• Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Utiliser les psychédéliques avec sagesse (Stolaroff trad)
#1
Je partage avec vous une traduction d'un document très intéressant de Stolaroff sur les psychédéliques. A mon sens, ce document devrai être lu par tout psychonaut (voir même a tout utilisateur potentiel de psychédéliques), j'espère que le mettre dans la catégorie "art, philosophie et spiritualité" ne le mettra pas trop de coté^^ La traduction fut rapide (rapport a mon envie de vous le faire partager le plus vite possible haha), je n'ai même pas relu le document donc y'a surement pleins de fautes à corriger, je les corrigerai si vous me les faites savoir!

UTILISER LES PSYCHÉDÉLIQUES AVEC DISCERNEMENT

By Myron J. Stolaroff

Un psychonaut vétéran explique comment les psychédéliques peuvent être utilisés pour donner des réels bénéfices.

Ma femme et moi sommes allées plusieurs miles dans les montagnes jusqu’à une montagne de 6000 pieds dans le sud du Mont Whitney en Californie. Nous étions parti pour rencontrer Franklin Merrell-Wolff, l’auteur du livre « Pathways through to Space », l’impressionnante description d’une personne entrant dans un état d’illumination et le savourant pendant plusieurs mois.

Quand nous sommes arrivés dans son lieu de travail, nous y trouvâmes un personnage irradiant d’un fantastique éclat. Nous avons parlé pendant plusieurs minutes, et quand je me suis senti assez à l’aise, j’ai commencé a parler de notre travail. Nous venions de passer trois années et demie a administrer du LSD, parfois avec de la mescaline, a 350 volontaires, et nous venions de publier nos résultats dans un journal médical.

“Oh mon dieu” s’exclama-t-il, en nous regardant avec consternation. « J’espère que vous n’avez pas utilisé ces drogues sur vous-même… »

Nous avons alors admis que nous l’avions fait. Il nous dit alors : « Celons X [un certain sage indien dont j’ai oublié le nom], cela vous prendra 7 incarnations pour guérir du dommage que ces substances induisent ! »

J’étais naturellement un peu ébranlé par sa déclaration, mais je n’ai pas trouvé de chose appropriées à répondre à cela avant que nous soyons rentré de la montagne. « Ne jamais sous-estimer la grâce de Dieu ».

Il n’est pas question de remettre en cause le fait que les substances psychédéliques sont des formidables grâces. Plus loin une personne progresse dans l’énorme espace de la conscience pouvant être atteinte, plus cette personne réalise la puissance de ces composés. Il semble n’y avoir aucune limite aux niveaux de conscience que peuvent atteindre une personne qui explore les immensités de sa psyché avec intégrité et courage.

La valeur de ces substances chimiques, que la science n’arrive pas encore a expliquer, c’est qu’elles dissolvent les frontières de l’esprit inconscient. Elles nous donnent accès a nos matériels psychiques enfouis et refoulés, à l’Ombre dont parle si bien CG Jung, les archétypes de l’humanité, une énorme masse de niveaux de pensée, et à la source de la créativité ainsi qu’aux expériences mystiques appelées « inconscient collectif » par Jung.

Au Cœur de l’inconscient, existe ce que beaucoup décrivent comme la source de la vie elle-même, et que certains appellent Dieu. Ceux qui ont expérimenté cela, le décrivent comme une superbe et ineffable source de lumière et d’énergie qui comprend toute la création, qui embrasse toute la sagesse, et qui irradie d’une source toujours constante d’amour. L’immersion dans cette lumière est l’essence même de l’expérience mystique et produit ce que les bon mystiques ont décrit comme l’état d’unité [oneness]. Une telle union est la culmination de toutes les recherches, tous les désirs, c’est l’expérience la plus chérissable que puisse vivre l’homme.

Tous ceux qui prennent de ces substances ne seront pas capable de ressentir de telles révélations. En fait, les psychédéliques sont des agents extrêmement puissants et peuvent être utilisés à mauvais escient. Il faut se rappeler qu’ils aident à révéler l’inconscient, et beaucoup d’entre nous ont autant de pensées inconscientes pour des raisons très spécifiques. Nous pourrions ne pas aimer l’apparence des émotions douloureuses et réprimées jaillissant de l’inconscient, ou subir de point fouet l’évidence que nos styles de vie ou nos valeurs doivent impérativement être améliorées. Il n’est pas non plus évident d’accepter l’immensité de notre être [our being], notre immense potentiel, ainsi que la responsabilité que cela implique.

Pour nous assurer un résultat gratifiant et enrichissant, voyons quelques facteurs qui doivent être pris en compte lors de l’usage de telles substances. Je dois préciser que je n’encourage en aucun cas à l’utilisation de substances illégales. J’espère qu’avec une meilleur compréhension de ces substances, nous pourront faire évoluer les lois en vigueur actuellement pour permettre de continuer la recherche. Voici quelques points importants qui aideront a assurer un résultat bénéfique :

SET AND SETTING

Le set and setting a été reconnu très largement comme les deux facteurs les plus importants pour la préparation à une expérience psychédélique. De ces deux facteurs, le « set » as la plus grande influence. Comme la drogue ouvre les portes de l’inconscient, de larges spectres d’expérience peuvent avoir lieu. La façon dont quelqu’un se dirige dans ce vaste labyrinthe dépend principalement du « set ». Le « set » inclus le contenu de l’inconscient personnel, qui est essentiellement l’enregistrement de toute la vie de la personne. Il inclue aussi les propres murs du conditionnement de la personne, murs qui déterminent la liberté de la personne a se mouvoir à travers ces états. Un autre aspect important du « set », consiste aux propres valeurs de la personne, son attitude et ses aspirations vis-à-vis de la vie. Tout cela influence directement la direction de l’attention pendant l’expérience, et détermine comment cette personne va gérer le matériel psychique rencontré.

Un individus peut apprendre énormément en acceptant et en se réconciliant avec ses matériaux psychiques inconfortables. Résister à cet inconfort, au contraire, peut intensifier le niveau de douleur, ce qui peut conduire à des expériences perturbantes, insatisfaisantes, ou même jusqu’à des accès psychotiques (tentatives de fuite). Ces mécanismes décris sont largement responsables du point de vue du corps médical qui perçoivent ces substances comme des psychotomimétiques (qui miment la psychose). D’un autre côté, se soumettre totalement à l’expérience, l’accepter avec gratitude et avec une bonne appréciation de la grâce donnée, peut résulter dans une ouverture continue, et dans un épanouissement et un accomplissement extrême.

Le “setting”, ou l’environnement dans lequel l’expérience a lieu, peut aussi grandement influencer l’expérience, les sujets étant d’habitude très suggestibles sous l’action d’un psychédélique. Un rituel inspirant, un lieu d’une beauté naturelle, des travaux artistiques stimulants, et des objets intéressants à examiner peuvent concentrer l’attention du sujet sur des aires gratifiantes. Le plus important est un guide expérimenté, éprouvant de la compassion et étant très familier avec le processus. Sa présence permet d’établir une énergie stable qui aide le sujet à rester centré. Le guide peut être très utile pour aider le sujet à passer outre certains lieux inconfortables, et donner des questions intelligentes qui aident à résoudre les difficultés, ainsi que de suggérer des directions d’exploration qui auraient pu être ignorées sinon. Le sujet pourra aussi éprouver un confort et une clarté plus grande de son expérience en partageant simplement ce qu’il se passe avec un interlocuteur attentif. Pour finir, un bon sitter sait que le meilleur des guides est l’esprit même du sujet, et ne doit pas interférer a moins que son aide ne soit réellement nécessaire.

MOTIVATION

La motivation est extrêmement importante. Ceux qui cherchent le savoir de façon sérieuse et apprécient réellement la vie dans toutes ses formes seront de bon voyageurs. Certaines caractéristiques des psychédéliques les rendent très populaires pour un usage récréatif. La plus appréciée de ces caractéristiques est l’augmentation de la sensibilité aux niveaux des sensations appréciables, une perception améliorée, l’amplification de la beauté et du sens de la vie, et l’augmentation de la gratification par les sens. Les psychédéliques peuvent aussi générer une proximité améliorée entre les participants, spécialement dans un voyage groupé. Je suis convaincu que l’un des plus grands commandements cosmiques est « appréciez », je pense cependant qu’il existe des pièges d’utiliser ces substances de façon purement récréative. La première cause de mes réserve, est qu’une personne cherchant uniquement le plaisir des sens peut se trouvé inondé par une éruption de matériel inconscient réprimé sans savoir comment le gérer. Chercher uniquement le plaisir sans donner en retour, peut distordre la personnalité du sujet et produire au final un grand inconfort. L’usage prudent, et la sureté d’obtenir des bénéfices avec les psychédéliques ne peut se produire qu’avec une utilisation intelligente et bien informée.

HONNÊTETÉ

Pour le vrai chercheur spiritual, ou pour n’importe quelle personne cherchant le savoir, la plus importante des qualités est l’honnêteté. Cela signifie avoir le courage de regarder tout ce qui remonte profondément de l’esprit, la capacité a admettre ses défauts lorsqu’ils sont apparents, et la détermination de changer son comportement après avoir expérimenté la vérité.

DISCIPLINE CONTINUE


Les experts dans ce domaine sont généralement d’accord pour dire qu’il est avisé de faire des voyages psychédéliques accompagnés d’une discipline spirituelle ou d’un programme qui rétablira continuellement l’attention du sujet sur les valeurs et les buts fondamentaux. Une bonne discipline esquissera le contour d’une bonne éthique permettant un comportement aidant à mettre en place les changements requis. Une bonne éthique nous aidera aussi à rester la tête claire face à nos objectifs, et ouvrira la porte à des niveaux toujours plus profonds d’expérience. De plus, il est évident de suggérer que plus l’on est préparé à passer par n’importe lequel des états spirituels pouvant se présenter, plus les progrès seront bénéfiques.

Pour moi, j’ai trouvé que l’entrainement à la méditation Tibétaine bouddhique est un ajout d’une grande valeur pour l’exploration psychédélique. En apprenant a tenir mon esprit vide, je suis devenu conscient que d’autres niveaux de réalité se manifestent plus facilement. Ce n’était que dans un état d’immobilité/imperturbabilité [stillness] accompagné d’une grande qualité d’écoute, que de subtiles mais extrêmement importantes nuances de la réalité se sont manifestées. En réussissant cela a une certaine échelle dans ma pratique quotidienne, j’ai trouvé que ces effets étaient grandement développés lors de l’usage d’un psychédélique. Cela s’est traduit par une méditation quotidienne intensifiée.

PSYCHEDELICS AS « WAY-SHOWERS » [pas de trad. trouvée]

Le rôle des psychédéliques est souvent mal compris. Beaucoup sentent qu’en ayant une expérience magnifique, ils ont alors les réponses et sont ainsi changés. Et c’est sûr qu’ils le sont d’une certaine manière. Mais les usagers sous estiment souvent les murs du conditionnement et de l’ignorance séparant la surface de l’esprit du cœur de notre être [our being]. C’est une grâce que les psychédéliques puissent mettre de côté ces barrières et donner accès à notre vrai être. Mais si le sujet ne s’engage pas à effectuer les changements indiqués, les vieilles habitudes de la personnalité peuvent rapidement se rétablir elles-mêmes.

A ce point, beaucoup pensent que répéter l’expérience pourra maintenir cet état exalté [afterglow]. Cela peut être possible, mais la plupart des vrais changements nécessitent un travail difficile et des grands efforts. Malheureusement, ce n’est pas souvent clair pendant l’expérience, qui ne fait que pointer le chemin à parcourir en montrant ce qui est possible. Si nous aimons ce que nous voyons, c’est alors a nous de faire les changements indiqués.

Il existe une période de grâce suivant chaque profonde expérience psychédélique, et cette période permet de faire des changements rapides. A ce moment, le sujet est empli de la beauté et du pouvoir de ces nouvelles informations. De plus (et c’est là qu’une recherche serai très intéressante), l’expérience libère une grande quantité de symptômes physiologiques et de défenses psychiques qui sont liées à nos névroses. Cette renaissance est très distincte après une expérience psychédélique intense, quand, sans le poids de nos anciennes habitudes, le comportement peut être plus facilement changé.
D’un autre côté, si vous ne faites aucun effort pour changer, les vieilles habitudes reviennent rapidement, et vous vous trouvez alors revenu au point de départ. En fait, vous pouvez même vous retrouver pire qu’avant, car vous savez que les choses peuvent être dramatiquement meilleures et vous êtes déprimé de vous voir encore lutter avec les même comportements.

Un autre facteur rend le processus encore plus inconfortable. Une grande quantité d’énergie ayant été accaparée par un matériel psychique refoulé est alors libérée. Cette énergie pourrai être utilisée avec de grands bénéfices pour agrandir les frontières de votre être aux nouvelles dimensions que vous avez expérimenté. Mais si vous retournez à vos anciens comportements néfastes, nous avez encore plus d’énergie pour les renforcer, rendant la vie d’autant plus difficile. Pour ces raisons, les expériences psychédéliques ne doivent pas être prises à la légère, mais avec une intention sérieuse et pure.

DEALING WITH THE SHADOW

Comme Jung l’as indiqué, les Ombres [the Shadow] contiennent tout le matériel psychique que nous avons refoulé pour nous cacher de nous-même. Malheureusement, cet espace contient aussi beaucoup de notre énergie, et tant qu’il reste inconscient, cela exerce une influence profonde sur notre comportement sans même que nous nous en rendions compte. De plus, notre matériel refoulé [shadow material] est responsable de la plupart des difficultés de l’homme dans le monde. Nous projetons notre Ombre sur les autres, en croyant que les autres sont la source de nos difficultés, et nous cherchons à nous réfugier d’eux plutôt que d’assumer notre responsabilité. Par conséquent, nous devons résoudre notre partie d’Ombre si nous voulons nous développer. Si cela était accomplis de façon générale dans le monde entier, ce serai d’un bénéfice majeur.

Jung décrit le développement humain comme le processus de « prendre conscience de l’inconscient. ». Les psychédéliques, particulièrement à doses faibles, peuvent être des outils extrêmement utiles pour aider ce procédé. La plupart de mes expériences sont avec les phénethylamines, car elles sont restées légales plus longtemps que le LSD, la mescaline ou la psilocybine. Une dose entière de 2C-T-2 ou de 2C-T-7 serai d’environ 20mg, une dose légère sera de 10 à 12mg, équivalent à environ 25 à 50µg de LSD.

Le guide infaillible pour atteindre le matériel refoulé sont nos sensations inconfortables. Beaucoup n’aiment pas les doses légères car ces sensations désagréables remontent à la surface. Plutôt que de les accepter, ils utilisent des grosses doses pour les transcender. Mais ces sensations désagréables sont précisément ce que nous devons résoudre pour nous libérer, gagner force et énergie, et fonctionner de façon plus confortable avec notre environnement. En utilisant de petites doses, et en forçant notre volonté à se concentrer pleinement sur n’importe lequel des sensations qui s’élèvent et respirer à travers eux, nous expérimenteront alors leur dissolution, s’accompagnant souvent d’une grande compréhension de nos dynamiques personnelles. La libération de ces matériels permet une expansion de l’attention et de l’énergie. Si nous travaillons diligemment pour nettoyer ces aires réprimées, nous pouvons entrer dans le même état sublime que peut procurer les doses fortes, avec un avantage indéniable. Comme nous avons résolu ces sentiments inconfortables, nous sommes alors dans une bien meilleure position pour maintenir un état de grande clarté et un meilleur fonctionnement dans la vie de tous les jours.

Je voudrais aussi ajouter quelque mots a propos de la fréquence d’utilisation : Les variations individuelles sont très importantes à ce sujet. Certains peuvent être satisfait d’une expérience très intense pour le restant de leur jour. D’autres voudront retenter l’expérience une ou deux fois par ans. D’autres encore sont intéressés par des prises régulières pour repousser encore et encore leur niveau de connaissance. Sans prendre compte de la fréquence, il est avisé d’être sûr d’avoir pleinement intégré l’expérience précédente avant d’embarquer pour la prochaine. Dans les premiers contacts psychédéliques, lorsqu’il y a une profusion de nouveau matériel, le processus d’intégration peut prendre plusieurs mois. Au contraire, pour un utilisateur plus expérimenté, cette période peut se réduire et l’intervalle entre chaque prise peut être diminué.

Beaucoup de personnes arrêtent les psychédéliques lorsqu’elles sentent qu’elles ont appris ce qu’elles voulaient. Mais souvent des personnes font face à un matériel psychique douloureux et profondément enfouis, dans une zone très protégée de leur psyché, ce qui les force à arrêter. Le problème, c’est que ce matériel révélé est souvent plus profond que le matériel psychique personnel. Quelqu’un ne peut atteindre une entière prise de conscience sans l’attention, non simplement de notre propre douleur, mais aussi de celle de l’ensemble de l’humanité. Cela peut être l’explication de l’existence de « la nuit noire de l’âme » [dark night of the soul] qui est la barrière finale séparant de l’union mystique décrite par Evelyne Underhill dans son livre Mysticism. Comme nous ne sommes qu’un, nous devons non seulement nous confronter a notre propre Ombre, mais aussi à celle de l’humanité entière. Nous pouvons l’accepter plus facilement une fois que nous avons découvert tout l’amour qui est disponible pour dissoudre tous les « matériaux de l’Ombre » [shadow material].

LIBÉRER LES AIRES RÉPRIMÉES

Les psychédéliques peuvent aider d’une autre façon le chercheur sérieux. Il arrive souvent que ceux qui poursuivent une pratique spirituelle rigoureuse accèdent à des états élevés de conscience en écartant ou en condamnant certains aspects de leur comportement. Avec une utilisation honnête, les psychédéliques ne permettrons pas à ces aires de rester condamnées, mais au contraire aideront à les amener à la surface. Le sujet peut alors expérimenter la grande libération qu’est être en accord avec tous les aspects de son être. La joie et l’exaltation d’être totalement vivant vient seulement d’avoir un accès total a tous ses sentiments.

LE PSYCHONAUT ENTRAINÉ

Il apparait qu’il existe une loi cosmique énonçant qu’en donnant une complète attention à un objet, une image, ou une idée, avec une constance, une patience et une acceptation totale permettra à ses différents attributs de se dévoiler. Les psychédéliques accélèrent grandement ce processus. Pour opérer de la façon la plus efficace, l’observateur devra avoir développé la capacité de tenir son esprit calme, permettant ainsi d’observer le processus entier observé se développer. Les grosses doses sont tellement puissantes qu’il est extrêmement difficile de laisser son esprit reposé. Par conséquent, les meilleurs résultats sont dévolus aux « utilisateurs expérimentés » - une personne qui a appris à gérer de grosses doses de psychédéliques, ou qui as appris à tenir son esprit assez calme pour pouvoir observer son processus intérieur de façon totale. Plus l’usager nettoie son « environnement intérieur » [inner stuff], plus il gagne en liberté pour diriger son expérience. A ce niveau, les doses fortes peuvent être profitables pour pénétrer au plus profond de la nature de la réalité.

Il est intéressant de noter que ce concept « d’usager entrainé » n’apparait pas dans la littérature. Mais c’est l’utilisateur entrainé qui peut profiter le plus pleinement des avantages des plus profondes sagesses et de compréhension contenues dans les frontières lointaines de l’esprit. Il semble n’y avoir aucune limite aux dimensions de la compréhension pouvant être expérimentées directement par l’explorateur [le psychonaut si j’ose le placer, d’ailleurs peut être devrai-je remplacer tous les « sujets » ou les « utilisateur » que j’ai utilisé par le terme « psychonaut » que je trouve bien plus adapté] qui a le courage, l’intégrité et la compétence de naviguer a travers elles. Avec intégrité toujours, et avec l’aide d’amis et d’une discipline appropriée, le psychonaut peut rapporter une grande quantité de sagesse pour l’amélioration de lui-même et de l’humanité.

Est-ce que les psychédéliques sont nécessaires? Est-ce que ces explorations peuvent être conduites par ceux qui ont maitrisé la méditation sans l’aide de ces substances ? Aucun doute là-dessus, ils le peuvent. Avec un investissement énorme de temps et d’effort. Mais c’est très incertain que beaucoup d’autres occidentaux veuillent donner un tel engagement. Pour les occidentaux, ceux dont la pratique spirituelle doit être intégrée à une vie ou ils doivent gagner de quoi vivre, l’usage réfléchis des psychédéliques peut considérablement accélérer le processus. Cependant, ce n’est pas un chemin pour n’importe qui. Les choix de suivre ou non une telle voie doivent être basé sur la connaissance totale de tous les facteurs en jeu.

Les psychédéliques ne sont pas un raccourcis, car il n’est pas de grande valeur d’éviter les expériences importantes. Si l’illumination requiert la résolution du matériel inconscient (et mon expérience personnelle l’indique) ; ceux qui aspirent à un tel accomplissement doivent considérer avec précaution le rythme et l’intensité à laquelle ils veulent faire face à cette vaste gamme de dynamiques/ Le sentier des psychédéliques, étant bien plus intense que n’importe laquelle des autres disciplines spirituelles, est en un sens plus facile car il donne souvent et de façon plus rapide un profond contact avec le numineux. Un tel contact inspire un réel engagement, et ouvre les portes d’une plus grande paie pour surmonter les matériaux inconfortables.

Si notre engagement est vraiment dirigé vers le bonheur et la paix de tous les êtres, alors il est raisonnable d’étudier tous les outils permettant d’accéder à ces fins. Les psychédéliques, utilisés avec grande motivation, compétence, et intégrité, peuvent contribuer énormément à diminuer la souffrance en donnant accès à la sagesse et à la compassion pour un développement spirituel.

L’auteur a travaillé pendant de nombreuses années dans le champ de la recherché psychédélique. Entre 1960 et 1970, il dirigea « The International Foundation for Advanced Study », un groupe de recherche clinique étudiant les effets de la mescaline et du LSD.

Suggested Reading
[1] Adamson, S. Through the Gateway of the Heart. San Francisco: Four Trees Publications,
1985.
[2] Blumenthal,Michael. LSD at Mid-Life, in New Age Journal, May/June 1992, pp.
81-83, 142-47.
[3] Eisner, Bruce.Ecstasy: The MDMA Story. Berkeley, CA.: Ronin Publishing, 1989.
[4] Grof, Stanislav. LSD Psychotherapy. Pomona, Calif.: Hunter House, 1980.
[5] R¨atsch, C., ed. Gateway to Inner Space. Bridport, Devonshire: Prism Press, 1989.
See especially the chapter Purification, Death, and Rebirth by Tom Pinkson.
[6] Shulgin, Ann and Alexander. PIHKAL: A Chemical Love Story. Berkeley, Calif.:
Transform Press, 1991.
[7] Underhill, Evelyn. Mysticism. New York: E.P Dutton, 1961.
[8] Weil, Andrew. The Natural Mind. Boston: Houghton Mifflin, 1972.
Note: Subscriptions and backissues of GNOSIS magazine can be purchased from:
GNOSIS P.O. Box 14217 San Francisco, CA 94114
The following 1 user Likes GuyGeorge's post:
  • Aiskhynê
  Répondre
#2
Je voulais mettre la vertion PDF du document en anglais et aussi traduite mais j'arrive plus a trouver la barre ou il faut mettre le bordel^^

EDIT: Haha merci styloplume ça commençais mal Big Grin

Un autre document traduit que j'avais déjà présenté sur le forum (il reste la fin a finir de traduire mais ça parle plus de bouddhisme, et moins de gros visuels dans ta pokerface alors j'ai légiféré):
Pychédéliques? Utile pour le bouddhisme? (Stolaroff): post-44686.html?f=52
  Répondre
#3
Déjà, c'est discernement, avec sc.

Mais je vais lire encore, j'ai pas parcouru. Merci pour la trad!
  Répondre
#4
Intéressant, merci !

Dans le genre, faudra que je mette un chapitre de Jack Kornfield sur les psychés...
  Répondre
#5
10 000 merci pour cette traduction! Vraiment, du fond du coeur je te remercie! Heart
It's full of stars!
  Répondre
#6
Ça doit être mon côté hippie qui déteint sur le Feu Sombre! :twisted:

Nan sans blague, j'ai lu davantage aujourd'hui, c'est super complet, honnête, ça va direct au fond des choses. Simple mais exigeant. Juste mais rassurant. Génial.
  Répondre
#7
C'est ce que j'ai trouvé aussi stylo! Franchement Stolaroff je crois que je vais traduire tous ces petits documents que j'ai, il est plein de bon sens ce type! Sa capacité (comme Groff et d'autres d'ailleurs) a mettre en mots et décrire l'expérience psychédélique d'un point de vue d'ensemble est assez bluffant. Et j'ai fait aussi cette traduction pour moi car malgré que j'arrive a lire vite fait l'anglais sans trop de problèmes, se forcer a faire la trad permet de bien mieux comprendre en profondeur! Ça fait plaisir que ça vous ai plus! :wink:

Citation :Dans le genre, faudra que je mette un chapitre de Jack Kornfield sur les psychés...
Ça serai super!
  Répondre
#8
Styloplume a écrit :Ça doit être mon côté hippie qui déteint sur le Feu Sombre! :twisted:
Ah bon? t'es sur t'avoir une influence sur moi? :lol:
It's full of stars!
  Répondre
#9
P**** j'espère que non.

Je trouve ça super cool que tu aies l'esprit critique et que tu ne te laisses pas trop influencer par toutes mes conneries. Que tu te fasses ta propre opinion avec Stolaroff et par toi-même, c'est par-fait.

Nan, nan, je pense qu'on est tous hippie au fond de nous! Muhahahahah :twisted:
  Répondre
#10
Merci merci merci ! Vraiment intéressant, je suis en train de lire la Mystique Sauvage de Michel Hulin, et je retrouve quelques idées. A lire celui-ci aussi !
"Un trip au LSA, c'est une reconsidération des concepts fondateurs omniprésents dans la vie, comme le temps, l'amour, la matière, la beauté, la musique..." Quetzal
  Répondre
#11
Un grand merci pour cette trad!!

C'est un bon résumé, je suis assez d'accord avec lui!
Pour les petites doses, j'appuie son propos; c'est un phénomène peu connu et reconnu des utilisateurs, qui font une relation illusoire entre puissance et interet d'un trip...

(enfin, c'est plus compliqué que ça; au final une dose "forte" (normale) comme premier trip ou dans les premiers trips peut donner un peu de perspective, on en a deja parlé je crois )
This is a block of text that can be added to posts you make. There is a 1024 character limit.
  Répondre
#12
Merci Bijord pour cette traduction bien menée et très interessante.

Le potentiel et les dangers de l'usage des psychédéliques me semble bien décris.
Bon ça donne quand même envie de devenir un "PSYCHONAUT ENTRAINÉ " pour "atteindre plus rapidement l'éveil que par une autre méthode" et dans ce sens c'est un peu apologique mais c'est un point de vue qui se respecte.
Perso j'ai du mal à cerner dans quelle mesure ça accélère ou pas les choses.

Mon avis (/expérience) est décrit plus en détail dans l'autre sujet de traductions cité, avec notamment celui-ci :
Expérience Psychédélique et Pratique Spirituelle, Une perspective Bouddhiste - Interview avec Jack Kornfield
Tu as un autre doc de "Jack" jhdoux ?
Des sources ^^ ?

Enjoy & Take Care
Heart
  Répondre
#13
Il semble que vous soyez plusieurs à exploiter les "petites doses". Perso je n'ai jamais réussi à en faire quoi que ce soit, pourriez vous détailler ? Merci d'avance
"Un trip au LSA, c'est une reconsidération des concepts fondateurs omniprésents dans la vie, comme le temps, l'amour, la matière, la beauté, la musique..." Quetzal
  Répondre
#14
La petite dose oblige à rentrer dans le trip de soi-même. La petite dose ne marche pas vraiment psychonautiquement, à moins d'utiliser une technique de méditation. Moi je me la suis trouvée tout seul, en m'inspirant de modèles de psychothérapie (l'enfant intérieur) et de la méditation bouddhiste (que j'ai un peu apprise et pratiquée).
Sans ça, les petites doses restent une gentille perche sans plus. Mais avec ça, ha ha, on trouve de ces trucs :twisted:
  Répondre
#15
hmm
ces histoires d'éveil, pour moi ca reste encore douteux ceci dit.
On n'atteint jamais vraiment l'élevation, on doit toujours continuer à battre des ailes, à plus ou moins haute altitude. L'article ne dit pas le contraire, il précise meme l'interet du travail continu; mais n'empeche, j'avais envie de le préciser : il ne faut pas se faire d'illution, on ne trouvera aucun chateau et aucun paradis dans la volatile haute atmopshère de l'esprit... (meme si j'ai parfoi l'impression d'avoir touché de prés quelques absolut, quelques vérités métaphysique... mais tout ce qui s'est figé a fini par perdre son aura... )

Pour ce qui est des petites doses, je reprend deja les éléments de l'article

Citation :En utilisant de petites doses, et en forçant notre volonté à se concentrer pleinement sur n’importe lequel des sensations qui s’élèvent et respirer à travers eux, nous expérimenteront alors leur dissolution, s’accompagnant souvent d’une grande compréhension de nos dynamiques personnelles. La libération de ces matériels permet une expansion de l’attention et de l’énergie. Si nous travaillons diligemment pour nettoyer ces aires réprimées, nous pouvons entrer dans le même état sublime que peut procurer les doses fortes, avec un avantage indéniable. Comme nous avons résolu ces sentiments inconfortables, nous sommes alors dans une bien meilleure position pour maintenir un état de grande clarté et un meilleur fonctionnement dans la vie de tous les jours.

Ceci dit, je ne partage pas la vision de la "thérapie psychédélique" qui consisterai a atteindre du materiel refoulé et inconscient. Pour moi, il s'agit bien plus souvent de construire, de batir, de créer que de puiser dans ce nouveau dieu interne, endogène si j'ose dire! Surtout que ca met en avant une dimention de tension, de rejet à combattre, de victoire sur l'inconfortable, ... etc... Bref je n'aime pas trop cette grille de lecture ! ca ne me correspond pas.

Mais meme sans partager cette façon de voir les choses, je partage l'idée que les petites doses permettent de faire du bon travail. Deja, parce que le set&setting (enfin, surtout la preparation mentale) aura plus de poids que dans une grosse expérience. C'est se positionner stratégiquement sur la palier de "la porte", pour faire entrer et sortir du materiel d'un monde à l'autre (mondes interieurs). C'est apprendre à faire ce qui importe le plus, et que je repete souvent (sans que grand monde me comprenne ) : il faut pas juste se laisser aller, il faut savoir construire et avancer, la volonté est extrèmement importante dans les trips... Mais il faut savoir suivre ce qui est proposé. C'est un jeu a première vue paradoxal.

Enfin voila, les petite doses , c'est pour avoir encore ce pied dans la réalité, qui fait qu'écrire devient plus interessant, par exemple!
Et puis, les petites doses, c'est aussi moins de risques, moins d'éxpériences difficiles, une récuperation plus rapide (ce qui veut dire que si le prochain trip est dans un mois, ca sera une expérience mieux digérée qu'un gros trip) et généralement moins d'effets secondaires. Ca évite aussi l'escalade vers le toujours plus, toujours plus beau, toujours plus musical explosif... Car dés le départ, c'est une optique différente qui ne recherche pas a aller plus haut que la perche précédente!
This is a block of text that can be added to posts you make. There is a 1024 character limit.
  Répondre
#16
hmm
ces histoires d'éveil, pour moi ca reste encore douteux ceci dit.
On n'atteint jamais vraiment l'élevation, on doit toujours continuer à battre des ailes, à plus ou moins haute altitude. L'article ne dit pas le contraire, il précise meme l'interet du travail continu; mais n'empeche, j'avais envie de le préciser : il ne faut pas se faire d'illution, on ne trouvera aucun chateau et aucun paradis dans la volatile haute atmopshère de l'esprit... (meme si j'ai parfoi l'impression d'avoir touché de prés quelques absolut, quelques vérités métaphysique... mais tout ce qui s'est figé a fini par perdre son aura... )

Pour ce qui est des petites doses, je reprend deja les éléments de l'article

Citation :En utilisant de petites doses, et en forçant notre volonté à se concentrer pleinement sur n’importe lequel des sensations qui s’élèvent et respirer à travers eux, nous expérimenteront alors leur dissolution, s’accompagnant souvent d’une grande compréhension de nos dynamiques personnelles. La libération de ces matériels permet une expansion de l’attention et de l’énergie. Si nous travaillons diligemment pour nettoyer ces aires réprimées, nous pouvons entrer dans le même état sublime que peut procurer les doses fortes, avec un avantage indéniable. Comme nous avons résolu ces sentiments inconfortables, nous sommes alors dans une bien meilleure position pour maintenir un état de grande clarté et un meilleur fonctionnement dans la vie de tous les jours.

Ceci dit, je ne partage pas la vision de la "thérapie psychédélique" qui consisterai a atteindre du materiel refoulé et inconscient. Pour moi, il s'agit bien plus souvent de construire, de batir, de créer que de puiser dans ce nouveau dieu interne, endogène si j'ose dire! Surtout que ca met en avant une dimention de tension, de rejet à combattre, de victoire sur l'inconfortable, ... etc... Bref je n'aime pas trop cette grille de lecture ! ca ne me correspond pas.

Mais meme sans partager cette façon de voir les choses, je partage l'idée que les petites doses permettent de faire du bon travail. Deja, parce que le set&setting (enfin, surtout la preparation mentale) aura plus de poids que dans une grosse expérience. C'est se positionner stratégiquement sur la palier de "la porte", pour faire entrer et sortir du materiel d'un monde à l'autre (mondes interieurs). C'est apprendre à faire ce qui importe le plus, et que je repete souvent (sans que grand monde me comprenne ) : il faut pas juste se laisser aller, il faut savoir construire et avancer, la volonté est extrèmement importante dans les trips... Mais il faut savoir suivre ce qui est proposé. C'est un jeu a première vue paradoxal.

Enfin voila, les petite doses , c'est pour avoir encore ce pied dans la réalité, qui fait qu'écrire devient plus interessant, par exemple!
Et puis, les petites doses, c'est aussi moins de risques, moins d'éxpériences difficiles, une récuperation plus rapide (ce qui veut dire que si le prochain trip est dans un mois, ca sera une expérience mieux digérée qu'un gros trip) et généralement moins d'effets secondaires. Ca évite aussi l'escalade vers le toujours plus, toujours plus beau, toujours plus musical explosif... Car dés le départ, c'est une optique différente qui ne recherche pas a aller plus haut que la perche précédente!
This is a block of text that can be added to posts you make. There is a 1024 character limit.
  Répondre
#17
Je plussoie en masse ce que raconte Quetzal en ce qui concerne la gestion de petites doses (même si je suis davantage dans un optique de thérapie).

Quetzal a écrit :le set&setting (enfin, surtout la preparation mentale) aura plus de poids que dans une grosse expérience. C'est se positionner stratégiquement sur la palier de "la porte", pour faire entrer et sortir du materiel d'un monde à l'autre (mondes interieurs). C'est apprendre à faire ce qui importe le plus, et que je repete souvent (sans que grand monde me comprenne ) : il faut pas juste se laisser aller, il faut savoir construire et avancer, la volonté est extrèmement importante dans les trips... Mais il faut savoir suivre ce qui est proposé. C'est un jeu a première vue paradoxal.

Ouaip. Moi-même le DXM ça ne me donne rien à part un gros flou, si je ne participe pas. Dialogues avec moi, méditation... autant de "trucs" actif pour au final mieux "suivre" les processus internes. Il s'agit de lâcher prise, activement. Si on suit cette idée à l'extrême, on peut triper sans drogue, comme dans la méditation, l'hypnose, etc...

Mais bon, les cocos, tout ça ne se fait pas du jour au lendemain je crois bien. Moi ça m'a pris un bon bout de temps avant d'arriver à ces conclusions.

Et puis, comme le dit Stolaroff, les grosses doses développent une puissance phénoménale qui "montrent le chemin". Reconquérir le DXM aurait été plus difficile pour moi, si le trip utlime au LSD n'était pas passé par là. Les sensations fortes sont là pour nous dire "tu vois, c'est possible".
  Répondre
#18
De toute façon, dans la pratique, quand on respecte vraiment les règles de sécurité, on passe obligatoirement par les petites doses pour le calibrage des substances (naturel : variabilité des concentration. Chimique : pureté des composé. Extrait : qualité variable... Ya que le pharmaceutique qui échappe un peu a tout ca! et encore, ya les "tests alergie" obligatoire). Planifier un "gros" trip sur base d'un psychotrope dont on ne connait pas la puissance, c'est douteux!

Donc autant apprendre a profiter des "tests" sur les produits Smile
Et de temps en temps se faire un grand voyage..... Parce qu'on est pas non plus des moines, que s'amuser ca fait partie intégrante de notre culture et il faut pas cracher la dessus Tongue :twisted: :roll:

Stylo toujours au top comme je vois Smile
ca cartonne
This is a block of text that can be added to posts you make. There is a 1024 character limit.
  Répondre
#19
Citation :hmm
ces histoires d'éveil, pour moi ca reste encore douteux ceci dit.
On n'atteint jamais vraiment l'élevation, on doit toujours continuer à battre des ailes, à plus ou moins haute altitude. L'article ne dit pas le contraire, il précise meme l'interet du travail continu; mais n'empeche, j'avais envie de le préciser : il ne faut pas se faire d'illution, on ne trouvera aucun chateau et aucun paradis dans la volatile haute atmopshère de l'esprit... (meme si j'ai parfoi l'impression d'avoir touché de prés quelques absolut, quelques vérités métaphysique... mais tout ce qui s'est figé a fini par perdre son aura... )

Quetzal pratique tu une forme ou autre de pratique spirituelle tous les jours conjointement a tes prises de psychédéliques? Car ça commence a me paraître de plus en plus évident, les psychédéliques sont une grâce ponctuelle qui donne un aperçu des stades de plénitude auquel on peut accéder [quand on se tape pas un bad refoulé], mais si ta pratique se limite à ça c'est trop dur d'intégrer dans la vie de tous les jours ce que tu as appris et l'afterglow tend a disparaître, la différence est trop forte , d’où l’intérêt déjà des petites doses qui sont moins éloignées de la réalité que nous connaissons qu'une grosse dissolution de l'égo, et d'apprendre a lâcher prise quotidiennement.


Citation :Ceci dit, je ne partage pas la vision de la "thérapie psychédélique" qui consisterai a atteindre du materiel refoulé et inconscient. Pour moi, il s'agit bien plus souvent de construire, de batir, de créer que de puiser dans ce nouveau dieu interne, endogène si j'ose dire! Surtout que ca met en avant une dimention de tension, de rejet à combattre, de victoire sur l'inconfortable, ... etc... Bref je n'aime pas trop cette grille de lecture ! ca ne me correspond pas.


C'étais un psychiatre je crois donc il parle de la thérapie psychédélique, mais il agrandit le sujet et parle très clairement de développement personnel, un peu a la manière de Stan Groff. Guérir dans un premier temps, puis élever sa conscience. Je suis pas d'accord quand tu dit que ça met une dimension de tension, justement on subi une tension et pour s'en délivrer vraiment, il faut arrêter de lutter justement et accepter en toute équanimité l'expérience = lâcher prise, ce qu'il prescrit est à l'opposé d'une lutte, de combattre!

Voilà je voulais ajouter ça héhé, c'est cool qu'on soit pas du même avis ça nourri la discussion :twisted:

Ça va peut être paraître agaçant mais je suis en train de découvrir la méditation vipassana alors forcément j''ai l'esprit rivé dessus [mais tu peux remplacer vipassana par n'importe quelle pratique méditative ou Yoga etc...], mais je me permet de citer un post sur bluelight et te demander ce que t'en pense si le cœur t'en dit, a propos justement de la difficulté d'intégrer une expérience psychédélique sous un produit dans la vie de tous les jours (et je remet pas dutout en cause ce que les psychédéliques peuvent nous apporter!):

Citation :After a year completely straight once, I did a Vipassana course (you can look up the word if you're curious). I'm not recommending it as a way of life or a set of beliefs or anything, just as an alternative to tripping you could try. It'll offer you a capacity to "realise" that will probably scratch your itch IMO. Vipassana is by no means the only meditation method, just the one I'm familiar with. The reason I trust it is because it doesn't ask you to form an attachment to an illusion, a mantra or anything other than the reality of your experience for the moment you're in (that's quite a mouthful and you can skim over it if it sounds too heavy). Basically you sit there and pay attention to what's happening in your body, and after a while things really start to happen.

You can have that ability to understand yourself, go deep, experience inexpressible beauty and understanding, reprogram your responses to traumatic stimuli, etc - all the kinds of stuff I like about psychadelics (probably different for you) were available to me without risking my sobriety. It was 100 hours meditation over 10 days - it sure is an intense way just to get a "trip", but it feels very tangible at the end, because you'll know how you progressed to the states you attained. It'll have other positive effects that are difficult to predict too (just like trips usually do)

I left after three days the first time I tried, because it is very intense and I'd only just come off drugs at that point. I tried again after a year sober and finished the course, and found it was the most satisfying psychadelic experience I've had. More intense drug-induced psychadelic experiences before and since have felt more blissful or amazing in the moment, but have been undercut afterwards by the struggle to integrate the experience into everyday life, or me questioning whether it is a good thing that a substance triggered the experience. This option could fulfill the same function as LSD without threatening your sobriety.
  Répondre
#20
Quetzal a écrit :hmm
ces histoires d'éveil, pour moi ca reste encore douteux ceci dit.
On n'atteint jamais vraiment l'élevation, on doit toujours continuer à battre des ailes, à plus ou moins haute altitude. L'article ne dit pas le contraire, il précise meme l'interet du travail continu; mais n'empeche, j'avais envie de le préciser : il ne faut pas se faire d'illution, on ne trouvera aucun chateau et aucun paradis dans la volatile haute atmopshère de l'esprit... (meme si j'ai parfoi l'impression d'avoir touché de prés quelques absolut, quelques vérités métaphysique... mais tout ce qui s'est figé a fini par perdre son aura... )

Tout à fais d'accord...c'est pour ça que j'aime bien les pratiques qui mettent l'accent sur le quotidien et les petits gestes simples (méditation marchée, du repas, etc) comme Thich Nhat Hanh par exemple.
Sinon, tu semble pas mal influencé par Deleuze... :wink:
J'avoue que le concept de "lignes de fuite" m'a passionné à un moment..

CastlesMadeOfSand a écrit :Tu as un autre doc de "Jack" jhdoux ?
Des sources ^^ ?

Oui, un livre que j'ai qui s'apelle "Périls et promesses de la vie spirituelle", un bouquin très complet.
Mais y a tout un chapitre qui parle des psychés et autres expériences "spéciales"...ça s'appele: "Les montagnes russes de la spiritualité: kundalîni et autres effets secondaires".
J'ai pas trouvé le temps de le recopier, et rien trouvé sur le net...promis je le fais dès que je peux ! (si tu peux pas attendre, pécho le livre, c'est un bon investissement :wink: )


Bijord a écrit :ça commence a me paraître de plus en plus évident, les psychédéliques sont une grâce ponctuelle qui donne un aperçu des stades de plénitude auquel on peut accéder dans un premier temps, puis élever sa conscience.

Aldous Huxley parle exactement de ça dans une version des "portes de la perception" qui combine des reflexions sur la grâce !
Sinon Vipassana attention quand même, ça peux être assez violent comme méthode..(j'ai une copine qui en a fait les frais)
  Répondre
#21
jhdoux a écrit :Sinon Vipassana attention quand même, ça peux être assez violent comme méthode..(j'ai une copine qui en a fait les frais)
Hum perso je pense pas que la méditation Vipassana soit violente.
Par contre s'imposer une pratique intensive (de ça ou d'autre chose), surtout si on n'a pas l'habitude, c'est dangereux.

On ne peut pas dire que courir soit violent en soi par contre c'est sûr que si moi j'attaque un marathon cash ya moyen que ça se passe mal.

Est-ce que les psychédéliques sont nécessaires? Est-ce que ces explorations peuvent être conduites par ceux qui ont maitrisé la méditation sans l’aide de ces substances ? Aucun doute là-dessus, ils le peuvent. Avec un investissement énorme de temps et d’effort. Mais c’est très incertain que beaucoup d’autres occidentaux veuillent donner un tel engagement. Pour les occidentaux, ceux dont la pratique spirituelle doit être intégrée à une vie ou ils doivent gagner de quoi vivre, l’usage réfléchis des psychédéliques peut considérablement accélérer le processus.
Ce paragraphe (me) donne à penser que la voie psychédélique (si l'en est une) a la même finalité (en elle même) que la voie du Bouddha (par exemple) mais qu'elle est plus rapide et dangereuse. J'ai quand même pas mal de doutes sur tout ça.
D'autant que dans le Bouddhisme il y a diverses façon d'intégrer la pratique dans la vie quotidienne, même si la pratique en retraite semble être excellente.

Je suis très reconnaissant envers les psychédéliques et je vais continuer à explorer avec plaisir et respect ce cadeau.
Big Grin
  Répondre
#22
CastlesMadeOfSand a écrit :On ne peut pas dire que courir soit violent en soi par contre c'est sûr que si moi j'attaque un marathon cash ya moyen que ça se passe mal.

Je devrais préciser que je parle des "retraites" Vipassana de 10 jours.
Franchement, rester 10 jours sans parler, se lever tous les jours à 4h du mat', garder une position inconfortable et observer constamment son corps et son esprit, c'est un peu violent quand même !!!
L'amie dont je parle est ressortie de cette retraite avec la sensation d'avoir un trou au niveau du ventre...après différents examens médicaux qui ont confirmé qu'elle n'avait "rien" et son problème ne passant pas, elle a été voir une acupunctrice qui l'a aidé en quelques scéances (la même qui m'a aidé après l'aya).
Donc ce n'est pas anodin comme retraite.
  Répondre
#23
Héhé pour la retraite je vais pas te dire le contraire, j'en ai fait une en Mars et j'ai craqué au bout du 4ième jour, mais les progrets que tu fais dans ta méditation sont très concrets ce qui pour ma part a beaucoup renforcé mon intérêt sur le sujet, puisque c'est moins pour toi de la masturbation intellectuelle mais plus quelque chose dont tu as plus ou moins reconnu la puissance! Est-ce qu'une retraite de 10 jours est plus risquée que la prise d'un psychédélique tel que le LSD? Je ne sais pas! Donc la retraite se situerai peut être selon moi entre l'autoroute des psychés (voir le voyage vitesse dla lumière a coup d'aya ou d'iboga^^), et la marche de la pratique quotidienne de la méditation, pour imager vite fait le tout. Rolleyes
  Répondre
#24
Bijord a écrit :
Citation :hmm
ces histoires d'éveil, pour moi ca reste encore douteux ceci dit.
On n'atteint jamais vraiment l'élevation, on doit toujours continuer à battre des ailes, à plus ou moins haute altitude. L'article ne dit pas le contraire, il précise meme l'interet du travail continu; mais n'empeche, j'avais envie de le préciser : il ne faut pas se faire d'illution, on ne trouvera aucun chateau et aucun paradis dans la volatile haute atmopshère de l'esprit... (meme si j'ai parfoi l'impression d'avoir touché de prés quelques absolut, quelques vérités métaphysique... mais tout ce qui s'est figé a fini par perdre son aura... )

Quetzal pratique tu une forme ou autre de pratique spirituelle tous les jours conjointement a tes prises de psychédéliques? Car ça commence a me paraître de plus en plus évident, les psychédéliques sont une grâce ponctuelle qui donne un aperçu des stades de plénitude auquel on peut accéder [quand on se tape pas un bad refoulé], mais si ta pratique se limite à ça c'est trop dur d'intégrer dans la vie de tous les jours ce que tu as appris et l'afterglow tend a disparaître, la différence est trop forte , d’où l’intérêt déjà des petites doses qui sont moins éloignées de la réalité que nous connaissons qu'une grosse dissolution de l'égo, et d'apprendre a lâcher prise quotidiennement.


[quote:3f3zpyk3]Ceci dit, je ne partage pas la vision de la "thérapie psychédélique" qui consisterai a atteindre du materiel refoulé et inconscient. Pour moi, il s'agit bien plus souvent de construire, de batir, de créer que de puiser dans ce nouveau dieu interne, endogène si j'ose dire! Surtout que ca met en avant une dimention de tension, de rejet à combattre, de victoire sur l'inconfortable, ... etc... Bref je n'aime pas trop cette grille de lecture ! ca ne me correspond pas.


C'étais un psychiatre je crois donc il parle de la thérapie psychédélique, mais il agrandit le sujet et parle très clairement de développement personnel, un peu a la manière de Stan Groff. Guérir dans un premier temps, puis élever sa conscience. Je suis pas d'accord quand tu dit que ça met une dimension de tension, justement on subi une tension et pour s'en délivrer vraiment, il faut arrêter de lutter justement et accepter en toute équanimité l'expérience = lâcher prise, ce qu'il prescrit est à l'opposé d'une lutte, de combattre!

Voilà je voulais ajouter ça héhé, c'est cool qu'on soit pas du même avis ça nourri la discussion :twisted:

Ça va peut être paraître agaçant mais je suis en train de découvrir la méditation vipassana alors forcément j''ai l'esprit rivé dessus [mais tu peux remplacer vipassana par n'importe quelle pratique méditative ou Yoga etc...], mais je me permet de citer un post sur bluelight et te demander ce que t'en pense si le cœur t'en dit, a propos justement de la difficulté d'intégrer une expérience psychédélique sous un produit dans la vie de tous les jours (et je remet pas dutout en cause ce que les psychédéliques peuvent nous apporter!):

Citation :After a year completely straight once, I did a Vipassana course (you can look up the word if you're curious). I'm not recommending it as a way of life or a set of beliefs or anything, just as an alternative to tripping you could try. It'll offer you a capacity to "realise" that will probably scratch your itch IMO. Vipassana is by no means the only meditation method, just the one I'm familiar with. The reason I trust it is because it doesn't ask you to form an attachment to an illusion, a mantra or anything other than the reality of your experience for the moment you're in (that's quite a mouthful and you can skim over it if it sounds too heavy). Basically you sit there and pay attention to what's happening in your body, and after a while things really start to happen.

You can have that ability to understand yourself, go deep, experience inexpressible beauty and understanding, reprogram your responses to traumatic stimuli, etc - all the kinds of stuff I like about psychadelics (probably different for you) were available to me without risking my sobriety. It was 100 hours meditation over 10 days - it sure is an intense way just to get a "trip", but it feels very tangible at the end, because you'll know how you progressed to the states you attained. It'll have other positive effects that are difficult to predict too (just like trips usually do)

I left after three days the first time I tried, because it is very intense and I'd only just come off drugs at that point. I tried again after a year sober and finished the course, and found it was the most satisfying psychadelic experience I've had. More intense drug-induced psychadelic experiences before and since have felt more blissful or amazing in the moment, but have been undercut afterwards by the struggle to integrate the experience into everyday life, or me questioning whether it is a good thing that a substance triggered the experience. This option could fulfill the same function as LSD without threatening your sobriety.
[/quote:3f3zpyk3]

Non je ne pratique rien qui porte un nom, qui soit issu d'une longue tradition empirique ou d'un brassage d'outils plus ou moins pertinents...
J'ai bien essayé de faire du yoga, pendant 3 mois, a raison de deux fois par semaine, mais ca n'a pas pris.
Si je me retrouve devant un texte sur "l'universalité omniculturelle des mathématiques" ou autres prises de choux philosophique, je suis motivé pour le lire. Si tu me dis qu'on va au yoga, ca me donne pas envie.

Je fais les choses à ma manière parce que c'est ce qui me correpsond le mieux. J'ai deja dis que je ne croyai pas "au ciel", et qu'il n'y a pas de but ultime, universel; seulement des directions immanentes a l'instant présent. Tous ces outils spirituel, c'est pour faire du footing plutot que de la marche à pied. Et moi je préfère la marche à pied, flaner entre les fleurs du sentier philosophique. J'ai nul part ou aller, je veux juste avancer...

Aprés,il y a les thèmes de pouvoirs, mais ca serait trop complexe d'en parler, on arriverai pas a grand chose je crois. Il faudrait remonter aux origines, au chamanisme et à l'agriculture comme première forme de developpement de la société hierarchisée... Vraiment HS ^^

Citation :Je suis pas d'accord quand tu dit que ça met une dimension de tension, justement on subi une tension et pour s'en délivrer vraiment, il faut arrêter de lutter justement et accepter en toute équanimité l'expérience = lâcher prise, ce qu'il prescrit est à l'opposé d'une lutte, de combattre!

Oui mais non; je sais bien que l'optique "thérapie psyché" est bien sur l'annihilation des tensions, le lacher prise etc; n'empeche que c'est focaliser le travail sur la resolution de ces "noeuds", dont on suppose l'existence. Ca me parait trés pertinent, mais ca non plus, ca n'est pas ma voie Smile
Peut etre que mon chemin est trop unique pour etre décrit, peut etre qu'il n'est pas fonctionnel (le saura t on un jour?); en tout cas, je ne considère pas la soufrance, la douleur voir la petite mort comme étape necessaire (la face Nord de stylo ? Smile ).

Pour ce qui est de l'integration des expériences, et bien je n'ai pu aider que peu de gens, malgrés mes efforts, ce qui me laisse penser que je suis engagé dans qqchose de trés personel et c'est trés bien comme ça (vu que je ne cherche pas l'absolu universel)! Mes "set" s'enchainent sur le trip et sur l'aprés trip, c'est assez continu; l'integration, c'est plus de l'apprentisage, c'est avoir une bonne maitrise des outils (concepts, liens, dynamiques) qui ont pu se devoiler dans un trip.
Sans meditation donc.
C'est vraiment qqchose qui fait un avec ma vie, l'integration c'est quand je vais marcher sur la plage, quand je regarde un film (De jodorowsky à Alice... ), quand j'arrose mes plantes... C'est la constante réutilisation des idées pour qu'elle fasse une danse infernale et créatrice, mais ancrée dans mon monde. Je vois aucune discipline qui me permettra de faire ca comme je le fais maintenant, avec autant de joie, autant de plaisir, autant de liberté, autant d'autenticité dans ce que je vis!
I do it my way :p


ps: jsuis ptet parti un peu en couille la non ? fin bref
Bien vu jhdoux pour Deleuze!!! En effet, j'ai pas mal pioché dans sa boite à outil pour me construire ma machine mentale aventurière ^^
This is a block of text that can be added to posts you make. There is a 1024 character limit.
  Répondre
#25
Et tu te considère parfaitement équilibré pour tout événement qui pourrai se produire dans ta vie, ou tu pense y accéder, grâce a ton chemin? Pasque ce que tu me décris, je crois juste pas qu'on parle des mêmes choses, de la souffrance, de la mort, vis tu chaque instant de ton existence a fond, c'est a dire comme si c'étais le dernier qu'il te soit donné? Crois tu qu'on puisse atteindre un état même s'approchant de loin de "vivre chaque instant à 100%" en prenant ponctuellement des hallucinogènes sans faire un effort continu? Crois tu que si tous les membres de ta famille meurent dans un attenta, que tu te fais virer de ton job, et gangbangué par 3 pinguouins en rut tu ne perdra pas la joie de vivre ne serai-ce que quelques jours? Haha je pars en couille Big Grin Je ne veux pas sous estimer ton sentier spirituel, mais ce que tu me décrit est plutôt une (très bonne) attitude personnelle de voir la vie a un moment X pour quelqu'un qui as eut la chance de ne pas avoir trop de merde dans sa vie (comparé a un africain dont toute la famille a été tuée a la kalachnikov), pas un moyen d'éradiquer la souffrance humaine.

Est-ce que tu comprend ce que je veux dire je crois que j'ai été un peu ... pas très clair^^ En tout cas a aucun moment je n'ai voulu rabaisser tes propos, et je crois que c'est évident que chaqu'un doit trouver sa voie et son chemin qui lui ai propre, et c'est un truc que je reprocherai a Goenka qui prend un peu sa technique de méditation pour la meilleure (comme chaque branche de pratique spirituelle j'ai l'impression^^) alors qu'il en existe des centaines d'autres variantes toutes aussi viables! Cela dit, le Bouddha dit qu'une fois choisie une technique, il faut s'y tenir si elle nous conviens, je reprend l'analogie du puits. Pour creuser un puits on peut creuser a plusieurs endroits, mais si l'on creuse de 10cm le sol puis qu'on bouge de place a chaque fois, on ne risque pas de trouver de l'eau!

Ton point de vue est vraiment opposé du mien, il m'intéresse donc d'autant plus, mais je ne t'oblige pas a répondre, surtout qu'on ne dois pas rechercher les mêmes choses au fond! En tout cas merci pour tes interventions! :wink:
  Répondre
#26
Quetzal a écrit :C'est vraiment qqchose qui fait un avec ma vie, l'integration c'est quand je vais marcher sur la plage, quand je regarde un film (De jodorowsky à Alice... ), quand j'arrose mes plantes... C'est la constante réutilisation des idées pour qu'elle fasse une danse infernale et créatrice, mais ancrée dans mon monde. Je vois aucune discipline qui me permettra de faire ca comme je le fais maintenant, avec autant de joie, autant de plaisir, autant de liberté, autant d'autenticité dans ce que je vis! I do it my way :p

Bien vu !
Je vois un peu les choses comme ça maintenant...et la joie et le plaisir sont de bons indicateurs.

(HS: Sinon, certains trucs que tu dis me rappelle un mec assez charistmatique sur LS...j'avais bien trippé à une époque sur ses écrits, même si je pense qu'il à engrainer pas mal de monde...pas toujours en bien).
  Répondre
#27
Bijord a écrit :mais ce que tu me décrit est plutôt une (très bonne) attitude personnelle de voir la vie a un moment X pour quelqu'un qui as eut la chance de ne pas avoir trop de merde dans sa vie (comparé a un africain dont toute la famille a été tuée a la kalachnikov), pas un moyen d'éradiquer la souffrance humaine.

Oui tout a fait. Mon chemin est personel et ne peut avoir la prétention d'être universel, vu qu'il ne s'interesse pas aux dénominateurs communs du monde. Aucun interet pour un africain qui crève la dale, c'est clair. Mais le zen non plus.
Ce sentier personel est cohérent avec mon rejet de tout prosélitisme; car j'ai pu constater les dégats et les dérives (le thème du poivoir, évoqué au post précédent, pointe son nez).

Vivre à 100% etc, ca sonne un peu creux, car 100% de quoi ? D'intensité? De bonheur (relatif?) ? de force? Enfin ca n'a pas de sens; pour être heureux, pas besoin de tout ca! Et la méditation est une voie qui peut avoir son utilité... ou pas! je le constate dans mon entourage, avec une multitude de gens qui font du zen, des cours sur les énergies subtiles, des schmols et autres schmilblicks, et c'est souvent inefficace.

Je veux pas faire le prétentieux, mais mon sentier a l'avantage d'être aussi celui de ma vie, impliquant le réel, les pieds sur terre (meme si j'ai la tete en l'air)! Il tend vers la cohérence; d'où mon implication dans la politique, le changement social, l'écologie... C'est ça le travail continu, c'est pas rester devant un mur blanc.

Dernier point : des gens sans problèmes, occidentaux gatés etc, il y en a à la pelle. Et pourtant, réussir sa vie, s'épanouir, ca reste un défi; et je vois beaucoup (trop) de gens autour de moi qui se plantent.
Alors moi j'ai pas de gros problème, mais des problème j'en ai quand meme, comme tout le monde, avec l'Amour, la famille, la société, l'argent... Et je suis on ne peut plus content de ma gestion de tout ça (c'est mon petit indice que ce sentier a qqchose de bon). On sera jamais sur que c'est grâce au psyché, grâce a Deleuze, a la philo, etc... Mais je m'en fou, je suis pas un cobaye pour la science de la spiritualité, je veux pas faire partie des statistiques sur la meilleure manière de faire sa vie; deviner les mécanismes me suffit Smile






Bijord a écrit :Est-ce que tu comprend ce que je veux dire je crois que j'ai été un peu ... pas très clair^^ En tout cas a aucun moment je n'ai voulu rabaisser tes propos, et je crois que c'est évident que chaqu'un doit trouver sa voie et son chemin qui lui ai propre, et c'est un truc que je reprocherai a Goenka qui prend un peu sa technique de méditation pour la meilleure (comme chaque branche de pratique spirituelle j'ai l'impression^^) alors qu'il en existe des centaines d'autres variantes toutes aussi viables! Cela dit, le Bouddha dit qu'une fois choisie une technique, il faut s'y tenir si elle nous conviens, je reprend l'analogie du puits. Pour creuser un puits on peut creuser a plusieurs endroits, mais si l'on creuse de 10cm le sol puis qu'on bouge de place a chaque fois, on ne risque pas de trouver de l'eau!

Ton point de vue est vraiment opposé du mien, il m'intéresse donc d'autant plus, mais je ne t'oblige pas a répondre, surtout qu'on ne dois pas rechercher les mêmes choses au fond! En tout cas merci pour tes interventions! :wink:

La métaphore du puits implique qu'il y a une source cachée, laba au fond, a atteindre. Moi j'attends la pluie et comme je suis Belge, elle tombe plus qu'en suffisance (je veux dire, pas besoin de creuser et se casser le dos. je trouve l'eau pour ma vie ici même)

Merci à toi aussi, ces échanges sont trés interessant, et ca me fait reflechir beaucoup! (ca fait partie du travail continu aussi ^^ )
This is a block of text that can be added to posts you make. There is a 1024 character limit.
  Répondre
#28
Quetzal a écrit :(...) mon sentier a l'avantage d'être aussi celui de ma vie, impliquant le réel, les pieds sur terre (meme si j'ai la tete en l'air)!
8) :thumbsup:
Ça me semble être complètement présent dans les enseignements de traditions tibétaines que je pratique.
La méditation permet, d'après moi, de découvrir une qualité d'être naturelle et profonde : ouverture, lucidité, sensibilité.
Ces qualités permettent un lâcher-prise, une non-saisie particulièrement effective quoi qu'il arrive dans la vie (c'est mon ressenti en tous cas).

Quetzal a écrit :Alors moi j'ai pas de gros problème, mais des problème j'en ai quand meme, comme tout le monde, avec l'Amour, la famille, la société, l'argent... Et je suis on ne peut plus content de ma gestion de tout ça (c'est mon petit indice que ce sentier a qqchose de bon).
Une "voie vivante", qui se mesure à l'impact dans la vie "ordinaire", de tous les jours, de chaque instant.
Pas de théorie fumante de salut lointain, de méthode toute faite pour affronter tous les problèmes, de garantie ou de sécurité ultime.

Je te suis à 100% : je suis ma voie.
Je ne me considère pas croyant, au contraire : je pratique la vie, démontant brique après brique ce mur d'idées toutes faites qui cloisonne mon monde.
Athée je concevais la mort comme un vide où il n'y a aucune pensée, sensation. C'était flippant. Maintenant je sais pas... Une expérience "psychonautique" qui viendra quoi qu'il arrive ^^

En tous cas dans ma vie la méditation est une familiarisation utile : à plusieurs reprises j'ai pu vivre la "méditation en action" qui me semble une façon d'être très naturelle et fluide, sans manipulation due aux désirs et peurs.

Bon cheminement les amis !
  Répondre
#29
Yo les gars quel débat!

Pour mettre mon grain de sel, je voudrais concilier les positions de Bijord et Quetzal.

Je me retrouve dans Quetzal avec "Chacun sa montagne à gravir, librement".
Je me retrouve dans Bijord en ce qui concerne la pratique quotidienne de la spiritualité (pas d'autre mot) pour mener sa vie.

Les deux points de vue sont complémentaires, il s'agit juste de changer de point de vue.

Moi-même, parti à la reconquête du DXM, je trouve que je me démerde bien. Plus de bad affreux, de plus en plus de lumière, une meilleure gestion des trips, des écarts de sûreté, un set&setting soigné... Très bien. Sur ce chemin je rejoins Quetzal. A chaque trip je gravis un peu plus ma montagne.

Et Galaad (le gars qui m'a initié à l'hypnose) me fait la remarque: "mais dis donc, quand est-ce que tu touches terre?" On a parlé, et j'ai trouvé qu'effectivement, ça me plairait pas du tout de finir en Leary: en baba-cool déraciné.
A ce moment-là je me fais les réflexions de Bijord: oui, j'ai besoin de m'ancrer dans une discipline du quotidient. Yoga, méditation... Il me faut quelque chose. J'ai besoin de quelque chose de plus ancré que la drogue.

Comment faire, alors? Et ben, j'ai pas trouvé. Mais en attendant, un truc dont je suis sûr, c'est écrire un TR à chaque trip pour suivre l'évolution des trips. Ca me permet de cogiter dessus, de me placer dans une perspective régulièrement. Je m'emploie aussi à me créer ma propre technique de méditation, qui consiste à employer la gestion de trip qui a solutionné le dernier trip. Par exemple, me dire Loving Kindness towards all en regardant toutes les images qui me viennent et me dérangent. Bien sûr, on est complètement dans la méditation bouddhiste, oui, mais c'est validé par mes trips.

Du coup je me fais mon propre chemin, sachant que je tends de plus en plus vers une pratique quotidienne de la spiritualité. La drogue est une béquille très utile voir indispensable, mais elle ne le restera pas.
  Répondre
#30
Merci pour cette traduction!

Pour ce qui est de la voie à suivre, pour ma part, m'étant perdu sur la route à trop vouloir 'comprendre' le monde, le moi et les autres. J'ai décidé après en avoir trop souffert (dépé / déré) de devenir con. J'y travaille, même si je commence à flipper de devenir trop con.
S'exercer à une méthode de méditation en plus de la prise de psyché ca peut être très bon j'en doute pas.
Mais est-ce qu'on peut pas avoir ses propres méthodes pour tenir son éveil spirituel. Sans parler de méditation et de discipline?
Quetzal c'est ca que tu veux dire je crois bien d'ailleurs.
Désolé si je suis un peu HS ou si je répète ce qui a était dit, j'ai lu la discussion en traver.
Electric Sheep: 50% Lotus Bleu - 50% Calea. Ratio DMT / Enhanced leaf 1:1
  Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  psychédéliques et multiples réalités Le voyageur 3 64 12/10/2018 16:52
Dernier message: Budshrooms
  Prises de psychédéliques: impact à courts, moyens, longs termes R2d2 9 115 10/08/2018 18:40
Dernier message: Indica
  Les conséquences globales des psychédéliques sur votre vie Meirrion 192 16,461 01/05/2017 23:20
Dernier message: Trickster
  Comprendre les psychédéliques dutchturkey 41 1,471 27/02/2017 15:51
Dernier message: Stylo 2.0
  D'où vient votre intérêt pour les psychédéliques ? Zornx 41 2,661 27/09/2015 18:27
Dernier message: Hellfire
  Pourquoi les psychédéliques nous apprennent qui nous sommes Sludge 24 3,120 24/03/2014 22:48
Dernier message: tartopom
  Les psychédéliques entravent la quête de l'éveil ? Delicious 10 1,511 21/03/2014 19:08
Dernier message: Tisalut
  Des psychédéliques pour changer le monde ? Axïōm 49 3,367 31/12/2013 07:11
Dernier message: Raøul
  Vacuité & psychédéliques sval 2 2,519 16/06/2009 13:38
Dernier message: sval

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)