• Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
La sérotonine, la molécule du bonheur ?
#1
Je me suis beaucoup intéréssé sur la question du bonheur. Et je viens de m'appercevoir qu'on peut être heureux quand on provoque l'inibition de la recapture de la sérotonine. C'est dingue. Pour vous dire la vérité je suis sous MD. Et je me suis ardument interessé a cette molécule. Je viens de m'appercevoir qu'a chaque fois que j'ai pris de la md, c'étais autre chose. Et la, ironie du sort, en croyant que c'était de la merde et que je m'étais fais arnaquer je suis envahi d'un irrésistible sentiment de bonheur.

J'ai observé attentivement mes processus cérébraux. Je suis passé au cercle de pensés négative (pas confiance en soi, j'aime moyen ma vie, je m'ennuie, je suis mal) à l'Instant Présent dans toute sa Splendeur. La musique du silence est Sublime, j'ai pleins de voix des gens dans le passé dans ma tête, je regarde les dessins animé de mon enfance, et je me souviens de souvenirs que j'ai cru avoir Oublié.
Je me sens légér, je me dit que de toute façon, la Vie est belle. J'ai aussi la sensation d'avoir un aura, je sais pas, c'est pas un truc d'égo, non, mais comme si je pouvais décupler mon attention. Vous voyez ce que je veux dire ?

On en reviens aux processus chimique car c'est la drogue qui a modifié mes processus cérébraux. Le doc d'arte sur la MDMA et le LSD est parfait pour expliquer.
C'est drôle, on est comme une machine chimique. Notre corps et notre cerveau est infiniment moléculaire et même notre conscience. Car comment passer du cercle morose des pensées négatives à la connexion subtile avec l'instant présent. C'est dingue ma conscience n'est pas la même. Et la réponse au pourquoi c'est tout simple. Mes neurones sérotoninergiques, à la place de limiter le stock de sérotonine (surement pour garder l'homéostasie cérébrale). La MD bloque les récépteur qui la recapture libérant un stock formidable de sérotonine. Et je me sens Heureux, un peu comme après avoir fais l'Amour. C'est dingue nan ?


--------Je me rend compte du potentiel thérapeutique de cette drogue, car je suis intimement persuédé que la prise (à dose légères) de MDMA, pourrais faciliter à l'extreme la relation patien-thérapeute dans le sens ou le patient qui est dépressif (par exemple) pourrais éliminer tout ses blocages et choses dont il ne veut pas en parler voir qui sont enfouis par l'inconscient. Sa pourrais réduire la durée d'un soin psychanalytique d'un temps infiniment plus court.


Et tout sa c'est ce qu'on pourrais appeller ma "conscience sérotoninergique"



Pardonnez moi mes délires ou si je dis de la merde mais, j'ai la sensation d'avoir compris des choses
Take the taxi to the Ancient Lake
Ms Lysergia is waiting for you, the Smile on her Lips
She wants to make discover you True Love
To pass beyond the Mirror
And to Transcend the Matrix
  Répondre
#2
Non tu ne dis pas de la merde. J'ai toujours du mal à accepter que le corps soit si mécanique, mais ça me fascine dans le même temps. Et en effet l'usage thérapeutique serait je pense tout à fait indiqué avec cette molécule.

Je suppose que TOUS les consommateurs de MD se sont dit après le premier trip (je n'en ai vécu qu'un) "Bordel, si toute la terre se mettait à tripper sous MD dans le même temps, le monde en serait transformé à jamais". :lol:
J'adore cette idée. Rolleyes
Mes trips reports : The Death of Utopia, The Begining of the Dream

Le lâcher prise, c'est accepter de redevenir un enfant.
----------------------------
Ce qui importe avec l’expérience psychédélique, ou plus généralement spirituelle, ce n’est pas la vérité que l’on croit toucher du doigt, mais bien le chemin qu’elle nous fait parcourir sur notre rapport au soi, aux autres et à la vie.
  Répondre
#3
Non tu dis pas de la merde.

La MD est magique pour l'aspect séroto+dopamine, c'est un combo chimique particulier.

J'ai pas grand-chose à ajouter, sinon que les états que tu décrits peuvent être retrouvés sans drogue. Dans un numéro de science & vie on rapporte une expérience qui montre une relation entre la quantité de récepteurs sérotoninergiques dans le cerveau (et donc la quantité de séroto présente) et le niveau de sentiment religieux.

Conclusion: le niveau de séroto influe sur les sentiments religieux, d'où les extases mystiques au LSD.

Evidemment pas besoin de drogue pour élever la séroto. Ca se travaille :twisted:
  Répondre
#4
Sludge a écrit :Non tu ne dis pas de la merde. J'ai toujours du mal à accepter que le corps soit si mécanique, mais ça me fascine dans le même temps.
A mon avis le corps n'est pas que mécanique hein, la conscience ne se résume pas qu'à un tas de réactions biochimiques, bien que ces dernières soient la condition sine qua non pour que la conscience opère.

Et le fait que la MD provoque cette euphorie, c'est pas uniquement dû à la sérotonine hein, c'est dû au combo serotonine releaser + dopamine releaser. Si la dopa n'était pas là, t'aurais qu'un effet chelou du genre bodyload.
=>Not For Human<=

On ne peut être fier que de ce qu'on a choisi

  Répondre
#5
Ouais un peu pareil . Va pas t'imaginer que la sérotonine serait la source du bonheur et que la MD la molecule qui le permet. Heureusement rien est aussi simple mais sous MD on peut comprendre que tu vois les choses comme ça .
Mais il est certain qu'elle aurait son utilité et j'aime a e rappeler qu'il est bien triste que ce monde l'est interdit et rendu si peu accessible .
"Le fond du probleme n'est pas que les gens n'en sachent pas assez, c'est qu'ils sachent tant de choses inexactes"
  Répondre
#6
Mec, t'es défoncé quoi. Enfin tu étais, enjoy la descente mon cochon.

Citation :A mon avis le corps n'est pas que mécanique hein, la conscience ne se résume pas qu'à un tas de réactions biochimiques

Pour moi à l'inverse tout est chimique, le bonheur, le plaisir, l'envie, bref, de ma "religion" tout est régulé par différents fluides.


En exemple un texte que je trouve particulièrement intéressant et qui résume bien:

Citation :Les liquides de mon corps sont des élixirs,
Des poisons, des potions, secrètes que je sécrète.
Ils circulent et transpirent.
Par mes pores s'évaporent.
S'évacuent dans l'effort, la fiente et les pleurs.
Les liquides de mon corps font de moi une machine,
Une usine qui se meurt,
Régule mes désirs.
Dans le sperme et la sueur dont s'abreuvent les anges
En poussant des soupirs, ils repoussent la peur
Les liquides de mon corps frappent sous ma peau,
Martèlent mes tempes, marquent le tempo,
Véhiculent des substances qui changent les couleurs,
Évitent que je pense, annihilent la douleur.
Les liquides de mon corps m'envoient des messages,
Dessinent des images dans le blanc de l'émail,
Se mélangent à l'eau tiède.
Le fluide de mes veines m'entraine dans le vide,
Un désert aride.
Je me noie.
Je me vide.
Laisse couler.

  Répondre
#7
Je partage également cette vision du " tout est chimique "
  Répondre
#8
Je suis aussi de l'avi que tout n'est que réactions chimique dans le corps. Sinon il me semble que j'avais lu qu'une des principales molécules du bonheur était l'endorphine. Il n'y a aucune drogue qui stimule leur libération/inhibe leur recapture ? Big Grin
  Répondre
#9
Le sexe il me semble :lol:
  Répondre
#10
Trop chère, tu trouve pas toujours des vendeurs en teuf (j'ai jamais cherché en même temps), et j'ai pas de plan fixe :lol:
  Répondre
#11
Citation :Trop chère, tu trouve pas toujours des vendeurs en teuf (j'ai jamais cherché en même temps), et j'ai pas de plan fixe

C'est pour ça que Dieu a inventé le GHB.

Et les coups secs dans la nuque.
  Répondre
#12
Tiax a écrit :
Citation :Trop chère, tu trouve pas toujours des vendeurs en teuf (j'ai jamais cherché en même temps), et j'ai pas de plan fixe

C'est pour ça que Dieu a inventé le GHB.

Et les coups secs dans la nuque.

Pourquoi il a aussi inventé les prisons, les tribunaux et les flics ? Sad
  Répondre
#13
ChandlerBing a écrit :Le sexe il me semble :lol:

Lis ça!

Citation : L'ocytocine est avec la dopamine et les endorphines, l'une des hormones qui interviennent dans l'orgasme. A la dopamine la motivation sexuelle et -surtout- l'envie de recommencer; et à l'ocytocine le soin de créer l'attachement. En se libérant massivement dans le cerveau lors de l'acte d'amour, ces deux hormones favorisent le plaisir et l'intimité entre les amants."
  Répondre
#14
Merci pour l'info mec Smile c'est toujours bon à savoir 8)
  Répondre
#15
D'ailleurs j'aurais une question sur les effets de certaines molécules psychés et la serotonine. Par exemple, la psylocibine aurait un rôle d'agoniste des récepteurs à sérotonine... J'pense que c'est le terme agoniste que j'ai pas trop compris. Ca veut dire quoi réellement ? Qu'il agit sur les récepteurs à sérotonine mais qu'il ne les désinhibe pas c'est ca ??

Car la MDMA a un vrai rôle dans "l'écoulement" de la sérotonine dans le corps, la sérotonine se déverse dans le corps. C'est cette molécule qui est connue pour ca. Mais concernant le LSD ou champi ou autres psychés, qu'elle est l'effet sur la sérotonine ? Bon p'tet que la question a été posté sur le forum mais j'ai cherché a sérotonine j'suis tombé sur pas mal de topic mais j'ai pas trouvé.
"Yo no uso drogas. Yo soy la droga." Salvador Dali
  Répondre
#16
Poulinos a écrit :D'ailleurs j'aurais une question sur les effets de certaines molécules psychés et la serotonine. Par exemple, la psylocibine aurait un rôle d'agoniste des récepteurs à sérotonine... J'pense que c'est le terme agoniste que j'ai pas trop compris. Ca veut dire quoi réellement ? Qu'il agit sur les récepteurs à sérotonine mais qu'il ne les désinhibe pas c'est ca ??

Car la MDMA a un vrai rôle dans "l'écoulement" de la sérotonine dans le corps, la sérotonine se déverse dans le corps. C'est cette molécule qui est connue pour ca. Mais concernant le LSD ou champi ou autres psychés, qu'elle est l'effet sur la sérotonine ? Bon p'tet que la question a été posté sur le forum mais j'ai cherché a sérotonine j'suis tombé sur pas mal de topic mais j'ai pas trouvé.
Agoniste : Une drogue (ici, une molécule ayant une activité pharmacologique) qui active son récepteur en se liant à lui. (définition piochée et traduite dans "Pharmacology, examination and board review" de Katzung & Trevor)

Antagoniste : molécule qui se lie au récepteur sans l'activer et qui prévient toute activation par un agoniste.
(même bouquin)

La MDMA déverse certes de la sérotonine, mais pas dans tout le corps, cette dernière est présente en quasi exclusivité dans les fentes synaptiques. Et l'effet "love" de la MD est le résultat du combo "relargage massif de dopamine" et "relargage massif de sérotonine".
=>Not For Human<=

On ne peut être fier que de ce qu'on a choisi

  Répondre
#17
ChandlerBing a écrit :Je partage également cette vision du " tout est chimique "

Vu ton avatar, je suis pas trop surpris, mais vraiment pas d'accord avec cette idée. Cela veut dire qu'il suffirait de prendre un certain dosage pour etre sur d'atteindre un certain état. Mais le set & setting montre bien que meme deux fois au meme endroit avec le meme dosage produit pas le meme effet. Il y a quelque chose d'autres qui se passe. Sinon la conscience humaine reviendrait a une equation chimique complexe...
Turn on, tune in, drop out
  Répondre
#18
Ouais mais ton corps n'est jamais le même, change tout le temps, les connexions ne sont pas les mêmes, et selon le set&setting justement, tu seras dès le départ plus ou moins "heureux" ou dans tel ou tel état, ce qui peut aussi se caractériser par des équations chimiques du cerveau différentes :wink:
(sur la question du débat après, nageant moi même dans un grand flou entre le tout chimique ou la conscience maitresse, je ne me prononcerai pas)
éçaboucléçaboucléçabloucléçabou...

L'Oeil et La Synchro... Là où Chill Ubik//

Anyway, we know/

Tout est sublime. Tout est drôle.
Here's the key.
Tout est Touts-Possibles.
éçaboucléçaboucléçabloucléçaboucléç...
  Répondre
#19
B_G a écrit :
ChandlerBing a écrit :Je partage également cette vision du " tout est chimique "

Vu ton avatar, je suis pas trop surpris, mais vraiment pas d'accord avec cette idée. Cela veut dire qu'il suffirait de prendre un certain dosage pour etre sur d'atteindre un certain état. Mais le set & setting montre bien que meme deux fois au meme endroit avec le meme dosage produit pas le meme effet. Il y a quelque chose d'autres qui se passe. Sinon la conscience humaine reviendrait a une equation chimique complexe...


Je parles pas de tout ce qui est conscience, mais bien des émotions/sentiments que peut ressentir l'Homme à X moment de son existence.
Et désolé mon garçon mais même si la recherche neuroscientifique a encore bien des mystères cachés dans le fond du calcif, les connaissances actuelles nous permettent d'affirmer que ces émotions en questions sont bien le résultat d'une neurochimie/neuromécanismes fonctionnant selon des neurones ( neurotransmetteurs, neuromodulateurs ) plus "important" que d'autres.

C'est tristounet, enfin réaliste, mais c'est comme ça.
  Répondre
#20
Miam, une discussion intéressante. Big Grin
Alors si nos émotions sont un pur produit des messages envoyés par nos neurotransmetteurs, qui lance le message initial? C'est bien intéressant de savoir que l'émotion de plaisir que l'on ressent quand un politicien se fait enfariner est le résultat d'une activation neurochimique, mais c'est qu'il y a bien y perception. Donc, sans perception, pas d'activation et pas d'émotion.

Pour revenir au post initial, la sérotonine ne suffit pas à provoquer le plaisir ou même du bonheur. Elle est juste un des éléments dans l'équation, sans doute un élément plutôt scientifiquement observable. Une preuve est dans les ISRS. Ils suffisent quelquefois, mais quelquefois seulement, à soigner une dépression. Donc, le cerveau comme super ordinateur chimique, c'est vrai mais ça me parait pas complet...

Pour l'effet thérapeutique, pourquoi pas? http://www.maps.org/research/mdma/ Ca semble prouvait uniquement pour le ptsd, mais c'est clairement une piste à creuser...
Turn on, tune in, drop out
  Répondre
#21
L'important c'est l'affinité de la molécule sur les récepteurs sérotoninergique, pas (forcément) la sérotonine en générale : http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9cep ... ninergique
Il est clair que l'influence sur ce circuit sous LSD (5-HT2A) et sous MDMA (5-HT2B) est complètement différent (récepteurs comme effet final).

Perso, le 5-HTP que j'utilise en recover me met bien tranquille côté humeur (+ de sérotonine, wahou !) mais finalement pas du tout d'effet psychédélique/empathogène ou autre, mon corps s'occupe de gérer cet apport pour son bien :wink:
Celui qui se fait bête se débarrasse de la douleur d'être un homme.
  Répondre
#22
B_G pour te répondre rapidement, les "perceptions" dont tu parles ne sont rien d'autres que des acquis résultants d'apprentissages ( conscient ou inconscient ) propre au développement de chaque Homme, et surtout qui fonctionnent selon cette neurochimie.
Réduire le système de récompense dont est doté l'être humain à un banal mécanisme biologique ( je parles pas spécialement de toi B_G hein ^^ ) d'action ---> réaction c'est de la bêtise pure.
Le système de plaisir/renforcement est responsable d'un tas d'état et de comportement propre à l'homme.


Acidbuzz a écrit :L'important c'est l'affinité de la molécule sur les récepteurs sérotoninergique, pas (forcément) la sérotonine en générale : http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9cep ... ninergique
Il est clair que l'influence sur ce circuit sous LSD (5-HT2A) et sous MDMA (5-HT2B) est complètement différent (récepteurs comme effet final).

Perso, le 5-HTP que j'utilise en recover me met bien tranquille côté humeur (+ de sérotonine, wahou !) mais finalement pas du tout d'effet psychédélique/empathogène ou autre, mon corps s'occupe de gérer cet apport pour son bien :wink:


Le 5-HTP ainsi que le tryptophane ( et tout autres acides aminés ) permettent la synthèse de la séroto certes, mais ces précurseurs doivent êtres manipulés avec précaution, c'est pas de la vitamine C :tonqe:
  Répondre
#23
ChandlerBing a écrit :
B_G a écrit :
ChandlerBing a écrit :Je partage également cette vision du " tout est chimique "

Vu ton avatar, je suis pas trop surpris, mais vraiment pas d'accord avec cette idée. Cela veut dire qu'il suffirait de prendre un certain dosage pour etre sur d'atteindre un certain état. Mais le set & setting montre bien que meme deux fois au meme endroit avec le meme dosage produit pas le meme effet. Il y a quelque chose d'autres qui se passe. Sinon la conscience humaine reviendrait a une equation chimique complexe...


Je parles pas de tout ce qui est conscience, mais bien des émotions/sentiments que peut ressentir l'Homme à X moment de son existence.
Et désolé mon garçon mais même si la recherche neuroscientifique a encore bien des mystères cachés dans le fond du calcif, les connaissances actuelles nous permettent d'affirmer que ces émotions en questions sont bien le résultat d'une neurochimie/neuromécanismes fonctionnant selon des neurones ( neurotransmetteurs, neuromodulateurs ) plus "important" que d'autres.

C'est tristounet, enfin réaliste, mais c'est comme ça.


MMmmmm... Ouai. Tristounet n'est pas vraiment le mot, car il y a des sciences capables de se libérer de cette vision réductionniste. Renseignez vous (je parle au pluriel, a tout le monde qui lit ce message) sur la vision holistique ( cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Holistique ).

Je citerais même ce Bien-Heureux Yi -King, qui m'a servi de pilule rouge (cf. Matrix) notamment lors d'une expérience profonde sous LSA. Ainsi que la transcendance des concepts qui fonde notre confiance (confiance, du latin con, avec et fidus, foi), donc avoir la foi en soi, en la vie et aux infinités de transformations que subissent nos molécules chimiques (séroto ou pas on s'en fou).

Mais dans ce "délire" à vouloir monter toujours plus haut vers la lumière, on oublie vite qu'elle est brûlante et peut carboniser nos ailes. Concrètement, des gens, souvent jeunes, dont leurs consciences ont "sauté", notamment lors d'une ascendance trop brutale condensée d'acide terrifient les gens voulant se focaliser sur l'aspect mystique de l'expérience psychédélique.

C'est pourquoi j'attend d'être plus vieux avant de faire faq de philo et bouffer du Jung et du Leary comme des smarties. J'évite aussi les fortes doses de psyché. Attendre de connaitre sa machine avant d'y installer un aéro-propulseur. Cettre phrase de Confucius résume très bien ça.


Il devait réussir à mener sa vie entre terre et ciel. Le nez assez près de la terre pour distinguer (réductionnisme). Mais pas trop près au risque de ne plus rien y voir. Ses actes gagnaient alors en précision et distinction, la stratégie devenait possible, et l'action puissante.
Il devait aussi savoir lever le nez vers le ciel pour relier (holisme). Mais pas trop au risque de s'envoler vers des altitudes où plus rien d'humain n'est distinguable et où l'atmosphère devient de plus en plus incompatible avec la vie. Il devenait alors apte à faire des choix avec sagesse et efficience et devenait un maître dans l'entretien de la vie.
Cet homme idéal était un but à atteindre car il était censé offrir « la longue vie qui procure la vision sans fin ».
À partir de cette solidité de l'expérience consciente en nous, se déverse, déborde ses propres prolongements que sont les techniques, les recettes, les arts. Faut-il alors comprendre le savoir-faire, purement et simplement, comme un savoir être ? Agir avec maîtrise n'est-il pas le propre de celui qui, de tous les savoir, ne retient que le savoir qui égalise le faire et l'être ?


La vie quoi ... :lol:
Take the taxi to the Ancient Lake
Ms Lysergia is waiting for you, the Smile on her Lips
She wants to make discover you True Love
To pass beyond the Mirror
And to Transcend the Matrix
  Répondre
#24
Citation :J'évite aussi les fortes doses de psyché. Attendre de connaitre sa machine avant d'y installer un aéro-propulseur. Cettre phrase de Confucius résume très bien ça.

Hahaha ta citation est parfaite pour décrire un peu mon état d'esprit!
  Répondre
#25
ChandlerBing a écrit :Le 5-HTP ainsi que le tryptophane ( et tout autres acides aminés ) permettent la synthèse de la séroto certes, mais ces précurseurs doivent êtres manipulés avec précaution, c'est pas de la vitamine C :tonqe:

Oui, très important, et même que je me suis laissé entendre par notre Chap' que pris à haute dose, ça rend dépressif ou joue énormément sur l'humeur et qu'il faut faire attention. Perso, c'est que en recover, 100mg une seule fois, rien de transcendant Wink

Citation :J'évite aussi les fortes doses de psyché. Attendre de connaitre sa machine avant d'y installer un aéro-propulseur. Cettre phrase de Confucius résume très bien ça.

Très très bon ça, j' Heart
Celui qui se fait bête se débarrasse de la douleur d'être un homme.
  Répondre
#26
ChandlerBing a écrit :Je parles pas de tout ce qui est conscience, mais bien des émotions/sentiments que peut ressentir l'Homme à X moment de son existence.
Et désolé mon garçon mais même si la recherche neuroscientifique a encore bien des mystères cachés dans le fond du calcif, les connaissances actuelles nous permettent d'affirmer que ces émotions en questions sont bien le résultat d'une neurochimie/neuromécanismes fonctionnant selon des neurones ( neurotransmetteurs, neuromodulateurs ) plus "important" que d'autres.

C'est tristounet, enfin réaliste, mais c'est comme ça.

Décrire et connaître les supports physiques et chimiques de la conscience et du vivant ne perce en rien le mystère qui les entoure. C'est même justement le fait qu'une structure au départ physique soit capable de se maintenir, se réparer, se reproduire, d'avoir conscience d'elle-même (et même de chercher à modifier cet état de conscience^^) , qui la distingue de l'inerte en lui conférant une qualité "autre", une nature foncièrement différente.

Un exemple: imagine qu'on te fais une description parfaite des phénomènes sonores de la prononciation d'un mot dans une langue que tu ne connais pas. T'as beau comprendre dans sa totalité, les fréquences, les vibrations de l'air, bref la réalité "physique " du phénomène sonore, il n'empeche que tu n'auras pas accès à la signification de ce mot s'il ne t'est pas traduit car le sens est une qualité qui du mot qui échappe à sa structure physique (qui n'est donc qu'un "support")

De la même manière, en psycho sociale certains chercheurs considèrent une triple dimension des émotions: phénomène neurologique + perturbation physiologique + (le coeur qui s'accélère), et le ressentit subjectif qui est l'expérience intime, subjective de l'émotion.
Pour en revenir au sujet de départ, je trouve que l'effet de la MDMA aussi kiffant soit-il n'a rien à voir avec une euphorie spontanée, et garde toujours un arrière goût "d'artificiel".
" Tiny spirit in a k-hole
Bloated like soggy cereal
God will come and wash away
Our tattoos and all the cocaine
And all of the aborted babies..."
CocoRosie

Tracks Trance et Techno (amateurs!)
[SOUNDCLOUD]https://soundcloud.com/nixo777[/SOUNDCLOUD]
  Répondre
#27
C'est pour ça, je pense, que la ou les premières prises de md sont, dans l'idéal, magiques. On ne sait pas trop à quoi s'attendre, souvent ça vient à nous sans qu'on l'ait prémédité, ça nous emplit d'une joie qui cadre avec le contexte immédiat et celui plus général de notre vie, et si on n'était pas des plus extraverti ça ouvre des portes dans notre esprit, ça fait tomber des barrières et nous en dévoile un peu plus sur la voie de l'accès au bonheur. De plus ça s'accompagne rarement de descente désagréable et si des dosages de débutants ont été respectés, c'est une joie assez subtile qui nous accompagne pendant un long moment sans besoin de s'acharner sur la prise.
Après ça devient un peu plus compliqué, car on sait qu'on va s'administrer un produit censé nous apporter de la joie, mais on sait aussi que la joie et le bonheur ne sont pas si mécaniques, et que la md nous a peut-être déjà montré tout ce qu'elle pouvait et qu'on devrait pouvoir être dans cet état de plaisir sans elle, si on appliquait ces enseignements au quotidien. De plus une légère culpabilité face à la descente (ou plutôt contre-coup me semble plus juste comme terme) et au mal qu'on va faire à notre corps et qui ne semble pas réellement justifié.
Tout est vrai.
« Il arrive que la folie soit partagée par tous, on l'appelle alors la normalité. »
[SIZE=1]Artisan de Liberté

« La discipline est la différence entre ce que tu veux maintenant et ce que tu veux le plus. »

Anna

[/SIZE]
Le partage crée l'abondance.

  Répondre
#28
Lotre a écrit :De plus une légère culpabilité face à la descente (ou plutôt contre-coup me semble plus juste comme terme) et au mal qu'on va faire à notre corps et qui ne semble pas réellement justifié.
C'est surtout ça je trouve qui gâche tout parfois dans la MD: y a certaines descente ou tu te rend compte que tu kiffais pour rien et ça gâche tout le trip que t'as pu avoir juste avant. Heureusement c'est pas systématique.
" Tiny spirit in a k-hole
Bloated like soggy cereal
God will come and wash away
Our tattoos and all the cocaine
And all of the aborted babies..."
CocoRosie

Tracks Trance et Techno (amateurs!)
[SOUNDCLOUD]https://soundcloud.com/nixo777[/SOUNDCLOUD]
  Répondre
#29
N'oubliez pas l'ocytocine surtout dans le kiffe de la MD. Elle serait le resultat de l'effet "love". La sérotonine juste le sentiment de "la musique déchire" et le sentiment de "je suis bien là, rien a foutre de tout, je m'assume et je kiffe". Une sorte de confiance en soi exacerbée et d'un sentiment de kiffe du son et des lumières héhé, ce qui en soi peut induire indirectement un euphorie, de tellement kiffer le moment present héhé !

Je pense pas que la dopamine ai un grand role dans l'histoire, un role oui mais pas le principal ou même le second role. Les dopaminergique non-serotoninergique (MPA, Ethylphenidate par ex) ne sont pas mega euphorisant et mega kiffant. La coke qui est sertoninergique est euphorisante par contre. La meph ou le 4-MEC sont euphorisant.

Bref j'adore ce genre de sujet ou on tente de percer le mystère des produit entre les prises Smile . On bosse la théorie, on débrief avant de repartir pour un trour de "pratique" ^^!!
  Répondre
#30
je répond tout azimut sans préciser à qui je parle . l'endorphine est la molécule de satisfaction,de récompenses si je ne me trompe pas.l'héroine joue d'ailleur avec cette molécule pour te rendre dépendant au même titre que la cigarette pour les fumeurs ou le chocolat pour ma mère

A la question les champis ou le lsd modifie la capture de sérotonine c'est faux.le lsd et les champignons vont produire une molécule similaire à la serotonine mais en y ajoutant une mutation.une sorte de serotonine compléxifiées qui serat perçue pars les récepeur de serotonine comme serotonine et non comme exhogène
  Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)