• Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Le topic du jeûne
#1
Bonjour a tous amis psychonauts!

Je ne m'intéressai pas dutout a cette pratique étrange (se priver de nourriture? Nan mais tu m'as pris pour qui?) il y a quelques semaines, et après quelques discutions avec gamida, j'ai décidé d'essayer. Je crée ce topic (car je n'en n'ai pas trouvé de récents, et toute façon celui qui m'en trouve un récent je le ban, stout :-D ) pour qu'on puisse partager nos expériences, avis, qu'on puisse en discuter tranquillement.

Reprise de la discution qu'on avait entamée dans le topic "ce que vous aimez":

bijord a écrit :J'aime la nouveauté, et la nouveauté pour moi dans ma vie ces prochains jours, c'est de me priver volontairement de nourriture, chez mes parents, avec un stock impressionnant de bouquins a lire et a relire. J'aime avoir choisi de jeûner plutôt que de me pourrir a mort pendant 5 jours sans dormir a la fête de la musique dans une semaine. J'aime l'idée que j'en sortirai la tête claire, reposé, pour profiter de mon mois de juin sans dormir 20h/24.

gamida a écrit :A cause de la puissance de l'impact psychologique sur le corps, pendant cette pratique, je te conseil de réajuster le terme "priver" avec sa notation de contrainte, par "abstenir" qui manifeste d'avantage une adhésion volontaire. Cela peut semblé pinailler su les mots, mais tu verras que dans le degré de semsibilité dans lequel tu vas te retrouver, cela fera toute la différence entre, le subir, et en faire l'expérience. Bon voyage ;o)

mario a écrit :Je ne peux qu'être d'accord Smile
Ces derniers temps j'ai plusieurs fois envisagé le jeûne, déjà parce que ça m'intéresse depuis longtemps (une fois j'ai tenu 24h mais j'avais 17 ans et je suis passé devant une pâtisserie donc…), et ensuite parce que je me suis mis dans une optique "diminuer au maximum le coût de mon quotidien, en essayant d'avoir autant de plaisir à vivre mais en réduisant le plaisir immédiat et consumériste". J'ai eu du mal parce que je tombe tout le temps sur de la bouffe gratuite (les invendus au boulot, manger chez des amis, etc.) et que du coup ça suit moins ma logique Big Grin (y a toujours une forme d'hédonisme basique qui reste en moi, j'peux pas (et ne veux pas) m'en défaire huhu). Mais ce qui me soule le plus, c'est que quand je sors du boulot à minuit le ventre vide, je dois faire d'énormes efforts pour ne pas gaspiller mes thunes dans une barquette de frites ou un sandwich, parce que je sais (d'expérience) que le plaisir que j'y trouverai sera toujours moindre que la faim que je ressens. Ça m'énerve ce déséquilibre. En fait ça vient sûrement du fait que je fais à peu près un repas par jour (et je vis pas ça comme une privation), parce que plus je mange souvent, plus j'ai faim souvent ; mais du coup les moments où j'ai faim c'est difficilement tenable. J'attends juste d'être dans une situation où je pourrai passer le cap des 2 ou 3 jours, pour continuer sur une petite semaine (j'ai pas assez de volonté dans ma situation actuelle, et je cherche pas à l'avoir) Smile
(c'est pas vraiment dans le sujet mais…)

bijord a écrit :Dans ma tête, c'étais déjà un "se priver" positif mais j'ai pris le (mauvais)réflexe de dire "priver" car l'interlocuteur en face a souvent un point de vue négatif de la chose, dés que tes mots franchissent tes lèvres. Moi, même si ça n'apportai rien au niveau physique comme bienfaits, juste le fait de voir comment ça peut changer ma façon de percevoir le monde, comment je peux y réagir, un bon vivant comme moi, suifferai a me donner la motivation d'en faire un, et ça dans mon entourage peu le comprennent.

D'ailleurs pour ce qui est de l'impact psychologique, j'ai du en avoir un légers aperçu pendant ces 4 jours de retraite y'a quelques mois. Comme j'étais affamé comparé a l'abondance de nourriture dans laquelle je me plonge habituellement, j'ai eut quelques symptômes qui sont décrit dans ton livre et j'ai envie de faire la part des choses entre la méditation et la privation de nourriture. Si il y a une chose qui est resté en suspens dans ton bouquin, c'est la question du jeûne et de la spiritualité qui n'est pas abordée. Ils parlent bien de Jésus ayant fait un jeûne de 40 jours dans le désert, de Socrate qui faisait régulièrement des jeûnes de 10 jours, mais je m'attendais a un petit chapitre dédié a ça! (qu'importe c'est tout de même une sacré mine d'information, c'est d'ailleurs pour ça que j'ai décidé de commencer aussitôt, la configuration de mon environnement est juste parfaite pour moi en ce moment pour faire ça)

@ mario: Je n'envisage le jeûne que dans une durée limitée par le temps. Je voudrais tenir au moins 3 jours pour en avoir un bon aperçu, (c'est la que la faim cesse apparemment comme tu dis) 7 jours si je m'en sent capable. Mais a aucun moment je me dit que je me priverai d'un bon gros kebab après cette durée! Ducoup si ça n'est que temporaire, ça doit être plus facile mentalement! Cela dit, je me suis déjà surpris a saliver en sentant des odeurs dans la rue, alors que je ne suis même pas encore en jeûne total, (j'ai mangé des crudités a midi, bus un petit café sucré et fumé un dernier cul de joint qui trainait). Peut être que ça va être plus dur que je ne le pense héhé. Mais le dire ici assoit ma motivation Confusedmile:

mario a écrit :Oui c'est pareil pour moi, j'aimerais bien faire une semaine, mais au-delà ça m'intéresse pas vraiment (j'aime beaucoup trop manger hihi). Après mon rythme "un ou deux repas par jour" j'ai même pas fait exprès de l'adopter, c'est juste venu quand je suis parti de chez mes parents et que je me suis retrouvé confronté à la flemme de faire des courses/cuisiner (je préfère bien m'appliquer à cuisiner, mais qu'une fois tous les deux jours), puis l'aspect financier quoi (je suis un petit radin en fait). Et au final j'aime vraiment le fait d'avoir moins besoin de manger, parce que quand je prend un rythme sans retenue je mange de plus en plus et j'ai limite honte de moi tellement j'engloutis (mon estomac béant impressionnait les gens, avant…)

Courage en tout cas ! C'est chouette de prendre des décisions comme ça, pour soi-même Smile

violet a écrit :HUMM.... Personnellement j'ai pas une vision positive du jeûne. Apres j'crois que je l'ai fait à une période : pas de bouffe pendant 3/4j, mais quand tu travailles, et que tu fais du sport, faut quand même s'alimenter alors bon :/

Bon courage Bij Smile

Mais moi je cromprends pas quand je fais du sport j'ai graaave moins faim (peut être que vu les réserves que j'ai c'est pour ca ? ^o) )
(puis la bouffe c'est la vie, alors après quand tu fais ça peut de temps, ouai tu peux en tirer du positif, peut être bien ...)

gamida à bijord a écrit :C'est normal, ce n'est pas du tout l'objet du bouquin, il titre "jeuner pour sa santé" il est écrit par une biologiste qui l'aborde essentiellement du point de vue santé physiologique. Autant que je me souvienne son Mentor S Shelton, dans son livre "Le Jeune", développe beaucoup plus sur l'aspect spiritualité (à vérifier).

Je comprend ce a quoi tu aspires,(et tu en aura une idée) mais en réalité on ne peut pas véritablement avoir d'aperçu de ce qu'est le jeune, car ce n'est pas une constante en soi, dans la 10 ou quinzaine (je sais plus là de suite) de jeune que j'ai fait, l'expérience est différente à chaque fois.

Pour l'odeur, c'est ça qui est sublime , de partout ou tu passes ça sent la bouffe, et toi tu te nourris de cette odeur, subtilement, sans avoir envie de manger (enfin au moins au bout de quelques jour)

Ouppss là, je prèfaire te prévenir que tu ne sois pas surpris, mais si tu es habitué au café et à la nicotine (et je pense que le thc et tout les ...ines, y participe) tu risques la migraine carabiné sur les 24 voir 72 heure, les symptomes de sevrage aux ...ines, pendant un jeune sont généralement assez percutants, mais bon c'est gérable (, je voulais d'ailleurs t'en parler depuis longtemps, et j'ai complétement zappé, il est préférable quand on fait un premier jeune , de déjà être sevré de tout les exitants, café , tabac, et autres).

@ violet: Personnellement, j'ai fais mon second (le premier, j'avais 17 ou 18 ans) jeune pour mes 50 ans (pour fêter ça mdr) depuis j'en ai fait régulièrement, à la demande.
Depuis, c'est le troisième hiver que je passe sans être malade (alors que généralement je me shoppais une moyenne de deux créve avec 39° par hiver), je ne prend plus que très rarement d'antalgique pour mes douleurs de dos et musculaires, avant c'était au moins une fois par semaine.
Coté santé et revitalisation de l'organisme, le jeune, ça assure, j'ai passé cet hivers chez moi à une température moyenne entre 4 et 8 ° sans chauffage, sans avoir froid.
Et ce qu'il y a de vraiment merveilleux aprés le jeune, c'est quand tu recommences à manger, cela atteint avec juste une gorgée de jus de pomme ou d'orange que tu viens de presser, un degré d'extase et de satisfaction qui à lui seule justifie de ne pas manger pendant 4 jours pour véritablement faire l'expérience de ce qu'est se nourrir, tout simplement sublime.

Citation :Hum, je vois ton point de vue et dans ton cas j'ai envie de dire que le Jeûne t'es profitable.

(pour mon cas, et peut être que tu comprendras pourquoi je n'en vois pas l'utilité : quand je me balade dans la rue je m'amuse a deviner toutes les senteurs que je croise, depuis que je me lave les mains très régulièrement je ne suis plus malade... Alors que d'habitude c'était du 3/4 fois par an, et pic en hiver, et je fais pas mal la cuisine, pour moi, parce que ca me fait plaisir, et il m'arrive de ne même pas manger les plats que je viens de faire parce que rien que d'avoir fait la cuisine c'était comme de manger, puis le lendemain, j'suis vraiment trop trop contente de manger un truc que j'ai fait, et de manière générale je fais très très attention au gout des choses, aux différences, alors qu'avant j'engloutissais, en mangeant très vite, maintenant je prends le temps de mâcher, tellement que parfois c'est froid avant que j'ai finit mon assiette. Je vais encore passée pour une barge ..... Mais voila maintenant ou j'en suis et peut être que c'est pour ca que je n'en vois pas l'utilité. En plus comme j'essaye de faire pas mal de sport, j'ai moins faim (comme je disais plus haut) et mon estomac rétrécit, moi qui étais habituée a bouffer des tonnes de trucs, maintenant j'peux plus manger au resto ou alors faut que je fasse gaffe de pas finir l'entrée ou le dessert, donc je savoure d'autant plus ce qu'il y'a dans mon assiette Smile )

styloplume a écrit :J'aime voir Bijord se mettre au jeûne, et donc tenter diverses techniques psychonautiques drug-free (en comptant le vipassana là-dedans mmh?). Je comprends le post sur l'intérêt spirituel des drogues dans "spiritualité skoi ça?".

Shelton, le grand prophète du jeûne dans le courant hygiéniste de la première moitié du XXème siècle, a écrit un gros gros bouquin qu'on peut consulter ici: Shelton: The Hygienic System Vol III; Fasting and Sun Bathing
Le gars a conduit des milliers de jeûnes, on peut croire ce qu'il raconte.
Par contre, s'il confirme que le jeûne peut donner lieu à des états modifiés de conscience, hallucinations (dans le sens psyché du terme) et caetera, il n'en reconnaît pas de valeur spirituelle, un lien vers la page: Shelton: Fasting, Chapter XI
Allez un quote:
About the middle of my first experiment, I, too, had visions; like Paul of old, I seemed to be intromitted to the third heaven and there saw things which not even the pen of Milton or Shakespeare could portray in all their vivid reality. As a result of my experiment, I came to comprehend why the old prophets and seers so often resorted to fasting as a means of spiritual illumination."
That the mental powers of the faster are elevated instead of decreased by the fast, I have shown, but I pause here to express my opinion about these visions that fasters see. They are, I believe, due to hysteria, or auto-hypnosis. They are seen by people who are called psychic which means they are easily swayed by suggestion, particularly auto-suggestion. Fasting tends to increase temporarily this suggestibility and for this reason was and is employed by all mystic religions for purposes of "illumination." Auto-suggestion, during these religious fasts takes the form of frequent and repeated prayers. To add to the religious power of the fast, sexual desires disappear and thoughts of sex cease to obtrude upon the mind. In India the priests connected with the sacred temples are pledged to the strictest chastity. The Hindu high priest is forced to undergo a long period of training and purification, and to pass through many severe trials to prove that he has thoroughly conquered his sexual appetites and passions and has them well under control of the higher powers of mind before he is admitted to the priesthood. In these days when the fallacies of psychology and psycho-analysis are on the lips of everyone and when feminine leaders declare chastity and continence to be neither desirable nor practicable and insist that they would be harmful if put into effect, methods of attaining self-control in matters of sex are frowned upon. This feature of fasting may not, therefore, appeal to many who read these lines. Fasting does increase one's control over all his appetites and passions and this will account in some measure for its use by high priests and others in the religions of old.


Haha, moi je me fait ma petite idée. Il va falloir confirmer ça un jour, hé hé hé. :twisted:

gamida a écrit :Je plussoie, c'est The grand prophète, et c'est la lecture, quand j'étais ado, de son livre "Le jeûne", qui m'avait super motivé, comme l'espoir d'une alternative aux drogues face à leurs aspects destructeurs (dont je venais de faire les premiers frais) pour l'expérience spirituel et en même temps pour réparer les dégâts physiques et psychiques quelles m'avaient occasionné.

C'est en tout cas le message que j'avais perçu dans ce livre à l'époque (et sûrement celui que j'avais besoin de trouver, mais je pense quand même pas avoir déformé à ce point l'information, peut être fais une interprétation personnelle sur l'aspect spiritualité).
J'ai pas pu lire la page de ton lien (car je ne comprend pas l'anglais) mais sa non reconnaissance de la valeur spirituelle du jeune n'engage que lui, ce n'est d'ailleurs pas l'orientation qui lui importe, puisque ça démarche avec tout les jeûnes qu'il à dirigé, est essentiellement thérapeutique, il parle de "jeune thérapeutique".

Ce qui ressort de certain moments privilégiés de mes jeûnes, c'est un sentiment de plénitude sereine, d'harmonie avec l'énergie de la vie et de l'univers, une réceptivité sublime du divin de l'universel dans la perception de l’environnement, dans ses plus simples manifestations, la lumiére, la pluie, le vent, les vagues, la nature vivante et l'empathie naturelle avec les gents.
Je ne sais/pense pas que l'on puisse seulement réduire cela à de simples hallucinations, mais véritablement à une ouverture de dimension spirituelle, manifeste dans son apport d'un bonheur simple, naturel.
Ceci dit, ce n'est pas aussi intensément manifeste pour chaque jeune, mais sûrement, prédisposant profondément à aller dans ce sens.

Voilà j'epsère que fait comme ça ce n'est pas trop brouillon!

Pour ma part je suis au 4ième jour de jeûne complet, le premier a été easy, le deuxième un peu plus dûr, le troisième c'est comme si j'avais mes ragnagnas puissance 2 et j'ai failli arrêté pasque j'en avais marre (putain les pubs a la télé...), et là ça va déjà mieux! Ce qui était surtout marquant c'est que j'étais faible de chez faible, et pas dutout la tête claire, pourtant je comptais faire de la méditation et je n'en n'ai pas été capable. Là ça commence a revenir, et je suis de meilleure humeur héhé :-)
  Répondre
#2
Mais quelle est l’intérêt du jeûne ? J'ai du mal à saisir
"Non merci j'ai déjà une corde. Mais je veux bien le tabouret !"
  Répondre
#3
Y'avait un reportage excellentissime sur le jeûne diffusé sur Arte y'a quelques mois, si quelqu'un le trouve tout y est inclut.
  Répondre
#4
J'ai lu un bouquin sur le Jeûne il y a un moment, et il fut très convainquant sur les bienfaits du jeûne. Tellement convainquant que je m'y suis mise.
Il est dit dans ce livre que le Jeûne est une "purification", on élimine toute les mauvaises toxines, on se purifie le corps et l'esprit. Il est dit également que puisque nous ne donnons pas de travail à notre corps dans la digestion, nous avons ainsi plus d'énergie disponible. Le corps va puiser dans nos réserves et nettoie ainsi plus en profondeur. Il est disponible pour se défendre contre certaines maladies éventuellement. L'auteur utilise une comparaison que je trouve intéressante : il utilise l'exemple du chat, qui lorsqu'il est malade refuse de s'alimenter. Ce livre aide à changer le rapport qu'on à la nourriture "il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger".
On nous explique aussi les différents types de jeûne : le jeûne quotidien, le jeûne hebdomadaire, le jeûne annuel, si mes souvenir sont bons.

Je voulais faire un jeûne hebdomadaire. J'arrête donc de manger a partir du dimanche soir, pas de diner. Je suis allée au lycée, j'ai eu natation le lundi après midi, tout s'est bien passé. Je buvais bcp de thé et de tisanes à l'internat. Et je m'autorisais 1/4 de jus de fruit dilué dans une bouteille d'eau par jour. Cet apport de sucre est important pour ne pas avoir de migraine (c'est en rapport avec les toxines mais je saurais pas que l'expliquer scientifiquement). J'allais donc en cours et je vivaient normalement, je n'allais juste pas à la cantine.
Seulement le soir, au moment de dormir, j'avais mal au ventre, des crampes d'estomac ou je ne sais quoi. C'était assez difficile de s'endormir. Mentalement ca allait plutôt bien , j'étais motivée et fière de moi.
Seulement je n'ai pas tenu toute la semaine. Le mercredi soir je rentre à la maison et ma mère me fait un bouillon de légume (je l'ai totalement savouré). Dans l'après midi j'avais essayé de boire un produit du genre sulfalte de sodium au gout dégue qui a pour but d'éliminer les toxines ou un truc du genre. Le gout était vraiment immonde, j'ai pas bu le bol entier. Je sais pas si c'est à cause de ca ou du bouillon, mais je me suis levé dans la nuit pour vomir le peu de liquide que j'avais dans l'estomac. Je me sentais vraiment mal et j'ai mangé une barre de céréale.
J'ai remangé normalement à partir du jeudi midi, mais j'étais déçu de ne pas aprécier de nouveau la nourriture comme je l'espéré.

Sinon, c'est cool d'avoir un soutient moral, quelqu'un qui fait le jeûne avec vous. Moi j'avais un bon ami, mais lui à tenu toute la semaine ^^
  Répondre
#5
Oui quand on est malade le jeûne à son intérêt , notamment quand on a du mal à digérer quelque chose et autre problème dans le genre. Mais faire du sport sans rien dans le ventre ?! Une journée de jeûne je veux bien mais 1 semaine ! Excusez moi mais je suis vraiment septique
"Non merci j'ai déjà une corde. Mais je veux bien le tabouret !"
  Répondre
#6
Je comprends l'intérêt spirituel du jeûne, mais intellectuellement ?
La privation de nourriture ne risque pas de diminuer l'activité neuronale tout simplement ?
Comment les neurones peuvent ils fonctionner efficacement sans apport ? Confused
.:. Prototype personnel de Dieu, mutant à l'énergie dense jamais conçu pour la production en série, il était le dernier d'une espèce .:.
  Répondre
#7
love'mind a écrit :Oui quand on est malade le jeûne à son intérêt , notamment quand on a du mal à digérer quelque chose et autre problème dans le genre. Mais faire du sport sans rien dans le ventre ?! Une journée de jeûne je veux bien mais 1 semaine ! Excusez moi mais je suis vraiment septique

Je pense que tu sous-estimes les réserves de notre corps tout simplement...


Wuuvgan a écrit :Je comprends l'intérêt spirituel du jeûne, mais intellectuellement ?
La privation de nourriture ne risque pas de diminuer l'activité neuronale tout simplement ?
Comment les neurones peuvent ils fonctionner efficacement sans apport ? Confused

Qu'est ce qui permet à nos neurones de fonctionner ? L'influ nerveux n'est toujours qu'un courant électrique...
  Répondre
#8
Tissu a écrit :Y'avait un reportage excellentissime sur le jeûne diffusé sur Arte y'a quelques mois, si quelqu'un le trouve tout y est inclut.

Je l'ai téléchargé hier je crois sur T411 il y est! Et c'est vrai qu'il est très complet merci Tissu! ;-)

Citation : Mais quelle est l’intérêt du jeûne ? J'ai du mal à saisir

Les promesses sont multiples: Purification du corps et de l'esprit, perte de poids, normalisation des constantes sanguines, baisse du cholestérol, diminution du craving pour la malbouffe, effet bénéfique préventif dans le cas du cancer... Je ne saurai toutes les citer, surtout que je ne m'y connais vraiment pas pour l'instant!

En tout cas là je suis au 5ième jour et je suis toujours très crevé voir plus que les autres jours. En même temps je pense qu'il faut le faire dans un cadre plus calme que je l'ai fait: mon père stress pour ma santé et se sent impuissant car médecin mais ne connais pas le domaine, et là j'étais chez ma copine et on s'est engueulé et je la supporte vraiment vraiment pas. Elle a quand même voulu que je me ramène chez elle mais je suis très désagréable avec elle, la prochaine fois je reste tout seul! Sinon quand j'étais tout seul hier j'ai commencé a sentir un espèce de zen mental assez agréable, mais les variations d'humeur sont assez semblables a une retraite méditative, en moins intense.

Faire du sport me paraît totalement insensé dans cet état de faiblesse, mais c'est peut être pasque j'étais très intoxiqué a la base? J'en sais trop rien^^

Citation :Comment les neurones peuvent ils fonctionner efficacement sans apport ? Confused

Le corps se débrouille pour que l'impact soi minime au niveau de l'apport calorique du cerveau. Les deux premiers jours, c'est les stocks de glucose qui partent en priorité, puis le corps se met a puiser de l'énergie en brulant les muscles et la graisse!
  Répondre
#9
Stock de glucose, puis les réserves de graisse et enfin en cas de manque aigu d’énergie (et en dernier recours) les muscles.

Mais comme le montre si bien le doc on peut tenir deux semaines sans problème (voir bien plus) car le corps s'adapte.
  Répondre
#10
Jampearl a écrit :Qu'est ce qui permet à nos neurones de fonctionner ? L'influ nerveux n'est toujours qu'un courant électrique...


Attention la dessus!
Il semblerait que le corps puisse stocker et convertir suffisamment de nutriments pour survivre durant le jeûne, c'est un fait. (je l'ai pratiqué une fois sur deux semaines, et j'en suis sorti sans atteinte médicale donc je m'en doutais un peu)
par contre, dire que le cerveau ne fonctionne qu'à travers son courant électrique est faux, ou du moins, incomplet.
Les transferts chimio-dépendants, nécessaires à la construction des synapses chimiques, ont besoin de protéines pour fonctionner.
De plus, ce qui permet tout ce fatras électrique c'est avant tout une bonne irrigation sanguine !
Un taux trop élevé de sucre est dommageable pour le cerveau, mais son manque également.
Après je ne saurai pas dire si l'organisme peut produire toutes ces protéines et ces glucides lui même ou les obtient qu'à travers l'alimentation...

Le jeûne semble avoir des intérêts purgatifs, par contre je me souviens avoir eu une mémorisation plus difficile et parfois des soucis de concentration pendant mon jeûne.
Bref, des avantages et des inconvénients ; l'idéal serait de ne pas trop prolonger le jeûne et de ne le faire qu'occasionnellement, précédé par une période alimentaire équilibrée, je pense!

PS : je ne m'oppose absolument pas au jeûne, à vrai dire je trouve que c'est quelque chose de formidable. Je me demande juste s'il n'est pas à éviter en période d'activité intellectuelle intense, type examens. (:
.:. Prototype personnel de Dieu, mutant à l'énergie dense jamais conçu pour la production en série, il était le dernier d'une espèce .:.
  Répondre
#11
love'mind a écrit :Oui quand on est malade le jeûne à son intérêt , notamment quand on a du mal à digérer quelque chose et autre problème dans le genre. Mais faire du sport sans rien dans le ventre ?! Une journée de jeûne je veux bien mais 1 semaine ! Excusez moi mais je suis vraiment septique

Il y a des jeûnes à base de lait, ou de raisins, mais certains ne mangent réellement rien.
Je connais une personne qui le fait un mois entier, juste en buvant de l'eau.
  Répondre
#12
Cleminou a écrit :Il y a des jeûnes à base de lait, ou de raisins, mais certains ne mangent réellement rien.
Je connais une personne qui le fait un mois entier, juste en buvant de l'eau.

Sauf erreur de ma part, l'intérêt d'un jeûne est de stopper plusieurs mécanismes du corps, et un jeûne a base de lait ou de raisin n'est pas un jeûne, plutôt une diète!
  Répondre
#13
Wuuvgan a écrit :Attention la dessus!
Il semblerait que le corps puisse stocker et convertir suffisamment de nutriments pour survivre durant le jeûne, c'est un fait. (je l'ai pratiqué une fois sur deux semaines, et j'en suis sorti sans atteinte médicale donc je m'en doutais un peu)
par contre, dire que le cerveau ne fonctionne qu'à travers son courant électrique est faux, ou du moins, incomplet.
Les transferts chimio-dépendants, nécessaires à la construction des synapses chimiques, ont besoin de protéines pour fonctionner.
De plus, ce qui permet tout ce fatras électrique c'est avant tout une bonne irrigation sanguine !
Un taux trop élevé de sucre est dommageable pour le cerveau, mais son manque également.
Après je ne saurai pas dire si l'organisme peut produire toutes ces protéines et ces glucides lui même ou les obtient qu'à travers l'alimentation...

Le jeûne semble avoir des intérêts purgatifs, par contre je me souviens avoir eu une mémorisation plus difficile et parfois des soucis de concentration pendant mon jeûne.
Bref, des avantages et des inconvénients ; l'idéal serait de ne pas trop prolonger le jeûne et de ne le faire qu'occasionnellement, précédé par une période alimentaire équilibrée, je pense!

PS : je ne m'oppose absolument pas au jeûne, à vrai dire je trouve que c'est quelque chose de formidable. Je me demande juste s'il n'est pas à éviter en période d'activité intellectuelle intense, type examens. (:

Synapse chimique ? Qu'est ce que ca veut dire ?
Qu'entends tu par transferts chimio dépendants ? Tu parles des canaux ? Les proteines dont tu parles sont les neurotransmetteurs si je ne m'abuse, ils sont fabriqués par le corps cellulaire du neurone, et a mon avis c'est de la synthèse proteique tout simplement.
Il est évident que le cerveau a besoin d'être alimenté, mais j'ai du mal à modéliser le truc... C'est surement par voie sanguine. ET comment sont utilisé les apports ? A quoi servent ils ?
  Répondre
#14
Le jeûne permettrais de faire en quelque sorte une remise à zéro des compteurs ?
"Non merci j'ai déjà une corde. Mais je veux bien le tabouret !"
  Répondre
#15
Jampearl a écrit :Synapse chimique ? Qu'est ce que ca veut dire ?
Qu'entends tu par transferts chimio dépendants ? Tu parles des canaux ? Les proteines dont tu parles sont les neurotransmetteurs si je ne m'abuse, ils sont fabriqués par le corps cellulaire du neurone, et a mon avis c'est de la synthèse proteique tout simplement.
Il est évident que le cerveau a besoin d'être alimenté, mais j'ai du mal à modéliser le truc... C'est surement par voie sanguine. ET comment sont utilisé les apports ? A quoi servent ils ?

Je suis vraiment naze en psychophysiologie, c'est la discipline dans lequel je galère le plus...
Les neurotransmetteurs sont des protéines ? Il me semblait qu'ils n'étaient que des sortes d'acides aminés (enfin ca se rejoint, vu que c'est le composant des protéines au final...)
Mais toutes les protéines utilisées dans le cerveau sont synthétisés localement ? Je manque de connaissances sur le sujet, donc je m'en remet à vous...
Niveau apports sanguins, le plus évident est l'apport en glucides, mais il semblerait que le corps peut soit puiser dans des stocks, soit les convertir. Pas sur la dessus non plus par contre, j'y connais pas grand chose.

Je viens de voir sur le net par contre qu'une "restriction calorique" mène à la fonte du tissu adipeux, ce qui dérangerait le bon fonctionnement des lipides intervenant dans la génération et la transmission des messages nerveux.
Concernant l'apport sanguin, le cerveau est glucodépendant. Sans glucose, il utilisera des corps cétoniques (synthétisés a partir de lipides), le problème étant que l'accumulation de corps cétoniques diminuent le pH du sang.
Je ne sais pas quelles conséquences ça a par contre...

PS : il est probable que je raconte une masse de conneries!
.:. Prototype personnel de Dieu, mutant à l'énergie dense jamais conçu pour la production en série, il était le dernier d'une espèce .:.
  Répondre
#16
Citation : Le jeûne permettrais de faire en quelque sorte une remise à zéro des compteurs ?

Certains le résume comme ça!



Citation :Concernant l'apport sanguin, le cerveau est glucodépendant. Sans glucose, il utilisera des corps cétoniques (synthétisés a partir de lipides), le problème étant que l'accumulation de corps cétoniques diminuent le pH du sang.
Je ne sais pas quelles conséquences ça a par contre...

Non tu as juste, il y a au bout de quelques jours une crise d'acidose du fait de l'utilisation des corps cétoniques. Mais le corps s'y adapte, d'une manière que je ne pourrai pas expliquer, mais ça m'intéresserai beaucoup de savoir le mécanisme :-)
  Répondre
#17
Tissu je pense savoir de quel reportage tu parle.

Ils en ont passer un sur le jeûn et les maladies mentales et si mes souvenir sont bon c'était en Suisse je pense. Des personne atteinte de paranoia ou autres troubles et qui refusait de s'alimenter, le docteur a pris soin de respecter leurs non-envies de se nourrir et il a pu voir ses patients allez mieux après plusieur semaine. Maintenant il fait des thérapie par le jeûn. C'est cette idée de purification qui doit rester je pense. Comme les moines Tibétains qui le pratique. Avec mon père nous avons déja penser a faire un jeûn régulier, 1 ou deux jour par semaine pour s'auto réguler.
  Répondre
#18
Deux jours de jeûne par semaine ?!

Et tu te bases sur des données scientifiques autre que ton souvenir à l'arrière goût chocolaté ? Si oui je t'invites à les partager ici [ATTACH=CONFIG]6523[/ATTACH]
  Répondre
#19
Y'a tout un article anglophone bien foutu sur wikipédia qui explique ce qui se passe physiologiquement entre glycogène, glucose, corps cétones, etc: Starvation response - Wikipedia, the free encyclopedia

En fait, au bout de cinq jours de jeûne, le cerveau est nourri à 80% de corps cétones déjà, et 20% de glucose, au lieu des 100% de glucose habituels. Donc, le cerveau change de carburant! Niveau intellectuel ça défouraille là-haut, c'est pas à conseiller pour les examens, par contre spirituellement ça envoie du lourd. Vous z'imaginez l'état de conscience modifié, sur une durée aussi longue? Moi ça me fait rêver.
  Répondre
#20
Je ne suis pas sur que ce soit ce reportage la mais il y ressemble bien
  Répondre
#21
Si je faisait plus de 55kg, je lirais ce topic en m'emerveillant des possibles apport spirituels d'une tel pratique.
Mais la... non ^^

Ya pas un type de boulimie spirituel ? Un culte géorgien de la tance au nutella? Une elevation de lucidité aux petits beurres ? Si qqun connait des techniques qui lie APPORT de nourriture et spiritualité, je suis ouvert ! Quel galère de prendre un kg...
This is a block of text that can be added to posts you make. There is a 1024 character limit.
  Répondre
#22
Quetzal a écrit :Ya pas un type de boulimie spirituel ? Un culte géorgien de la tance au nutella? Une elevation de lucidité aux petits beurres ? Si qqun connait des techniques qui lie APPORT de nourriture et spiritualité, je suis ouvert ! Quel galère de prendre un kg...
Moi je galère à en perdre, mais ça m'intéresserait quand même xD
  Répondre
#23
Un ami a tenu 21 jours en buvant seulement de l'eau. Ce n'est pas la faim qui l'a poussé à s'alimenter de nouveau, mais une lassitude. Il m'a dit qu'il se sentait mieux pendant le jeûne, mais seulement après les 4 premiers jours, qui ont été très difficiles. Je pense essayer un jour, voir s'il est vraiment difficile de tenir.
"Fais des bulles petit, fais des bulles."
  Répondre
#24
Coucou Bijord, tu ne m'avais pas dis que tu avais créer ce topic, dommage on aurait pu mieux suivre ton jeune en temps réel;o), je viens d’y tomber dessus par hasard.

@ Tissu (ou serviettes ??? ;o) ).

J'ai vu le documentaire dont tu parles, diffusé par Arte, sur l’utilisation du jeûne dans le domaine de la santé public, sur une étude faite en URSS, depuis les année 20 jusqu'à la chute du mur de Berlin ( les cures de jeûne étaient même pris en charge par la « sécurité sociale » Russe jusqu'à la chute du mur).
Une des conclusions est édifiante, elle clos définitivement le débat sur les dangers de l'abstinence volontaire de nourriture, en affirmant (l'étude se base sur + de 60 ans d'observation par le milieux médicale russe) qu'une personne de taille moyenne, 175 pour 65 kg, a suffisamment de réserve dans l'organisme pour pouvoir se passer de nourritures pendant aux moins 40 jours, sans le moindre danger pour sa santé.

J'ai pratiqué une quinzaine de jeune, variant de 3,4,6,7,8,12 et 21 jours en ne buvant que de l'eau à la demande (dans mon cas moins d'un demi litre par 24h, pour la bonne raison que je n'avais absolument pas soif).

Je n'en ai toujours retiré que des bienfaits pour ma santé, (voir même de très grand bienfaits), jamais rien de négatif.
Le Bonheur est l expérience de la Véritable Nature de L'esprit
Namu Amida Butsu
  Répondre
#25
Mince désolé je croyais que tu l'avais repéré!

Sinon y'a t-il un temps minimum entre deux jeûnes a faire? Mon premier a duré 5 jours, mais j'ai pas pu passé au stade ou je me sentais a nouveau mieux, comme il était écris sur ton bouquin d'ailleurs. Il m'as été utile car j'ai fait des erreurs de débutant, mais ducoup ça me laisse un arrière goût d'inaccomplis! Pense tu que je pourrai en refaire un, mais ducoup vraiment 7 jours celui là, avec juste 2 mois entre les deux? Ça serai a la place de ma retraite méditative que je vais peut être pas pouvoir faire a cause de Rdv que j'ai avec ma nouvelle fac... (je vais essayer d'arranger ça mais bon)

En tout cas y'a vraiment un truc a creuser pour casser des mauvaises habitudes, se mettre en privation sensorielle a l'air vraiment bénéfique pour le mental a ce niveau là de ce que j'en ai ressentis!
  Répondre
#26
Bijord a écrit :Mince désolé je croyais que tu l'avais repéré!

Sinon y'a t-il un temps minimum entre deux jeûnes a faire? Mon premier a duré 5 jours, mais j'ai pas pu passé au stade ou je me sentais a nouveau mieux, comme il était écris sur ton bouquin d'ailleurs. Il m'as été utile car j'ai fait des erreurs de débutant, mais ducoup ça me laisse un arrière goût d'inaccomplis! Pense tu que je pourrai en refaire un, mais ducoup vraiment 7 jours celui là, avec juste 2 mois entre les deux? Ça serai a la place de ma retraite méditative que je vais peut être pas pouvoir faire a cause de Rdv que j'ai avec ma nouvelle fac... (je vais essayer d'arranger ça mais bon)

En tout cas y'a vraiment un truc a creuser pour casser des mauvaises habitudes, se mettre en privation sensorielle a l'air vraiment bénéfique pour le mental a ce niveau là de ce que j'en ai ressentis!

Ben non, tu penses bien que je serais venu faire un coucou depuis longtemps autrement ;o)

J'ai fais mes premiers jeûnes, espacé d'à peine une semaine, il me semble que j'en avais fais 3 à la suite , bon c'est pas une technique à généraliser.
Deux mois, entre ton jeûne de 5 jours et ton prochain jeûne, c'est tout à fait raisonnable, tu ne crains absolument rien.
Le laps de temps pour trouver le bien être au cour du jeune est aléatoire, totalement différent d'une personne à l'autre et d'un jeûne à l'autre (cela dépend de ton état de santé, et des toxines que tu as à éliminer).

Les dernier jeûnes que j'ai fais, je n'avais aucun malaises, même pas pendant les premiers jours, mais d'expérience je dirais que tu commences à aller bien après 3 jours (en tout les cas l'envie de manger disparait) et à bien te stabiliser au bout du 6em, 7em jours.
Pour ton arrière goût d'inaccomplis, même un jeûne de 7 jours ne te permettra pas d'obtenir tout ce que tu peux attendre d'un jeûne, mais si tu le fait correctement en respectant les règles de la reprise alimentaire qui est partie intégrante du jeûne, aussi important que l'absence de prise de nourriture, c'est quand même très satisfaisant, surtout à ton age ou la réponse métabolique, est beaucoup plus puissante qu' à mon age, je crois me souvenir sans pouvoir l'affirmer que jeûne de 7 jours pour toi est à peu près l'équivalent d'un jeûne de 21 jours pour moi ( à vérifier l'information)


En me remémorant mon tout premier jeûne à peu prés au même age que toi, d'une durée de 7 jours (avec un mal de tête magistrale à cause du tabac, entre autres, pour ne pas citer le reste ;o) ) je me souviens qu'après, j'avais une patate d'enfer, l'esprit léger, et une sensation de bien être, de pureté et de joie de vivre pleine d'espoirs et de projet à venir .
Après, avoir consommer n'importe quoi, sans conscience de l'agression et de la détérioration physique qui en découlé, cela a été pour moi, un mûrissement, un tournant dans ma vie, , me sentir sain, pur et nature en harmonie avec la vie, et en suivant, qui en fut le prolongement, mon premier contact avec le bio, et faire attention à mon corps , aux conséquences sur le long terme de ce que je lui faisais consommer.

En fait, avec 30 ans de recul, je pense que c'est ce tournant, avec toutes les conséquences positives qui ont on découlé, à ce moment de ma vie, alors que je n'avais pourtant pas encore épuisé mon expérience avec la drogue, puisque je me suis quand même après, shooté sans retenu pendant plus de dix ans,
c'est l'ouverture et la prise de conscience qui s'est produite après ce premier jeûne, qui m'a permis de traverser les épreuves de ma vie (très mouvementé et assez intense et violente dans l'extase et la déchéance), sans jamais véritablement perdre le cap, et d'être malgré tout, maintenant à 53 ans, en bonne forme physiquement, apte à bien gérer ma santé, et serein et léger dans l'esprit .


Attention, tu mélanges les choses, le jeûne ne fait absolument pas partie des techniques de « privation sensorielles » ni dans la nature de son expérience ni dans l'esprit de ce qui le motive.
Bien au contraire, le jeûne manifeste bien souvent comme une amplification/affinement des perceptions, olfactives en premier lieux, auditives également et visuelles (et même extra sensorielles ou intuitives).


C'est con, si l'on peut dire ça comme ça pour ta session de méditation (bon, tu es jeune, tu auras maintes fois l'occasion de la faire;o) ).
Par contre c'est preuve de sagesse que d'en profiter pour Jeûner plutôt que de te déboîter la tête avec du lourd, sans compter ;o) LoL
Le Bonheur est l expérience de la Véritable Nature de L'esprit
Namu Amida Butsu
  Répondre
#27
Retour des vacances, je peux te répondre! :-)

Citation :je crois me souvenir sans pouvoir l'affirmer que jeûne de 7 jours pour toi est à peu près l'équivalent d'un jeûne de 21 jours pour moi ( à vérifier l'information)

Oui je me rappelle du même chiffre!

Citation : maintenant à 53 ans, en bonne forme physiquement, apte à bien gérer ma santé, et serein et léger dans l'esprit .

Je compte bien vivre dans cet état le plus tôt possible héhé! :-) Gamida, l'espoir vivant de rédemption des psychonautes égarés!

Citation : Attention, tu mélanges les choses, le jeûne ne fait absolument pas partie des techniques de « privation sensorielles » ni dans la nature de son expérience ni dans l'esprit de ce qui le motive.
Bien au contraire, le jeûne manifeste bien souvent comme une amplification/affinement des perceptions, olfactives en premier lieux, auditives également et visuelles (et même extra sensorielles ou intuitives).

Je comprend ta conception, mais j'entendais "privation" par suppression du plaisir que l'on a a manger, plaisir qui est chez moi bien plus développé que le plaisir que je peux tirer de la vision, de l'audition ou de l'olfaction! ^^

Citation :C'est con, si l'on peut dire ça comme ça pour ta session de méditation (bon, tu es jeune, tu auras maintes fois l'occasion de la faire;o) ).
Par contre c'est preuve de sagesse que d'en profiter pour Jeûner plutôt que de te déboîter la tête avec du lourd, sans compter ;o) LoL

J'aurai aimé la faire avant de rentrer en cours pour démarrer l'année sous les meilleurs hospices, mais comme tu dis ça ne fait que retarder l'inévitable, et ça n'as surement pas entamé mon envie de faire une retraite. Le temps supplémentaire va pouvoir me permettre de commencer doucement la méditation dans mon coin (auto-hypnose mode^^ difficile de s'y mettre, je crois que je cherche trop a comprendre et pas assez faire tout simplement l'effort de m'y mettre sans réfléchir plus), tout en y retournant le moment venu clean comme neige! Mais on s'égare du sujet! Je n'ai toujours pas oublié ton bouquin, et il serai vraiment cool que j'arrive a le photocopier pour le partager ici avant le 25. Si je n'ai pas trouvé le temps pour le faire avant cette date, je te le renvois!

Bon et je préférais demander pour la durée entre chaque jeûnes, je suis rassuré. Me reste plus qu'a préparer le terrain dans mon entourage, principale "obstacle" du premier jeûne que j'avais entrepris!^^
  Répondre
#28
Certains disent ne pas avoir besoin de manger ( ni de boire parfois ) et se nourrir de lumière. Y'a de quoi être septique, mais le reportage est vraiment intéressant, en particulier le discours du biophysicien qui explique que dans la nourriture ce qui importe, ce n'est pas tellement les molécules qu'elle apporte, mais le fait qu'elle transporte de la lumière: les biophotons.

Lumière : Prana - Vivre de lumière sans manger ni boire : Documentaire
  Répondre
#29
je viens de finir le documentaire sur la nourriture prana et je viens de finir le télécharger le documentaire arte sur le jeûne thérapeutique. Le jeûne m'intéresse et je suis vraiment content de trouver un tel topic sur le forum.
Sinon sur les questions qui étaient posé à propos du cerveau, les restes de mes cours de l'année dernière me disent que le cerveau et glucodépendant c'est à dire que sans glucose il ne fonctionne plus. A partir d'un certain moment quand il n'y a plus assez de glucose dans le sang le corps s'adapte il recréé du glucose à partir d'un substrat non-glucidique : la néoglucogénèse (qui entraine une fonte musculaire). Néoglucogenèse - Wikipédia
c'est pourquoi je suis assez perturbé par le docu que je viens de voir, une personne très très très légèrement en sur-poids affirme ne plus se nourrir depuis un bon bout de temps, plusieurs années !
  Répondre
#30
Oui et puis il y a aussi des pseudos messies orientaux qui affirment ne pas s'êtres nourries/hydrater pendant plusieurs années en prétextant la simple volonté de dieu...

Bien souvent avec ce genre de documentaire orienté il faut faire la part des choses sois même et creuser en profondeur pour aller trouver ce qui se rapproche le plus de la vérité.
  Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)