possible.

" Tout le monde veut changer le monde, mais personne ne songe à se changer soi-même." Léon TOLSTOÏ

En voici une autre qui va un peu dans ce sens :

Le sentier de la Vie


Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince courageux, habile et intelligent.
Pour parfaire son apprentissage de la Vie, il l'envoya auprès d'un Vieux Sage.

"Eclaire-moi sur le Sentier de la Vie", demanda le Prince.

"Mes paroles s'évanouiront comme les traces de tes pas dans le sable,
répondit le Sage. Cependant je veux bien te donner quelques indications. Sur
ta route, tu trouveras 3 portes. Lis les préceptes indiqués sur chacune d'entre
elles. Un besoin irrésistible te poussera à les suivre. Ne cherche pas à t'en
détourner, car tu serais condamné à revivre sans cesse ce que tu aurais fui. Je
ne puis t'en dire plus. Tu dois éprouver tout cela dans ton coeur et dans ta
chair. Va, maintenant. Suis cette route, droit devant toi."

Le Vieux Sage disparut et le Prince s'engagea sur le Chemin de la Vie.

Il se trouva bientôt face à une grande porte sur laquelle on pouvait lire :

"CHANGE LE MONDE".

"C'était bien là mon intention, pensa le Prince, car si certaines choses me
plaisent dans ce monde, d'autres ne me conviennent pas."
Et il entama son premier combat. Son idéal, sa fougue et sa vigueur le
poussèrent à se confronter au monde, à entreprendre, à conquérir, à modeler
la réalité selon son désir. Il y trouva le plaisir et l'ivresse du conquérant, mais
pas l'apaisement du coeur. Il réussit à changer certaines choses mais beaucoup
d'autres lui résistèrent.

Bien des années passèrent.

Un jour il rencontra le Vieux Sage qui lui demande : "Qu'as-tu appris sur le
chemin ?"
"J'ai appris, répondit le Prince, à discerner ce qui est en mon pouvoir et ce qui
m'échappe, ce qui dépend de moi et ce qui n'en dépend pas". "C'est bien, dit
le Vieil Homme. Utilise tes forces pour agir sur ce qui est en ton pouvoir.
Oublie ce qui échappe à ton emprise." Et il disparut.

Peu après, le Prince se trouva face à une seconde porte. On pouvait y lire :

"CHANGE LES AUTRES".

"C'était bien là mon intention, pensa-t-il. Les autres sont source de plaisir, de
joie et de satisfaction mais aussi de douleur, d'amertume et de frustration."
Et il s'insurgea contre tout ce qui pouvait le déranger ou lui déplaire chez ses
semblables. Il chercha à infléchir leur caractère et à extirper leurs défauts. Ce
fut là son deuxième combat. Bien des années passèrent.

Un jour, alors qu'il méditait sur l'utilité de ses tentatives de changer les
autres, il croisa le Vieux Sage qui lui demanda : "Qu'as-tu appris sur le chemin ?"

"J'ai appris, répondit le Prince, que les autres ne sont pas la cause ou la
source de mes joies et de mes peines, de mes satisfactions et de mes
déboires. Ils n'en sont que le révélateur ou l'occasion. C'est en moi que
prennent racine toutes ces choses."
"Tu as raison, dit le Sage. Par ce qu'ils réveillent en toi, les autres te révèlent
à toi-même. Soit reconnaissant envers ceux qui font vibrer en toi joie et
plaisir. Mais sois-le aussi envers ceux qui font naître en toi souffrance ou
frustration, car à travers eux la Vie t'enseigne ce qui te reste à apprendre et le
chemin que tu dois encore parcourir." Et le Vieil Homme disparut.

Peu après, le Prince arriva devant une porte où figuraient ces mots :

"CHANGE-TOI TOI-MEME".

"Si je suis moi-même la cause de mes problèmes, c'est bien ce qui me reste à
faire," se dit-il.
Et il entama son 3ème combat. Il chercha à infléchir son caractère, à
combattre ses imperfections, à supprimer ses défauts, à changer tout ce qui
ne lui plaisait pas en lui, tout ce qui ne correspondait pas à son idéal.

Après bien des années de ce combat où il connut quelque succès mais aussi
des échecs et des résistances, le Prince rencontra le Sage qui lui demanda :

Qu'as-tu appris sur le chemin ?"

"J'ai appris, répondit le Prince, qu'il y a en nous des choses qu'on peut
améliorer, d'autres qui nous résistent et qu'on n'arrive pas à briser."
"C'est bien," dit le Sage.
"Oui, poursuivit le Prince, mais je commence à être las de me battre contre
tout, contre tous, contre moi-même. Cela ne finira-t-il jamais ?
Quand trouverai-je le repos ? J'ai envie de cesser le combat, de renoncer, de
tout abandonner, de lâcher prise."
"C'est justement ton prochain apprentissage, dit le Vieux Sage. Mais avant
d'aller plus loin, retourne-toi et contemple le chemin parcouru." Et il disparut.

Regardant en arrière, le Prince vit dans le lointain la 3ème porte et s'aperçut
qu'elle portait sur sa face arrière une inscription qui disait :

"ACCEPTE-TOI TOI-MEME."

Le Prince s'étonna de ne point avoir vu cette inscription lorsqu'il avait franchi
la porte la première fois, dans l'autre sens. "Quand on combat on devient
aveugle, se dit-il." Il vit aussi, gisant sur le sol, éparpillé autour de lui, tout ce
qu'il avait rejeté et combattu en lui : ses défauts, ses ombres, ses peurs, ses
limites, tous ses vieux démons. Il apprit alors à les reconnaître, à les
accepter, à les aimer. Il apprit à s'aimer lui-même sans plus se comparer, se
juger, se blâmer.

Il rencontra le Vieux Sage qui lui demanda : "Qu'as-tu appris sur le chemin ?
"J'ai appris, répondit le Prince, que détester ou refuser une partie de moi, c'est
me condamner à ne jamais être en accord avec moi-même. J'ai appris à
m'accepter moi-même, totalement, inconditionnellement."
"C'est bien, dit le Vieil Homme, c'est la première Sagesse. Maintenant tu peux
repasser la 3ème porte."

A peine arrivé de l'autre côté, le Prince aperçut au loin la face arrière de la
seconde porte et y lut :

"ACCEPTE LES AUTRES."

Tout autour de lui il reconnut les personnes qu'il avait côtoyées dans sa vie ;
celles qu'il avait aimées comme celles qu'il avait détestées. Celles qu'il avait
soutenues et celles qu'il avait combattues. Mais à sa grande surprise, il était
maintenant incapable de voir leurs imperfections, leurs défauts, ce qui
autrefois l'avait tellement gêné et contre quoi il s'était battu.

Il rencontra à nouveau le Vieux Sage. "Qu'as-tu appris sur le chemin ?"
demanda ce dernier.

J'ai appris, répondit le Prince, qu'en étant en accord avec moi-même, je n'avais

plus rien à reprocher aux autres, plus rien à craindre d'eux. J'ai appris à
accepter et à aimer les autres totalement, inconditionnellement."
"C'est bien," dit le Vieux Sage. C'est la seconde Sagesse. Tu peux franchir à
nouveau la deuxième porte.

Arrivé de l'autre côté, le Prince aperçut la face arrière de la première porte et y
lut :

"ACCEPTE LE MONDE."

Curieux, se dit-il, que je n'aie pas vu cette inscription la première fois. Il
regarda autour de lui et reconnut ce monde qu'il avait cherché à conquérir, à
transformer, à changer. Il fut frappé par l'éclat et la beauté de toute chose.
Par leur perfection. C'était pourtant le même monde qu'autrefois. Etait-ce le
monde qui avait changé ou son regard ?

Il croisa le Vieux Sage qui lui demanda. "Qu'as-tu appris sur le chemin ?"
"J'ai appris, dit le Prince, que le monde est le miroir de mon âme. Que mon
âme ne voit pas le monde, elle se voit dans le monde. Quand elle est
enjouée, le monde lui semble gai. Quand elle est accablée, le monde lui
semble triste. Le monde, lui, n'est ni triste ni gai. Il est là ; il existe ; c'est
tout. Ce n'était pas le monde qui me troublait, mais l'idée que je m'en faisais.
J'ai appris à accepter sans le juger, totalement, inconditionnellement."
C'est la 3ème Sagesse, dit le Vieil Homme. Te voilà à présent en accord avec
toi-même, avec les autres et avec le Monde." Un profond sentiment de paix,
de sérénité, de plénitude envahit le Prince. Le Silence l'habita. "Tu es prêt,
maintenant, à franchir le dernier Seuil, dit le Vieux Sage, celui du passage du
silence de la plénitude à la Plénitude du Silence."

Et le Vieil Homme disparut.

Bonne route !
  Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  psychédéliques et multiples réalités Le voyageur 3 59 12/10/2018 16:52
Dernier message: Budshrooms
  Prises de psychédéliques: impact à courts, moyens, longs termes R2d2 9 112 10/08/2018 18:40
Dernier message: Indica
  C'est pas Dieu qui a fait le monde, mais le monde qui a fait Dieu Sludge 35 325 24/04/2018 01:19
Dernier message: alacool
  Les conséquences globales des psychédéliques sur votre vie Meirrion 192 16,452 01/05/2017 23:20
Dernier message: Trickster
  Comprendre les psychédéliques dutchturkey 41 1,469 27/02/2017 15:51
Dernier message: Stylo 2.0
  Ego & rapport au monde Sludge 38 901 16/01/2017 18:55
Dernier message: Dreamea
  Le monde des rêves Psiloweed 32 1,349 19/12/2016 15:34
Dernier message: Sunder
  D'où vient votre intérêt pour les psychédéliques ? Zornx 41 2,661 27/09/2015 18:27
Dernier message: Hellfire
  Utiliser les psychédéliques avec sagesse (Stolaroff trad) GuyGeorge 35 5,503 06/09/2015 22:20
Dernier message: Virgule
  Pourquoi les psychédéliques nous apprennent qui nous sommes Sludge 24 3,120 24/03/2014 22:48
Dernier message: tartopom

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)